Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • vendredi 15 février 2019 à 13h03min
SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers

Les représentants des organisations socioprofessionnelles du secteur des transports routiers et les élus communaux étaient en atelier le vendredi 15 février 2019 à Koudougou. Ils ont validé un arrêté conjoint portant règlement des voyageurs. Ce nouvel outil juridico-réglementaire vise la sécurité et la sûreté des transports collectifs urbains. C’était en présence du directeur régional des Transports terrestres et maritimes, Mamadou Boukouma.

La Société de transport en commun (SOTRACO), depuis 2003, fait partie des moyens de transport urbain de plusieurs grandes villes du Burkina Faso telles que Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. Mais, force est de constater que depuis cette date, un vide juridique empêche une organisation efficace de cette entreprise, occasionnant ainsi des faillites et des entraves à son développement pour répondre aux besoins de populations.

A l’origine, un constat a révélé que plusieurs usagers de la SOTRACO faisaient preuve d’incivisme. Au nombre des actes inciviques figurent « le refus de paiement de tickets, l’absence d’abonnement, les injures à l’endroit des chauffeurs, le non-respect des heures départ et de retour, etc. ». Pour pallier à ces insuffisances, une soixantaine d’acteurs issus des secteurs des transports routiers, des agents des forces de défense et de sécurité et les élus communaux ont proposé de nouvelles règles pour un changement de mentalité.

Dorénavant, les bus de la SOTRACO doivent à être à la disposition des usagers de 5h30 à 21h 45. Ces bus sont utilisés pour les transports urbains et péri-urbains. Les usagers désireux de prendre les bus doivent se présenter aux arrêts munis de leurs tickets qui sont disponibles auprès du machiniste ou dans les points de vente. Il est rappelé que la SOTRACO est « une structure à caractère social ».

A cet effet, les places assises sont réservées aux mutilés de guerre, aux invalides de travail, aux infirmes, aux personnes âgées et aux personnes accompagnées des enfants de moins de quatre ans, etc. Les voyageurs non prioritaires sont tenus de céder les places assises aux personnes vulnérables au besoin. En outre, les contrôles sont effectués à tout moment dans le bus. « Les voyageurs sans titres de transport valides sont en infraction et sont soumis à aux sanctions », selon les organisateurs.

A en croire le directeur régional des transports, Mamadou Boukouma, « ce texte va contribuer à la sécurité, au confort et à la tranquillité de tous les voyageurs, dans le respect des personnes et des biens ».

Une réponse aux fraudes

Ces textes ainsi adoptés permettront aux agents impliqués dans le fonctionnement de la SOTRACO de combattre la fraude, de s’attaquer au vandalisme qui pénalise l’ensemble des usagers et d’établir des règles de bonne conduite. C’est ainsi que toute forme de commerce à l’intérieur des bus est prohibée, tout comme la cigarette et l’alcool.

Cet atelier a donc servi de cadre d’expression des attentes des utilisateurs de transports en commun pour « un service de qualité et au meilleur coût ». Les prix sont maintenus de 200 FCFA pour Ouagadougou et 150 FCFA pour les autres régions. Il est prévu une mise à disposition de bus aux agents pour imposer les règles de bonne conduite. Confiante dans l’avenir d’être l’outil privilégié de transports en commun, la SOTRACO compte se doter de bus de qualité au profit des étudiants et de l’ensemble de la population.

Entre autres, la SOTRACO entend combattre l’idée selon laquelle « seuls les pauvres prennent les bus ». Vantant les mérites des bus de la SOTRACO, le directeur général, Pascal Tenkodogo, a relevé que les bus « polluent moins et qu’ils nécessitent le moins d’espace urbain ». Il est reconnu aux chauffeurs de ses bus le mérite de « faire moins d’accidents ».

Désormais, la SOTRACO dispose d’une base légale complémentaire définissant les droits et obligations de ses voyageurs. Se félicitant dans l’implication de sa société dans le développement économique des régions dans lesquelles se trouve la SOTRACO, les acteurs comptent « renforcer le parc opérationnel par l’acquisition progressive de bus et faire en sorte qu’à chaque 10 minutes, un bus puisse être disponible au profit des usagers dans chaque arrêt de bus ».

Aussi, il est prévu l’arrivée prochaine de 60 nouveaux bus pour le renforcement des lignes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. Dans un futur proche, la SOTRACO compte couvrir les lignes de Koubri, Réo et Sabou.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 février à 10:21, par Bamos En réponse à : SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers

    Moi j ai l impression a chaque fois que les gens se trompe de cible. Je ne sais pas comment qualité les sortie souvent chaotique de certains responsables. Quand on parle de code c est des bons comportement a adopter par les citoyens en vie commune dans des espaces communes. La fraude dans les transports urbains relève justement du comportement. D où le code pour encadrer. Si souvent les veulent se faire voir qu ils aillent à ailleurs. On met du coup dans la tête des citoyens que ce code est fait seulement pour les 《fraudeur 》alors que non ce code appelle simplement à la bonne conduite. Dans le bus des bons comportement a adopter par les citoyens c est aussi simplement. Quand on ne comprend pas on ne on s abstiens de prendre la parole. Parlons simplement du devoir citoyens dans le bon comportement. La route était déjà tracée .

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:15, par Bamos En réponse à : SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers

    La Dgttm est le nid de la fraude et de la corruption il faut balayer devant sa porte avant de balayer chez le voisin .A la DGTTM c est la fraude intellectuel la corruption le clientélisme la délation. Les preuves sont là. Voir rapport Ren lac 2013 à 2018.c est le maillot jaune. Pendant ce temps on veut donner des leçons aux autres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Postes de péage : Un préavis de grève du 23 au 26 mai 2019
Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO)
Mouvement des GSP : « Nous attendons le rétablissement de la carrière des GSP et la reprise de service des 10 », selon le représentant SYNAGSP à la MACO
Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019
3ème Assemblée RECOWA-CERAO : Les évêques de l’Afrique de l’Ouest condamnent « ceux qui tuent au nom de Dieu »
RECOWA-CERAO : L’intégralité de la lettre pastorale des évêques de l’Afrique de l’Ouest à la clôture de leur 3e Assemblée plénière à Ouagadougou
Grèves dans le secteur de la santé : Le gouvernement appelle les syndicats à un « esprit de patriotisme »
Métiers d’ingénieur : 2iE veut briser les stéréotypes sur la performance des femmes
Agences de l’eau du Mouhoun et des Cascades : Du matériel pour appuyer la gestion des ressources en eau
Violence dans les langues : Un colloque international pour un meilleur décryptage
Réhabilitation de l’hôtel de ville de Bobo-Dioulasso : Les travaux officiellement lancés
Solidarité nationale : SAP Olympic au secours des personnes vivant avec un handicap
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés