Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Migrations : Le Plan d’action de Marrakech sera lancé à Ouagadougou

Accueil > Diasporas • • mardi 5 février 2019 à 22h20min
Migrations : Le Plan d’action de Marrakech sera lancé à Ouagadougou

Ouagadougou abrite, les 12 et 13 février prochains, une réunion des fonctionnaires de haut niveau du Processus de Rabat, un Dialogue politique euro-africain sur la migration et le développement. Organisée par le Burkina Faso, avec l’appui du Secrétariat du Processus et l’Union européenne, la réunion, qui entre dans le cadre de la présidence de notre pays, regroupera environs 200 participants.

Elle consacre le lancement de la mise en œuvre du Plan d’Action de Marrakech 2018-2020 et offre l’occasion d’échanger sur les conclusions issues de la réunion des fonctionnaires de haut niveau tenue les 14 et 15 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie. Les participants à cette réunion se pencheront également sur l’évolution du Processus de Rabat en lien avec le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, adopté le 10 décembre 2018 à Marrakech, au Maroc.

Les signataires de ce Pacte s’étaient engagés, entre autres, à lutter contre les facteurs négatifs et les problèmes structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine, à munir tous les migrants d’une preuve d’identité légale et de documents adéquats, à faire en sorte que les filières de migration régulière soient accessibles et plus souples, à favoriser des pratiques de recrutement justes et éthiques et à assurer les conditions d’un travail décent, ainsi qu’à prévenir, combattre et éliminer la traite de personnes dans le cadre des migrations internationales.

Ce qu’il faut savoir du Plan d’action de Marrakech

Le Plan d’action de Marrakech, qui s’inscrit dans l’esprit de l’agenda 2030 de l’Organisation des Nations unies (ONU), devrait contribuer à l’atteinte des Objectifs du développement durable (ODD). Il est décliné en 23 actions qui s’articulent autour 10 objectifs visant à parvenir à une compréhension commune des causes profondes de la migration irrégulière et des personnes déplacées de force dans la région du Processus de Rabat, à maximiser l’impact positif de la migration régulière pour le développement, et à promouvoir la migration régulière et la mobilité, en particulier des jeunes et des femmes, entre l’Europe, l’Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre, et au sein de ces régions.

Il s’agit également d’encourager la facilitation des procédures de délivrance de visas, de promouvoir les mesures visant à renforcer la protection des réfugiés et autres personnes déplacées de force, de favoriser l’intégration des réfugiés et des personnes déplacées de force dans les communautés d’accueil, et de renforcer les capacités des institutions publiques compétentes en matière de gestion intégrée des frontières, de prévention et de lutte contre le trafic des migrants et la traite des êtres humains.

Il s’agit encore d’améliorer la protection des migrants et des personnes ayant besoin d’une protection internationale faisant l’objet de trafic et des victimes de la traite des êtres humains, de renforcer les capacités des autorités compétentes pour améliorer et assurer les processus d’identification et de délivrance des documents de voyage et, enfin, d’encourager les programmes visant à assurer un retour en toute sécurité et la réintégration durable des migrants, dans le respect de leurs droits et de leur dignité.

La mise en œuvre du plan d’actions de Marrakech ainsi décliné relève justement de la feuille de route du mandat du Burkina Faso placé sous le signe de la protection climatique et de l’environnement, facteur sine qua non pour inciter les jeunes à rester dans leur terroir. En termes d’actions menées dans le cadre de cette présidence, on notera l’intensification du dialogue, ce qui a fait qu’en moins d’un an d’exercice, cinq réunions du Comité de Pilotage (Copil) ont eu lieu.

La présidence burkinabè a aussi et surtout été marquée par l’adoption en mai 2018 du Plan d’action de Marrakech, l’élaboration du rapport d’analyse individuelle du Plan d’action conjoint de la Valette (PACV), et l’adoption des conclusions conjointes du Processus de Rabat et de Khartoum, mais l’engagement du Processus de Rabat sous la présidence burkinabè a également été constaté à l’occasion de la signature les 10 et 11 décembre derniers à Marrakech, du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, lors de la conférence intergouvernementale organisée à cet effet.

Le Processus de Rabat en bref

Le Processus de Rabat ou « Dialogue euro-africain sur la migration et le développement » est un dialogue régional sur la migration qui regroupe les pays situés le long de la route migratoire entre l’Afrique Centrale, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. Fondé en 2006 sur une vision nouvelle et globale des questions migratoires, ce Processus ouvre la voie à une gestion concertée et équilibrée des migrations, dans un esprit de partenariat et de responsabilité partagée.

Il comprend plus de 60 pays africains et européens, y compris la Commission européenne (CE) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui se réunissent de façon régulière afin de discuter des questions techniques et politiques liées à la migration et au développement.

Depuis 2015, suite au Sommet tenu à la Valette, à Malte, sur les migrations, le Processus de Rabat et le Processus de Khartoum sont les deux dialogues régionaux qui forment le cadre de la Valette. Ils sont chargés de suivre et de rendre compte de la mise en œuvre du PACV pour permettre aux pays partenaires de dresser le bilan des progrès réalisés. Depuis sa création, le PACV a renforcé la coopération entre les partenaires africains et européens et a fourni une gestion humaine et durable des migrations des deux cotées de la Méditerranée.

Ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur

Vos commentaires

  • Le 6 février à 09:39, par caca En réponse à : Migrations : Le Plan d’action de Marrakech sera lancé à Ouagadougou

    Le ministère de l’intégration africaine n’a pas d’autres actions à organiser, en dehors de mettre son nez dans les affaires qui ne le concerne pas. Le Burkina n’est pas une terre d’immigration vers les pays européens. A cause de quelques euros personnels vous acceptez vendre les dossiers administratifs de vos compatriotes et Europe. Pour quoi le Mali, le Sénégal ou la Cotes d’Ivoire refusent d’organiser et c’est vous. Je ne vois pas l’intérêt de cette action pour notre pays. Malgré nos relations historiques avec la France, nous sommes à peine 5 milles Burkinabé, et je ne pense pas qu’Allemagne les burkinabé dépasse 500 ou en suisse et dehors l’Italie où ils sont plus nombres et comparés aux ivoiriens, Sénégalais et maliens qui font l’Europe leurs seconds territoires. Même si le pays est un carrefour de transite, il faut tirer profit que de vouloir jouer une conscience de bon enfant. Pensez vous réellement que les européens veulent interdire l’immigration à tout prix ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 15:02, par Goomsida En réponse à : Migrations : Le Plan d’action de Marrakech sera lancé à Ouagadougou

    Est-ce qu’on a vraiment besoin de faire une reunion pour savoir les causes et les solutions ?

    A mon avis non !!! Des pays francophones toujour coloniser financierement en manque de developpement et d’emploi pour la jeunesse ne doit en aucun cas s’etonner de les voire migrer vers l’europe. L’Italie vous a montre la raison.

    Donc, arretez de danser en rond.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 08:40, par Le Citoyen En réponse à : Migrations : Le Plan d’action de Marrakech sera lancé à Ouagadougou

    Mon cher ami, essayez d’avoir une vision plus large. La migration est un phénomène planétaire. Ce n’est pas une simple question de ressortissants de pays francophones. Tous les pays du monde sont des points de départ, de transit et d’accueil de migrants. Mieux quand votre cousin quitte le village pour une autre localité du Burkina où il espère avoir un mieux-être, c’est aussi de la migration. Alors comprenez ça et éviter d’avoir une vision courte de la question.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 16:00, par saam En réponse à : Migrations : Le Plan d’action de Marrakech sera lancé à Ouagadougou

    La migration : l’Afrique qui se vide de sa jeunesse et de ses bras valides ! l’Afrique qui s’affaiblit et qui, du coup, reste la poule aux œufs d’or et le deal des autres continents.
    Autrefois, nos ancêtres, jeunes et forts, ont été enchainés de force et transportés dans les océans pour servir les "blancs".
    Aujourd’hui, la stratégie a changé : attirer la jeunesse qui se sent délaissée par les gouvernants de leur propres pays vers l’eldorado dans des embarquements de fortune, les couler en mer, et faire intervenir quelques structures bidons jouant aux pompiers pour accueillir ceux qui ont pu s’en sortir. Les passeurs ne sont jamais inquiétés. Pourquoi ??
    Mais ils sont en train de tomber dans leur propres pièges.
    L’Afrique se vide de sa jeunesse du fait de la mal gouvernance, de l’égoïsme, de la cupidité et de la bêtise de ses dirigeants !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso-Côte d’Ivoire : Bourèma Ki installé dans ses fonctions de Consul général du Burkina à Bouaké
Ambassade du Burkina Faso à Paris : le personnel se retrouve autour du 9e café
Burkina Faso -Gambie : L’ambassadeur Jacob Ouédraogo présente ses lettres de créance au président Adama Barrow
Diaspora : « Ici au Congo, la nationalité burkinabè est un avantage dans le monde des affaires », explique Lassina Ouattara, homme d’affaires burkinabè
Ambassade du Burkina en Libye : Des compatriotes dénoncent un « comportement anti-Burkinabè » de l’ambassadeur
Africa Day Slovénie 2019 : Une grande participation du Burkina Faso attendue
Burkina Faso-Côte d’Ivoire : Benjamin Nana prend les commandes du consulat général du Burkina à Abidjan
Burkinabè de France : Début de la mission consulaire spéciale de délivrance de passeports et de CNIB
Diaspora burkinabè : « C’est le moment » pour peser sur l’échiquier politique national !
Diaspora : « Je suis très fier des Burkinabè vivant au Tchad car ils honorent la patrie », confie Issoufou Savadogo, délégué CSBE au Tchad
8-Mars 2019 à Vienne : En communion avec les victimes de l’extrémisme violent au Faso
Diaspora : « Les Burkinabè du Niger sont très bien intégrés », Léontine Marie Kaboré, Consul général
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés