Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Christophe DABIRE, Premier ministre • LEFASO.NET | Par Dimitri OUEDRAOGO • jeudi 7 février 2019 à 13h30min
Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

Le Premier ministre, Christophe Dabiré a reçu, ce jeudi 7 févier 2019, une délégation du Haut-conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN). La délégation conduite par Léandre Bassolé est allée parler des missions du HCRUN et rassurer le chef du gouvernement que les dossiers soumis à la structure sont bien conduits. Le président du HRCUN s’est également réjoui du fait que dans le nouveau gouvernement, il y a un secrétariat d’Etat chargé de la cohésion sociale et un ministère plein pour les droits humains.

Le processus de réconciliation va bien. C’est en substance ce qu’a annoncé Léandre Bassolé à sa sortie d’audience avec le Premier ministre, ce jeudi 7 février 2019. Le président du HCRUN, après son entrevue avec le chef du gouvernement, a révélé être venu parler des missions de son institution. « C’était une manière de partager avec Christophe Dabiré ce que le HCRUN fait », a-t-il poursuivi.

La délégation a également expliqué le niveau d’avancement de l’institution dans le processus de réconciliation nationale. Pour le moment, foi de Léandre Bassolé, la réconciliation entre les fils et filles du pays est sur la bonne voie. Il rassure que son institution travaille dans ce sens.

Il a toutefois admis qu’il y a des lenteurs dans la progression. Cela se justifie, selon lui, par le souci d’éviter les dérapages. Le HCRUN veut se mettre sur la bonne trajectoire. Cela, pour une issue heureuse dans le traitement des dossiers. Le responsable du HRCUN est aussi satisfait du gouvernement conduit par Christophe Dabiré.

« Je dois dire que l’une des choses qui nous a marqués après la nomination du Premier ministre, c’est ce que nous avons pu apercevoir comme message. A plusieurs reprises, il est revenu sur la cohésion sociale. C’est un sujet qui est au cœur de la mission du HCRUN. Nous avons vu aussi que le gouvernement qu’il conduit, a un aspect extrêmement important. Il y a maintenant la cohésion sociale qui est partie prenante. Il y a un ministère délégué sur la question », a détaillé Léandre Bassolé. Le HCRUN a aussi noté que les droits humains disposent maintenant d’un ministère plein. Les droits humains entrent également dans la mission du HCRUN.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 février à 18:41, par Paul KERE En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

    Enfin un Premier Ministre qui se soucie de la réconciliation Nationale. Bravo M. DABIRE.
    Puisse Dieu Tout Puissant vous guider sur cette voie parce que ceux qui croient que la puissance de feu peut anéantir les terroristes qui n’ont pas peur de mourir (guerre asymétrique) ignorent en même temps que même les puissances militaires qui détiennent l’arme atomique n’ont jamais vaincu les terroristes, l’ogre invisible. J’adresse mes encouragements et mes félicitations au nouveau Premier Ministre qui s’inscrit dans cette dynamique de la réconciliation nationale.
    Je rappelle enfin aux "va-t-en-guerre" et "aux haineux" qui ne maîtrisent d’ailleurs pas l’art de la lutte contre le terrorisme qu’il n’existe aucune autre solution à cette guerre asymétrique qui nous est imposée par les terroristes que la RECONCILIATION NATIONALE dans notre pays. Nous allons tourner pendant 107 ans, mais nous reviendrons aux fondamentaux du vivre ensemble en dépit de nos divergences de vues en commençant par le retour de tous les exilés politiques en ce compris le Président Blaise Compaoré qui reste, malgré tout ce que les uns et les autres peuvent lui reprocher notre ancien Président et surtout notre Frère, n’en déplaise à quiconque. Paul KERE.

    Répondre à ce message

    • Le 7 février à 20:36, par caca En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

      Me KERE, je contents de vous lire, et votre absence ça se remarque facilement. Il y a des points qu’on souhaitait vous lire comme le massacre de Yirgou et ou la composition du nouveau gouvernement. Votre contribution est toujours bienvenue pour éclairer les novices en droit
      Soyez bénis

      Répondre à ce message

    • Le 8 février à 06:53, par Siaka En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

      Me KERE, allons doucement ! Vous parlez d’exilés politiques. C’est quoi être un « exilé politique ». Dans « exilé politique », il y a deux mots : « exilé » et « politique » . C’est quoi être un « exilé » ? C’est la situation d’une personne qui vit en exil. C’est quoi la « politique », c’est un concept qui tend à organiser la société, l’Etat, le pouvoir d’Etat d’une certaine manière.

      La notion d’« exilé » est généralement liée à la justice d’un pays (ici l’institution). Un citoyen fuit son pays parce qu’il ne veut pas répondre devant la justice-institution de son pays pour des actes qu’il aurait posés (vol, crime, raisons politiques, etc.)

      Au Burkina Faso, y-a-t-il des Burkinabè exilés parce qu’ils ne veulent pas répondre devant la justice-institution, la réponse est Oui.

      Au Burkina Faso, y-a-t-il des Burkinabè exilés pour vol parce qu’ils ne veulent pas répondre devant la justice-institution, la réponse est Oui.

      Au Burkina Faso, y-a-t-il des Burkinabè exilés pour crime parce qu’ils ne veulent pas répondre devant la justice-institution, la réponse est Oui.

      Au Burkina Faso, y-a-t-il des Burkinabè exilés pour des raisons politiques parce qu’ils ne veulent pas répondre devant la justice-institution, la réponse est Non.

      Me KERE, je vous mets au défi de citer un seul nom d’exilé politique au Burkina Faso. Qui a chassé qui ? Quel Burkinabè est inquiété aujourd’hui à cause de ses opinions politiques ? On peut tout reprocher à Rock KABORE et son MPP, mais depuis qu’ils sont arrivés à la tête de l’Etat, ils ont chassé qui ? Ceux qui sont partis du Burkina Faso sont partis d’eux-mêmes, avant même que la justice-institution ne veuille les entendre pour des faits de crimes ou de vols, avant que Rock KABORE et son MPP, n’arrivent à la tête de l’Etat.

      Me KERE, arrêtons de diaboliser le Burkina Faso.
      Au Burkina Faso, il n’y a pas de prisonniers politiques, il n’y a pas d’exilés politiques.
      Au Burkina Faso, il y a des prisonniers et des exilés de droit commun et de droit criminel.

      Répondre à ce message

  • Le 7 février à 22:17, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

    Que le monde change à toute vitesse : Il y a quelque temps, un avocat partisan, ami du couple Compaoré-Diendéré n’arrête pas a s’attaquer au régime mouta-mouta de Roch Kaboré, et tout ce que faisait ce régime comme bonne action depuis Décembre 2015, aucune bonne action du président Kaboré n’a trouvé grâce aux yeux de l’avocat Paul Kéré et de son ami Kôrô Yamyélé.

    Aujourd’hui on voit que le vent commence à tourner avec un procès dont l’avocat voit que son ami Diendéré s’enfonce seul dans la boue avec ses mensonges et que la justice sera dite pour que les criminels payent leurs crimes et soulager les cœurs des familles des victimes, et qui conduira le Burkina a une réconciliation nationale durable et transparente. Car, sans que les criminels payent leurs crimes a la société Burkinabé, il n’y a pas de réconciliation.

    Il peut y avoir des rencontres avec un premier ministre qui est un camarade de lutte de longue date et visionnaire, mais personne au pays des hommes intègres n’a la clé de la réconciliation sans la justice, en tout cas pas des avocats partisans a ceux qui cautionnent l’impunité. Car il n’y a pas à discuter sur la réconciliation comme-ci ou la réconciliation comme ça, la réconciliation ne se décrète pas, c’est une affaire qui est dans le cœur de chacun.
    La réconciliation est l’œuvre de tous, elle n’est pas l’apanage ni l’exclusivité du microcosme politique, qu’il soit ou non représentatif. S’il y a une volonté ferme et clairement revendiquée du peuple à se réconcilier, la réconciliation s’imposera d’emblée aux décideurs et il leur suffira d’en prendre acte. Personne, je dis personne au Burkina, même pas le président du Faso ne peut pas empêcher les filles ou les fils du pays intègre qui ont quitté le pays de leur propre gré de revenir dans leur patrie : Mais il y a une condition, toutes ou tous, celles ou ceux qui doivent des comptes a la justice Burkinabé comme Blaise Compaoré doivent rendre leur compte pour une réconciliation nationale.

    Car, quand on vois des présumés accusés dans la salle des banquets devant des familles des accusés avec des sourires moqueurs, en narguant les juges pour ne pas assumer leurs actes, qu’à vouloir simplement sauver leur peau, qui donne plus de mal au peuple et les familles des victimes, la réconciliation sera au point mort : Surtout si tant qu’il subsistera des foyers de haine profonde et viscérale, la réconciliation ne pourra avoir lieu. Et parlé de réconciliation en appelant de faire rentrer Blaise Compaoré sans la voie juridique est une provocation au peuple souverain assoiffé de justice équitable.

    Si je dis que personne au pays des hommes intègres n’a pas la clé de la réconciliation sans la justice, je veux dire par là, ‘’’Ou bien on est réellement réconcilié, ou bien on n’est pas réconcilié du tout. Car pousser un régime à faire revenir des criminels fuient le pays, et changer de nationalité pour échapper à la justice, cette affaire de "réconciliation démagogique instrumentale" devienne de la foutaise.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 07:09, par Sapience En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

    Monsieur rarement je répond à vos écris, pour une simple raison. Vous êtes dans les extrêmes. Personne ne nargue les juges. Je vous invite à réfléchir à cette phrase de John F. Kennedy " Il y a trois choses qui réelles : Dieu, la bêtise humaine et le rire. Les deux premières sont au-dessus de notre compréhension, alors, nous devons faire ce que nous pouvons avec la troisième". Je vous invite à envisager certaines situations avec humour. Cela peut conduire à la bonne direction et sauver le vivre ensemble des burkinabé.

    Savez vous que certaines personnes de vos relations vous reprochent des méchancetés gratuites. Aaaahhhh ! Connaissez-vous les six connaissances de la Vie ? Assurément que non, malgré votre âge.
    La justice n’est pas une condition, ni une primauté à la promotion d’un esprit unificateur défendu par le Kôô Yamyelé et l’avocat Kéré. . Bonne fin de semaine.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 07:32, par taali soumaré laa maane sougri En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

    Monsieur ka adepte de la justice, es tu sûr d’une véritable justice ? Quand des personnes sont citées comme la hiérarchie militaire de l’époque n,est pas entendue, penses-tu à cette véritable vérité ou justice tant recherchée ? pour ma part, pardonnez ce n’est pas déverser sa haine, son amertume, humilier aussi son bourreau avant de le pardonner. Le pardon est naturel, il est même spirituel. Ceux qui pardonnent se sentent libérés deviennent encore plus équilibrés que ceux qui portent le lourd fardeau de la haine. Ce ne sont pas les seules affaires du coup d’État manqué qu’il faut juger avant de pardonner. Il y a bien d’autres personnes présumées dans d’autres crimes de sang ou économiques et à Quand vous aurez cette vérité et justice avant de pardonner. Ailleurs on a pardonné et la justice a suivi son cours et il y a la paix, la quiétude dans ce pays comme au Rwanda. Cette trilogie est aux antipodes de la foi. Dieu nous pardonne, pour peu que nous lui demandions pardon. Pourquoi nous, nous sommes si rancunièrs, haineux et sans pardon. Monsieur Ka continuer mais sachez qu’il ne vous sera appliqué cette vérité, justice avant de vous pardonner. Dieu nous l’offre gratuitement.

    Répondre à ce message

    • Le 8 février à 13:57, par Mafoi En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

      @taali soumaré laa maane sougri,quand ça vous arrange pour vendre votre fumeuse réconciliation nationale,vous partez chercher dans les extrêmes et dans des pays très lointains comme le Rwanda avec le génocide fratricide entre Hutu et Tutsi qui avait fait plus de 800 000 morts pour simplement émouvoir,pour simplement duper les gens alors que plus près de chez nous,le cas de la CI aurait pu vous interpeller à plus d’un titre.En effet celui que vous auriez aimé qu’on lui déroule le tapis rouge dans une mascarade de réconciliation nationale à savoir bilaise kouassi né compaoré avait contribué activement en hébergeant des rebelles sur notre territoire afin que son protégé ado arrache le pouvoir en 2011 et au prix de plus de 3000 morts,des milliers de déplacés et de vrais exilés politiques.Pour autant après leur macabre forfait,est ce que ado et bilaise kouassi né compaoré ont engagé un processus de réconciliation nationale qui va de soi ?Non et pire,Gbagbo,Blé Goudé viennent d’être lavés de tout soupçon par la CPI mais ils ne peuvent même pas rentrer chez eux alors que chez nous,nous n’en sommes pas là.Les gens sortent,rentrent comme dans du beurre sans être inquiétés et ils se trouvent de sinistres personnages pour nous parler de virtuels exilés politiques juste pour nous vendre leur réconciliation qui n’a de nationale que de nom car en fait c’est pour 1,2 voire pas plus de 5 personnes.Ainsi donc comme l’histoire est un éternel recommencement,il faut faire comme en 2001 avec cette parodie de journée nationale de pardon où ce criminel bilaise kouassi né compaoré chatouillait son monde avec sa comédie mal apprise.Il est temps que nous nous respectons enfin car si cette forfaitaire passe,dans 10 ans,dans 20 ans,il faudra encore refaire une autre,preuve que c’est une solution bâtarde qui ne répond pas aux vraies questions à savoir que chacun doit répondre de ses actes sinon il faudra aussi vider toutes les prisons du Burkina.Ce sont aussi nos filles,nos fils qui y croupissent et souvent pour un simple vol de poulet pour simplement survivre.En conclusion,je soutiens à 100% les propos de Ka même si ce qu’il dit vous embête parceque vous êtes dans la duperie permanente mais cette fois-ci,elle ne passera pas

      Répondre à ce message

      • Le 8 février à 18:10, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

        Merci mon ami Mafoi : Mais avons-nous du tempo pour répondre a ces vendeurs d’illusions ? Est-ce que les 300.000 libériens tués par les armes que Blaise Compaoré a vendues à son ami Charles Taylor et confirmer par George Klay Jr. Médiateur de la guerre entre Taylor et son peuple, et cité par François –Zavier Vershave dans son livre Françafrique le plus grand scandale de la république ‘’stock/Paris : Est ce que les familles de ces victimes entendront parler du pardon pour Blaise Compaoré ? Ou les 3.000 Ivoiriens tués par les armes de l’état Burkinabé donnés à SORO par Blaise Compaoré, les familles de ces victimes vont pardonner leur nouvel Ivoirien fouteur de merde dans la sous-région disait un officiel Togolais ? Le pardon, les politiciens de petits pieds au Burkina ne connaissent pas. Il suffit de regarder comment l’opposition et majorité se divisent pour le pouvoir dans notre pays, pour savoir qu’aucun pardon même venu du ciel ne peut arrêter ces personnes qui tuent pour le pouvoir.

        Quand a Blaise Compaoré, que Sapience et consorts sachent que le ciel s’assombri en ce moment pour lui avec un syndicat international des victimes de la guerre au Libéria, en Sierra-Leone, en Angola, en Côte d’Ivoire et au Mali serait en formation entre les victimes des différents pays endeuillés par l’enfant terrible de Ziniaré. La plupart de ces victimes, qui jouiraient de la nationalité de pays occidentaux sont des veuves, des veufs, des orphelins, des blessés, et tiendraient à demander des comptes à celui dont le nom a été plusieurs fois cité dans les procès contre Charles Taylor, Prince Johnson et autres célèbres criminels de guerre (son nom figure aussi dans les rapports de l’ONU sur des trafics de drogue et de diamants). Certaines sphères du renseignement international le considéraient même comme le véritable cerveau d’une mafia sub-saharienne qui semait la terreur dans la sous-région et qui aurait donné naissance aujourd’hui aux différents groupes terroristes qui sévissent au nord et à l’est du Burkina. Le peuple Burkinabé peut encore gober les doléances des internautes manipulateurs ou les salades d’un avocat et pardonner leur fils, leur ancien président, mais est ce qu’il échappera a tous ces pays endeuillés par ses ruses ? En vendant des armes pour s’enrichir, est ce que cet individu a penser au pardon, ou à Dieu ? Non. Il ne pensait que le pouvoir et son ventre. Mafoi je te recommande de lire le livre de Zavier Vershave, tu apprendras des choses, car je l’ai relu plusieurs fois.

        Répondre à ce message

  • Le 8 février à 13:33, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : Le Premier ministre reçoit une équipe du HCRUN

    Soyons courageux et arrêtons de voiler la face avec le pardon a l’arnaque pour encore utiliser le peuple pour vos crimes. Que veut dire un pardon pour un politicien Burkinabé ? Nous avons vu a l’stade du 4 Août l’introverti Blaise Compaoré avec des larmes de crocodile devant son peuple et sa propre famille, surtout tous nos sages, chefs coutumiers, et demander pardon a son nom et au nom de ses collaborateurs Diendéré Gilbert y compris pour les crimes de sang commis durant son règne. Et quelque temps après il continuait avec son frère François de tuer qui ils veulent là où ils veulent avec la complicité de Gilbert Diendéré et ses éléments du RSP.

    Alors messieurs, foutez-moi la paix avec votre pardon ! Au Burkina quand on pardonne, on te rend l’enfer, surtout ces revanchards dont leur seul but est d’avoir le pouvoir et se venger du peuple mouton qui a dit qu’il n’a plus besoin d’eux.

    C’est pourquoi depuis plus de 10 ans sur ce forum, je ne cesse de vous dire que La première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa justice ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa justice, et sans que la justice soit dite sur des personnes comme Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré, François Compaoré et consorts, il n’y aura jamais de paix ni une réconciliation au Burkina. Il faut que vous quittiez ce face-à-face mortel qui est le pardon manipulateur que vous voulez arnaquer le peuple pour continuer vos crimes, et explorer d’autres voies profitables aux citoyens et non aux politiques enfermés dans leur égoïsme. Que ça soit vous autres les internautes manipulateurs, la CODER et autres, vous ne pouviez convaincre même pas un bébé Burkinabé avec votre masque de pardon qui cache votre cruauté a venir comme a l’stade du 4 août avec votre mentor. Le burkinabé de 2019 est plus prudent avec votre pardon a l’arnaque.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la nation : Un contraste entre le discours et la réalité du terrain
Situation nationale : Le Premier ministre salue les avancées du pays, malgré l’instabilité sécuritaire
Situation nationale : « Nous avons bien perçu ce projet de déstabiliser le pays en provoquant le chaos », relève le Premier ministre Christophe Dabiré
Discours sur la situation de la Nation : « Qu’on nous rassure que malgré la guerre, il y a de l’espoir », dixit Benewendé Sankara
Situation nationale : Christophe Dabiré attendu à l’assemblée nationale ce jeudi
KDO reçu en audience par le Premier ministre
Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises
Mémorial Thomas-Sankara : Le comité international prend les conseils du Premier ministre Dabiré
Premier ministère : Christophe Dabiré sollicite la bénédiction des évêques
Burkina Faso : Le Premier ministre en visite chez le Mogho Naaba
Déclaration de politique générale du Premier ministre : « Le signe d’un profond patriotisme ? »
Déclaration de politique générale : Réactions des députés Bienvenue Ambroise Bakyono (MPP) et Moussa Zerbo (UPC)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés