Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 17 janvier 2019 à 00h42min
Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

(Ouagadougou, 16 janvier 2019). Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en séance de travail en fin d’après-midi, les chefs coutumiers du Burkina Faso. Les dépositaires de la tradition, qui ont présenté leurs vœux de nouvel an au chef de l’Etat, ont échangé avec lui sur la recherche de la paix au Burkina Faso.

Cette audience a été une occasion pour le président Kaboré et les dépositaires de la tradition d’évoquer les questions liées à la situation nationale marquée par la dégradation de la paix dans certaines localités, et la lutte contre le terrorisme.

« Nous avons échangé sur des questions touchant à la vie sociale de la Nation, notamment la recherche de la paix. C’est une préoccupation qui concerne tous les acteurs et le sujet valait la peine que nous nous déplacions pour voir le président du Faso. Nous sommes sortis satisfaits de cette rencontre », a indiqué le porte-parole des chefs coutumiers, le Kupiendieli, roi du Gulmu.

Pour lui, le souhait de tous les chefs coutumiers du Burkina Faso est la paix et un meilleur vivre-ensemble entre tous les Burkinabè. Sur la question de la crise à Yirgou, dans la commune de Barsalgho, le Kupiendieli a indiqué que les dépositaires de la tradition suivent de près la situation et appellent surtout au calme et à la paix.

Il a affirmé que les chefs coutumiers travaillent à accompagner les autorités dans la lutte contre le terrorisme. « Il faut que les chefs coutumiers soient bien informés sur la question et cela a commencé depuis longtemps. Les populations aussi doivent être informées de la conduite à tenir dans cette situation de lutte contre le terrorisme », a soutenu le porte-parole des chefs coutumiers du Burkina Faso.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 16 janvier à 22:25, par WHISKY En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Chefs coutumiers dépositaires de la tradition se disent-ils ?Qui ne vous connaît plus dans ce pays là

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 02:27, par Dibi En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Vos voeux ? Oui !
    Votre soutien à notre peuple à travers R.C. Kaboré ? Oui !
    Mais dites lui que son immobilisme inquiète !
    Lui et son régime semblent immobiles devant la gravité de la situation comme pris dans un chemin de boue et d’argile. Et comme s’il ne sait où aller et comment se désengager de cet embourbement ou de cette impasse ?
    Tous ceux et celles qui le voient ou le côtoient, dites lui de se bouger et de faire preuve d’un peu d’énergie. C’est urgent et ça devient pathétique et insupportable !
    En pareil cas, on n’affiche pas des airs de grands bourgeois de la ville haute, comme si de rien n’était !
    En plus de subir des hémorragies en vies humaines et blessés qu’inflige à notre peuple, le terrorisme-djihadiste manipulé, l’immobilisme de R.C.Kaboré devient incompréhensible et inacceptable devant les fermetures d’écoles par centaines et la mise en danger des populations rurales dans les régions où il prétend imposer un état d’urgence sans effet réel ; c’est-à-dire assurer la sécurité dans les campagnes, l’ouverture des écoles et de tout autre service public, en y dépêchant sur le terrain des forces réelles de défense préventive et dissuasive du territoire. Faute de quoi, l’avenir de la jeunesse et de notre peuple est plus que jamais compromis.
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 02:53, par Dibi En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Tous ces bonnets de féodaux ne sont pas tous des sages et des garants de bonnes mœurs et coutumes. Beaucoup sont éloignés des idéaux de justice et d’égalité ou même du simple respect de l’autre tant ils peuvent être suffisant dans la morgue.
    Alors, faisons attention de louanger des rapports féodaux de petits et grands chefs de cantons moaga et autres. Certains sont loin d’incarner la modestie. Mieux, ils adorent plutôt les conduites de courtisanerie les plus rétrogrades et ce sont de véritables incarnations des conservatismes les rétrogrades qui, à n’en pas douter, tirent vers le bas toutes les avancées d’une République, même à prétention démocratique en situation néocoloniale ; ce ne sont pas des gens de ce genre qui nous sortirons de notre situation de dominés en situation néocoloniale.
    Historiquement, ils ne l’ont pas fait tout comme aujourd’hui, ils ne le feront pas !
    Je les respecte comme individus, mais je n’irai pas leur cirer les babouches comme certains qui oublient vite qu’ils sont socialement très situés en tant que classe réactionnaire et non comme porteurs de culture d’émancipation !
    Na an lara, an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 03:55, par Mechtilde Guirma En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Oui absolument d’accord avec vous internaute Wendwaoga. Cependant il faudrait enfin qu’ils comprennent l’importance de leur « Statut de chefs coutumiers et traditionnelles ». Ce qui leur permettra de rejoindre les religieux dans la structure républicaine du Sénat ou il n’y aura qu’eux, les religieux et les professions. C’est à dire la composante sociale et économique. C’est là qu’ils verront, que leur rôle est hautement politique parce là ils devront batailler dur contre un système politique qui tendrait vers l’oppression sinon dictatorial. Dans le Sénat, le dialogue sera facile entre religieux et coutumier car l’idéologie général de ces entités nationales est la même, c’est-à-dire :

    La justice pour tous (l’équité)
    Les enseignements à l’éthique-morale dans l’éducation (la doctrine)
    Enfin les pérennités de nos valeurs qui permettent à nos enfants d’avoir des repères (la coutume)

    L’équité, la doctrine et la coutume sont des fonctions reconnues comme des sources de droit au même titre que la loi et la jurisprudence. De par leur nature même ces fonctions devraient être dévolues aux coutumiers et religieux et les professions (l’armée et la justice y compris) dans un dialogue transcendant de conscience (y compris professionnelle comme vocation par exemple) vis à vis de Dieu, des ancêtres, ou de l’éthique morale pour ceux qui n’ont pas de religion mais relève quand même d’une éthique ethnique. Donc pas les partis politiques et affiliés ou affidés. La raison est simple. L’Assemblée et le gouvernement sont les bastions des partis politique où le monopole d’un parti transforme facilement les députés en justicier par le légalisme de la loi du plus fort et une interprétation jurisprudentielle qui tripatouille à chaque fois que de leur besoin la Constitution. Le Sénat donc est là pour faire barrage à ces déviances, contre l’équité, la doctrine et la coutume. Alors je pose la question, qu’irait donc faire un chef coutumier dans une telle galère ou bordèle de chamaillerie, de nomadisme, et d’instabilités permanentes qui ne font que les discréditer ? Il faut que le Moro-Naba ait le courage de taper sur la table et dire au déviants : « Ou tu rejoins le Statut, ou tu me rends mon bonnet ». Ensuite qu’avec les religieux les coutumiers, au lieu de parler d’accompagnement à Monsieur le Président du Faso (à moins que ce mot comporte des nuances subtiles, qui soient intelligiblement comprises par l’interlocuteur, mais est-ce que c’est le cas ?), mais plutôt parler des doléances du peuple souffrant dont ils sont les messagers afin qu’avec l’armée sans exclusion ils entreprennent tous ensembles des actions sans violence et des mesures d’apaisement fortes en installant tout de suite, une convocation pour la réconciliation qui sera suivi immédiatement par la convocation d’une Assemblée Constitutive. Si nous arrivons à ces résultats nous aurions marqué la différence avec un grand + inédit dans notre système de démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 05:23, par Django En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Quand je vous ce regroupement je me pose la question à savoir de quelle réconciliation Ablasse parle ? Certainement entre les partis pour un gouvernement d’union nationale. Du reste dans le contexte actuel tous les partis politiques devraient se retrouver autour du chef de l’état pour des voeux au président de tous les Burkinabés et et un soutien pour les épreuves du moment.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 07:21, par SOUMAILA En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    CERTAINS BONNETS ROUGES, MALHEUREUSEMENT (COMME CELUI QUI JOUAIT LES PROTOCOLES ET SON MENTOR) SONT A LA BASE DES PLUS GRAVES CRISES DE CES DERNIERS TEMPS AU FASO.
    ET QUI SAIT, DE LA PLUS GRANDE À VENIR CONCERNANT LES CHOCS ETHNIQUES...
    PUISSE DIEU ASSISTER CE PAYS QU’IL SEMBLE AVOIR ABANDONNÉ...

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 08:56, par TANGA En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    WEBMASTER, l’heure est au travail à la cohésion sociale et au ’’containment’’ du banditisme au Burkina Faso. De ce fait, il sera aberrant de laisser passer des intervention telle que la NIAISERIE que Mr WHISKY vient de vous proposer.
    Faisons tous attention car à parler trop, on fini par détruire ce qui peut nous arranger.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 09:04, par Le réaliste En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Avec tous nos encouragements pour peu vous réussissez à sortir de l’immixtion grave à la politique qui jadis terni l’image de la chefferie traditionnelle en son temps. Cette implication qui a été orchestrée par le régime déchu dont beaucoup de premiers acteurs sont malheureusement encore aux premiers rangs des affaires politiques, a toujours des séquelles sur vous. Réussirez-vous à être maintenant REALISTES pour sauver le pays ? A vous de voir et courage

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 09:46, par Danton En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Très belle initiative, Mr le Président. Keep it up.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 09:47, par pigmet En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Sur fond d’ethnicisme, les forces obscures et rétrogrades du Centre, Morho Naaba en tête, sont à la base de tous les changements anticonstitutionnels de pouvoir dans notre pays jusqu’au coup d’Etat du 1er novembre 2014 du Lt Cl Zida qui est allé leur livrer le pouvoir au palais du Morho Naaba.
    Les forces obscures et rétrogrades du Centre ont jeté la constitution de notre pays par-dessus bord pour organiser le pouvoir d’Etat selon leur conception ethniciste en rédigeant une charte qu’ils ont fait signer à toute la classe politique et à la pléthore d’OSC corrompues. L’application en a été la transition bâtarde et l’organisation de l’usurpation du pouvoir par le MPP pour y placer à la tête de l’Etat leur homme, Roch Marc Christian Kaboré.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:01, par sidbala En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Je me demande ce que le chef du Yatenga a bien pu dire lors de cette rencontre, lui qui avait maudit le pouvoir MPP avant même sa prise de pouvoir. Bref.
    il est important que les chefs coutumiers (qui perdent de plus de leur crédibilité), du fait de leur utilisation par le politique et ce depuis la nuit des temps, puissent également parler franc et bien conseiller. leur neutralité doit rester intacte.
    En tout cas, si les coutumiers venaient à être vomis du fait de leur compromission, bonjour les dégâts.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:42, par alexis En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Votre attente est grande dans l’attitude des sages du pays que sont les responsables coutumiers et les chefs traditionnels car malgré tout ils demeurent des personnes de ressources qui peuvent conseiller et orienter au besoin.C’est dommage que monsieur WHISKY ne comprenne pas grand chose au fonctionnement de la société.

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 12:17, par Candidat 2020 En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

      laissez whisky transquille. Vous n’aimez pas la vérité et vous refusez de voir la vérité. Depuis l’histoire politique de ce pays, les soi disant chefs coutumiers ont toujours été à la manoeuvre et dans les mauvais coups. Souvenez vous que Soumane Touré les qualifie de forces obscures du Centre. Nous aimons toujours arrondir les angles aux motifs d’un faux semblant de vivre ensemble. Pourtant tout le monde a conscience que le feu couvre et que la question ethnique est plus qu’une inquiétude sous nos cieux. Dessaisissez vous et dites à vos chefs coutumiers d’assumer le role qui est les sien et d’eviter les jeux troubles.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 10:55, par HUG En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Pour qu’il y ait une paix sociale ,il faut la justice sociale, et la gestion vertueuse des ressources car il est absurde de vouloir la paix sociale sans la justice sociale et la gestion vertueuse des ressources. Pourtant avec le pouvoir du MPP et acolytes l’injustice est devenue le repère de leur gouvernance : octroi d’échelon à titre exceptionnel aux enseignants, avantages accordés à certains corps de la fonction publique (santé, magistrats.....) au détriment des autres ; non arrestation des auteurs du carnage de yirgou, licenciement abusif de 10 GSP, augmentation du budget de l’assemblée nationale et du médiateur du faso, suspension abusive de leurs fonctions de 88 agents du ministère de la femme, non résolution de la situation des ex monitrices des garderies populaires, achat de V8 et de talisman pour les ministres et autres dans un contexte d’insécurité et de terrorisme, nomination de complaisance,accusation de l’ex parti (CDP) comme étant le responsable des attaques terroristes, musellement des syndicats, ministre mal causeurs du genre nous ne sommes pas le citoyen lamda,........ La balle est dans le camp du pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:12, par L’HUMBLE En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Quelqu’un qui s’appelle WHISKY est WHISKY ; par conséquent il ne faut pas s’attendre à un bon raisonnement de lui.Depuis quand quelqu’un qui est ivre de WHISKY a bien réfléchi ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:17, par Wattimbo En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    On veut la paix sociale dans ce pays, bloque tous messages messages qui vont a l encontre de nos chefs coutumiers garants de la paix

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:33, par RIGOBERT En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Les chefs coutumiers Moagha disent quoi par rapport au génocide perpétré à Yirgou par leur milice ethnique "koglwéogo" ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 12:58, par kado En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    S’ils sont vraiment garant de la paix, qu’ils donnent de bons conseils a leur armée c’est a dire les Koglweogo enfin qu’ils soient disciplinés et servent convenablement le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 13:37, par Ka En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Tout d’abords je voudrai féliciter ici au président du Faso d’avoir pris cette initiative constructive au moment où Satan a pris possession dans notre pays, et de rencontrer les hautes autorités coutumières et dépositaires de la tradition de notre pays. Cette rencontre était nécessaire, car, ce n’est pas seulement quand on n’a chaud aux fesses, qu’on cherche a escaladé les murs du palais du MOOGO-NAABA pour sauver sa peau, comme nous l’avons vu avec quelques dignitaires au moment des soulèvements populaires.

    Je remercie la direction de la communication de la présidence pour cette article bien pensé et bien écrit, une réflexion simple et limpide pour que les internautes donnent leurs opinions sur un sujet qui nous touche à toutes et à tous, et qui nous demande de se concentrer pour le retour en arriéré et comparer les conséquences de manque de culture de tout en chacun, et qui reste le problème de vivre ensemble, comme nos ancêtres, nos grands-parents, nos parents ont su protégé cette culture pour la nouvelle génération.

    Malheureusement en lisant quelques internautes qui n’ont aucune culture que des dénigrements envers nos sages, je me range derrière deux internautes de culture limpide, qui sont madame M. Guirma et Wendwaogo, pour dire aux internautes de bonne foi "quoiqu’il fasse un président comme Roch Kaboré pour son pays, aucune bonne de ses bonnes actions ne trouvera grâce aux yeux de ses détracteurs revanchards.’’

    Je rejoins a Wendwaoga et a madame M. Guirma dont je partage entièrement leurs opinions qui reste la meilleure solution de pouvoir retrouver le vivre ensemble sans condition : Car, un peuple sans culture est un peuple sans âme. La culture est la seule valeur pour identifier tout un peuple. Et ceux qui sont les porteurs de ses valeurs culturels sont nos chefs coutumiers, dont leurs continuités des coutumes de l’ancêtre au grand-père, allant au père en fils, restent une référence de notre jeune démocratie qui cherche son vrai chemin.

    Et je dis ici honte à ceux qui se livrent à la récupération politique avec ces sages : Car La difficulté des politiques du Burkina, se caractérise par l’absence de culture politique. La plupart autour du président avec des gosiers larges en le caresser le dos, ne sont pas ou n’étaient pas des militants politiques engagées, mais des cadres dans des organismes internationaux sans connaître vraiment le pays, et recrutés pour occuper des responsabilités dans les instances. Ce sont ces politiques sans culture, qui poussent le président a ne pas écouter les critiques et les cris du peuple : Mais un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir avec un peuple averti.

    Que ces personne sans culture autour du président qui sont ses conseillers, sachent que l’Afrique, surtout le Burkina, tous les cadres après notre indépendance, faute d’une institution de régulation sociale pour démarrer le développement et l’émergence de notre pays étaient à la remorque de nos sociétés traditionnelles, pour les orienter. Et je peux confirmer que ces sociétés traditionnelles ne sont pas encore mortes, elles vivent, dictent nos réflexions et comportements, et elles sont un réservoir de sagesse encore utilisable pour redresser la barre de nos errements et de la mauvaise imitation du modèle occidental qui est là pour nous détruire disait le valeureux Thomas Sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 13:39, par Petit Piment En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Mes koro internautes Whisky et Dibi, nous devons privilégier le respect inter-communautaire et inter-ethnique pour que prévale et subsiste la paix au Faso. Faites appel à votre bon sens en y ajoutant un peu d’intelligence et de savoir être et vous apporterez mieux à la stabilité et à la paix de notre cher Faso à tous. Comme tout bon bobo, bwaba, sénoufo, gourounsi, etc...aime à s’incliner très respectueusement et même s’accroupir devant les aînés ou devant les responsables des coutumes et rites dépositaires des savoirs et pouvoirs mystiques pour se faire bénir en les vénérant, tout bon mossi aussi aime à s’incliner respectueusement avec tous les égards devant son chef ou son Roi ou même se jeter par terre devant eux pour frapper la terre de leurs poings fermés (pour les hommes) ou de leurs coudes (pour les femmes) et reconnaître leur petitesse. C’est purement culturel et il n’y a rien de mal à cela parce que ce sont nos valeurs, nos racines, nos roots. Comme il arrive que certains des aînés ou des responsables coutumiers bobo, bwaba, sénoufo, etc...se laissent corrompre par les politiciens ou par de simples individus pour une raison ou pour une autre souvent même aux antipodes des bonnes moeurs, il arrive que certains chefs et rois mossi en fassent de même. Respectons-nous parce qu’il y a des brebis galeuses partout. Si nous respectons nos parents, nos chefs coutumiers et nos chefs et rois et si ceux-ci respectent le Président du Faso et les institutions de la républiques, vous verrez que les choses vont aller dans le sens de la paix et de notre bien-être au Faso. C’est là que se trouve le combat. Il faut que la République s’assume. Il faut que les chefs coutumiers, les chefs et rois sachent que le pouvoir leur a été arraché par le blanc pour être remis à l’administration publique et notamment au Chef de l’Etat qui doit incarner l’autorité de l’Etat et appeler ses représentants que sont les Gouverneurs, les Hauts-com, les préfets et les autres responsables de l’administration à en faire autant. Si cela est fait, et si la chose publique est gérée sainement avec toute la rigueur qu’l faut, nous allons tous vivre avec un certain bien-être enviable et dans la cohésion sociale et la paix. C’est là notre combat. Cordialement et amicalement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 15:56, par Peuple Insurgé En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Le problème de nos sociétés, c’est que tout le monde s’est fourvoyé face à l’argent facile par le biais de la politique. Intellectuels, coutumiers, religieux. Si, tous, nous pouvions retrouver l’honneur et la sagesse de nos aïeux, nous pourrions sortir notre pays de cette situation. J’ espère qu’il n’est pas trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 16:19, par EBENEZER En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Moi je félicite ces ’’naba’’.
    Au regard de l’histoire de notre pays ils n’ont point combattu l’éclosion des autres religions même quand ils savaient qu’ils allaient perdre spirituellement des membres qui appartiennent à la religion animiste:ceci est un comportement démocratique.
    Félicitations à tous ces ’’naba’’ pour la recherche de la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 22:34, par Akzre En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Naba naba,ceux là qi instrumentalisent en bas en bas comme quoi doit devenir president que mossi,, ils on aplaudi la mort de sankara,, le burkina n’est pas un royaume hein, ils sont chef au mogho,,du reste ça nous engage peu,

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 00:01, par Le zomkoom En réponse à : Rencontre du président du Faso avec les hautes autorités coutumières : les dépositaires de la tradition souhaitent la paix sociale au Burkina Faso

    Heureusement avec l ecthnisisme qu on a connu dans l élection de 2015.les 64 ethnies non mossi du bf ont de plus en plus les yeux ouverts.les mossis ont dit ouvertement en son temps qu ils ne voteront pas Diabre Zepherin parce qu il est bissa. Et ce soit disant moogho naaba est à la base de tout les coups fourrés après l insurrection de 2014 heureusement et malheureusement le pire reste à venir personne n échappera

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Accès au logement : Une coalition d’associations demande l’apurement du passif foncier
Médecins en spécialisation : Les arriérés de bourses PROFOS persistent
Justice : Les avocats du Burkina en grève du 23 au 26 avril
Lutte contre les MGF et les mariages d’enfants : Marlène Schiappa s’imprègne d’un programme dans le village de Tibou
Moumouni Pograwa, leader de la diaspora : « Roch Kaboré a juré qu’il va protéger la vie des Burkinabè et défendre l’intégrité du territoire »
Brigade de gendarmerie de Kaya : Les élèves mobilisés pour l’érection d’une clôture
Pâques : 165 nouveaux baptisés pour la cathédrale de Ouagadougou
Avis : Agnès, jeune ivoirienne, recherche son père burkinabè
Ouargaye : La communauté yaana ne veut pas perdre sa culture
Femme et Foncier dans la région de l’Est : Le RESIANE milite pour l’accès sécurisé des femmes au foncier
Arrondissement n°9 de Ouaga : Abdoul Services offre une ambulance et des vivres
Promotion de l’auto-emploi des jeunes : Le projet GLOFAS présenté à la population de Manga
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés