Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Circulation des poids lourds à Ouagadougou : En attendant l’application effective de la loi…

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • jeudi 16 mai 2019 à 19h00min
Circulation des poids lourds à Ouagadougou : En attendant l’application effective de la loi…

Le 7 mai 2019, le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé, a signé un arrêté portant réglementation de la circulation et du stationnement des véhicules poids lourds sur le territoire communal. Ce 16 mai 2019, nous avons emprunté quelques artères de la capitale pour constater l’application de cet arrêté.

Désormais, les véhicules poids lourds ne sont autorisés à circuler sur certains axes de la ville de Ouagadougou qu’entre 22h et 5h du matin, selon l’arrêté portant réglementation de la circulation et du stationnement de ce type de véhicules. Plus d’une semaine après la prise de cette décision, nous avons pu constater, dans quelques endroits, que le respect de ces nouvelles règles de circulation n’est pas encore effectif.

9h, rue Colonel Didier Kiendrébéogo (qui va de la gendarmerie de Paspanga au canal de la Cité an III, en passant par le côté sud du marché Sankar-yaré). La rue grouille de monde comme d’habitude. Au milieu du bruit des motos et des automobiles, on pouvait entendre les véhicules poids lourds arriver de loin. Après une heure d’observation, nous avons pu dénombrer cinq véhicules de transport de marchandises.

Il était 11h quand nous rejoignions le boulevard des Tansôba, après un passage sur l’avenue Thomas Sankara aux environs de 10h. Le boulevard des Tansôba fait partie des axes communaux sur lesquels la circulation des véhicules poids lourds n’est autorisée qu’entre 22h et 5h du matin.

Là, nous avons été témoin du passage de plusieurs véhicules poids lourds entre 11h et midi, dans tous les deux sens de la voie. De ce que nous avons pu voir, il s’agit de véhicules transportant des agrégats, de citernes de 45 000 litres et de quelques véhicules « 10 tonnes ».

Contrairement au boulevard des Tansôba et à la rue Colonel Didier Kiendrébéogo, sur l’avenue Thomas Sankara, qui va du rond-point des Nations unies au Secrétariat permanent de lutte contre le VIH et les IST, aucune infraction à la décision municipale n’a été observée. Sur cette voie, l’accès est formellement interdit aux engins lourds, selon l’arrêté.

En attendant la mise en œuvre effective de cet arrêté, les différents acteurs impliqués sont appelés à s’approprier la nouvelle réglementation. L’atelier d’appropriation de l’arrêté, tenu ce 16 mai entre les acteurs et de la sécurité et de la circulation urbaine, pourrait être un pas dans la concrétisation de ce nouvel arrêté.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Semaine de l’entreprenariat à l’école : L’APJEF partage son expérience avec les élèves d’un lycée technique
Assemblée nationale : L’emploi des jeunes au cœur des préoccupations des députés
Crise à La Poste : « Il faut que le gouvernement soit responsable jusqu’au bout ! » déclare Gilbert Goh (SG du SYNTRAPOST)
Burkina : « Les revendications sociales portent un coup dur à l’administration » (Premier ministre)
Mouvement d’humeur des transporteurs : Vers le réaménagement de certains points de l’arrêté municipal
École polytechnique de Ouagadougou : L’Institut du génie informatique et télécommunications ouvre ses portes en octobre
L’énurésie nocturne chez les jeunes filles : Silence, elles souffrent !
Crise à la Poste Burkina : La signature du protocole d’accord est annulée
Université Joseph Ki-Zerbo : Les violences dans les langues au centre d’un colloque
Projet SONGO LAM : Les partenaires de mise en œuvre accordent leurs violons
Grève des syndicats de la santé : Les « profondes inquiétudes » de la Ligue des consommateurs
Grève dans le secteur de la santé : Le dialogue n’est pas rompu avec les partenaires sociaux, selon le ministre de la santé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés