Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Lutte contre l’insécurité au Burkina : La cellule féminine de l’AJB prend son bâton de pèlerin

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 24 mai 2019 à 12h00min
Lutte contre l’insécurité  au Burkina : La cellule féminine de l’AJB prend   son bâton de pèlerin

La cellule féminine de l’Association des journalistes du Burkina (AJB) tient, les 24 et 25 mai 2019 à Ouagadougou, un atelier de formation sur le rôle de la femme dans la lutte contre l’insécurité au Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce vendredi 24 sous le marrainage du docteur Justine Couldiati, présidente de la plateforme des femmes G5 Sahel.

« Rôle de la femme dans la lutte contre l’insécurité au Burkina Faso ». C’est sous ce thème que la cellule féminine de l’AJB (Association des journalistes du Burkina) réunira pendant deux jours en atelier les femmes journalistes de Dédougou, Bobo-Dioulasso et Ouagadougou afin de se pencher sur la question.

Objectif, permettre aux participantes de bien cerner la complexité de la situation sécuritaire actuelle du Burkina Faso et d’échanger sur leur contribution dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme. Un thème aussi pertinent que d’actualité, parce que la femme est au centre de toute chose, a souligné la marraine, Justine Couldiati. Car selon elle, la femme est devenue aujourd’hui une actrice de l’extrémisme violent et cela a été vu dans le Plateau central et dans d’autres localités.

Dr Justine Couldiati, présidente de la plateforme des femmes G5 Sahel et marraine de l’activité

Voir les femmes s’impliquer dans cette lutte est donc une chose à saluer. De plus, face à la vitesse à laquelle le fléau se propage, le nombre de victimes qu’il provoque chaque jour et vu la spécialisation et les engins très sophistiqués utilisés pour semer la terreur, détruire et déstabiliser le pays, quoi de plus normal que les journalistes surtout les femmes de ce domaine qui constituent l’arme centrale dans cette lutte s’investissent à leur tour, a-t-elle expliqué. « Je crois que c’est même une erreur de n’être pas plutôt passé par-là, parce que la première arme de la lutte contre l’extrémisme violent ou terrorisme ou encore l’insécurité, c’est l’information ».

L’information comme arme contre l’extrémisme violent

Selon la marraine, tout le monde se fait spécialiste de l’extrémisme violent et parfois l’on crée plus de torts que de bien au pays. C’est pourquoi, elle pense que les femmes journalistes devraient être les premières à être impliquées, parce qu’aujourd’hui, il y a partout des plateformes de femmes en lutte contre l’extrémisme violent. « Pour moi, la première plateforme devrait être celle de l’information : l’information au service du peuple, l’information contre l’extrémisme violent, l’information contre la désinformation, l’information pour lutter contre les discours haineux, l’information pour tirer l’attention des dirigeants contre la dangerosité de leurs actes sur le peuple ».

La cellule genre de l’AJB s’engagent dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme

Tout en félicitant la cellule, Justine Couldiati a l’a assuré de son soutien pour que cette action puisse faire tache d’huile et que l’information soit au centre de la lutte contre l’extrémisme violent. Car l’information est l’arme la plus redoutable pour chasser l’extrémisme violent et autres dans le monde, a-t-elle insisté.

Pour la responsable de la cellule féminine de l’AJB, Mariam Ouédraogo, cette formation vise entre autres à outiller les participantes afin qu’elles comprennent la nécessité de leur rôle dans la préservation de la paix. Une occasion pour celles-ci de formuler des recommandations à la sortie de la formation. Le président de l’AJB, Guezouma Sanogo, a pour sa part exprimé sa satisfaction pour la tenue de cette formation tout en encourageant les participantes à être attentives et à profiter de ladite formation.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Africa Digital Space : La 2e édition se penche sur la protection des données personnelles
Médias publics burkinabè : 3 heures d’arrêt de travail pour réclamer le passage à l’EPE
Carte de presse et laissez-passer : Le processus d’établissement expliqué aux journalistes à Dori
Béatrice Damiba au masterclass de l’ISCOM : « Sur le plan professionnel, être femme ne doit pas être considéré comme une faveur ou un inconvénient »
Numérique : Vers une connexion entre entrepreneurs sénégalais et burkinabè
Publication de messages publicitaires des produits pharmaceutiques, de la pharmacopée traditionnelle et des établissements sanitaires : Le CSC interpelle les médias
Journées Indabaxfaso : L’intelligence artificielle au cœur des échanges
Lutte contre le terrorisme : La partition des médias de l’espace UEMOA
Facebook : Lefaso.net, premier média en ligne certifié au Burkina
11e édition des Universités africaines de la communication de Ouagadougou (UACO) : Le Conseil scientifique installé
"Faso Civic", une application mobile burkinabè pour lutter contre l’incivisme au Pays des Hommes intègres
Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés