Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Les talents sont innés, l’éducation les développe, les circonstances les mettent en jeu ou les rendent inutiles.» François Gaston de Lévis

1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Yvette Zongo • mardi 12 mars 2019 à 17h30min
1e édition du  BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués

La 1e édition du BCBG Icone Fashion Awards dénommé BIFA s’est tenue dans la soirée du dimanche 10 mars 2019 à Ouagadougou. Placée sous le patronage du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, la cérémonie a permis de récompenser des jeunes acteurs de la mode peu connus du grand public.

L’agence de mannequinat, du management et de la communication des stylistes, BCBG Icone Fashion Awards (BIFA), a distingué dimanche dernier à Ouagadougou, plusieurs acteurs de la mode burkinabè. Une cérémonie au cours de laquelle 26 acteurs issus des différents domaines de la mode (stylistes, mannequins, cotonculteurs, tisserands, cadreurs et photographes de mode, agences de mode, etc.) ont reçu des distinctions. Des distinctions composées d’attestations de participation et des trophées BIFA.

Défilé en tenue de mariage

Pour le promoteur du BIFA, Sonsaya Birbman Sawadogo, c’est une cérémonie qui vise à faire connaitre la plupart de ceux qui travaillent jour et nuit pour habiller les Burkinabè et aussi de contribuer à la promotion de la mode burkinabè au-delà de nos frontières. L’événement vise également à promouvoir et à valoriser les jeunes acteurs de la mode burkinabè qui sont méconnus du grand public, a-t-il précisé.

Promouvoir et valoriser les acteurs de la mode burkinabè, c’est aussi le vœu de l’un des lauréats de ce BIFA, Moussa Moses Diabouga, responsable de l’agence de mannequins Integral Fashion. Car selon lui, le trophée qu’il a reçu vient une fois de plus récompenser son combat pour la valorisation de la mode burkinabè. Et cette distinction signifie qu’il doit travailler encore plus car seul le travail paie.

Sonsaya Birbman Sawadogo, promoteur du BIFA

« Et je pense que c’est un pas vers le progrès, parce qu’avec cette activité, le Burkina n’aura plus besoin d’aller ailleurs pour puiser de la matière, ce qui montre que nous avons tout ce qu’il faut sur place pour promouvoir la mode burkinabè ». Même sentiment chez Tina Ouédraogo, styliste modéliste burkinabè : « Pour moi, c’est une fierté de recevoir ce trophée, un trophée qui représente les mérites de mon travail et je remercie tous ces jeunes qui valorisent et promeuvent la mode burkinabè ».

Tina Ouédraogo, styliste et lauréate du BIFA

Quant au représentant du ministre en charge de l’artisanat, Célestin Zoungrana, directeur de la coordination et de la promotion de l’artisanat, il estime que cette activité est très importante. Car selon lui, elle rentre en droite ligne dans la vision du gouvernement qui est d’encourager la promotion de l’emploi à travers une initiative comme le BIFA qui permet de mettre en lumière les jeunes talents du domaine de la création. Le gouvernement ne peut qu’encourager cela, a-t-il affirmé.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?
1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués
Musique : Salif Widiga, la coqueluche des commerçantes
Culture, sports et loisirs : Le cadre sectoriel fait son introspection
Cinéma : La salle de Pissy rebaptisée « Canal Olympia Idrissa Ouédraogo »
Langues maternelles : « On ne peut rien construire de durable en empruntant l’outil langagier à une autre culture », Pr Albert Ouédraogo
Religion et culture : L’archidiocèse de Ouagadougou va se doter d’un musée
FESTICO 2019 à Bobo-Dioulasso : Pari gagné pour les organisateurs
Burkina : L’Union européenne et l’Agence française de développement au secours de l’industrie culturelle
« Un avenir au pays des falaises » : Un programme de développement touristique dans les Hauts-Bassins et les Cascades
Culture : « Ouaga émoi » pour décrire le quotidien de Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés