Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

Accueil > En librairie • • vendredi 4 janvier 2019 à 00h20min
Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

Le journaliste d’investigation, Atiana Serge Oulon, a lancé officiellement son ouvrage « Insurrection populaire d’octobre 2014 au Burkina Faso : Les trahisons », ce jeudi 3 janvier 2019, à Ouagadougou. Cet essai de 157 pages permet de comprendre le rôle que les uns et les autres ont joué les 30 et 31 octobre 2014 et jours suivants.

« Nous sommes tous d’accord que c’est une insurrection inachevée ! Mais pourquoi ? L’auteur apporte la réponse dans son ouvrage ». C’est en termes que le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Maurice Dieudonné Bonanet, s’est résumé, en invitant tout un chacun à lire l’ouvrage « Insurrection populaire d’octobre 2014 au Burkina Faso : Les trahisons » d’Atiana Serge Oulon.

Atiana Serge Oulon, auteur du livre

Auteur du livre « Le général Gilbert Diendéré parle », le journaliste Atiana Serge Oulon a dédicacé officiellement son second ouvrage, ce jeudi 3 janvier 2019.

Selon Dr Marc Nébié, présentateur de l’ouvrage lors de la cérémonie, c’est une véritable autopsie de l’insurrection populaire d’octobre 2014 qui a été faite par l’auteur. « Cet essai s’inscrit dans la logique d’enquête et de décryptage de ces évènements historiques. Le livre rassemble les faits, les met en ordre, identifie les acteurs et leurs rôles, rétablit la chronologie des évènements », explique Dr Nébié.

Dr Marc Nébié (à gauche), l’auteur (au centre) et Tiga Cheick Sawadogo, le maitre de cérémonie (à droite)


Qui a trahi qui ?

Octobre 2014. La modification de l’article 37 de la Constitution a échoué. « L’enfant terrible de Ziniaré » a rendu le pouvoir après 27 ans et a pris la fuite pour la Côte d’Ivoire en plein midi du 31 octobre 2014.

Qui était au camp Guillaume-Ouédraogo pour préparer la prise de pouvoir par Isaac Zida ? Qui était dans le comité de présélection du président de la Transition ?
Comment et pourquoi ce fut finalement Michel Kafando qui a été retenu comme chef de l’Etat et depuis quand ? Pourquoi le président de l’Assemblée nationale, ou l’un de ses vice-présidents, n’a pas succédé à Blaise Compaoré, conformément à la Constitution, alors que, quelques jours plus tôt, des hommes se sont fait tuer pour le respect de la Constitution ?

Le livre

Comment deux coups d’Etat ont pu se succéder en moins de 24 heures, celui du général Honoré Traoré d’abord et du colonel Isaac Zida ensuite ?
Ce sont autant de questions qui trouvent leurs réponses dans cet ouvrage, indique le préfacier, Mamadou Savadogo, écrivain et avocat au barreau du Burkina.
Pour se résumer, l’auteur a indiqué que c’est le peuple burkinabè qui a été trahi, d’où le choix de la photo de couverture du livre. « C’est l’intérêt supérieur qui a été trahi. Les partis politiques, les organisations de la société civile et la hiérarchie militaire ont fui face à leur responsabilité », insiste-t-il.

Les deux livres de l’auteur

« Zida, seul à bord »

157 pages sur l’insurrection populaire d’octobre 2014 reparties en huit chapitres, en plus de la présentation du Burkina Faso.
Dans le chapitre « Zida, seul à bord », l’auteur relate clairement, à travers ces propos : « Les signes que Yacouba Isaac Zida faisait cavalier seul avec son groupe sont perceptibles. L’EMGA [Etat-major général des armées, ndlr] a souhaité que les militaires se retirent après la désignation de Michel Kafando comme président de la Transition. En effet, l’EMGA a, au cours d’une rencontre avec les chefs militaires, demandé aux militaires Yacouba Isaac Zida, Auguste Denise Barry, Boubacar Ba et autres de rejoindre les rangs puisque les civils ont repris le pouvoir. Ils ont rétorqué qu’il fallait qu’ils restent pour encadrer les civils parce que ceux-ci pouvaient prendre des décisions contre l’Armée ».

Zida, seul à bord

Cet ouvrage est disponible à 4000 francs CFA au Centre national de presse Norbert-Zongo, au siège du journal Courrier confidentiel et aux librairies Jeunesse d’Afrique et Mercury.
« Si le livre d’Atiana Serge Oulon pouvait servir à nourrir la réflexion du plus grand nombre de Burkinabè sur cette question, je suis persuadé qu’il deviendra, très vite, un ouvrage de référence dans la littérature politique au Burkina, et même au-delà », conclut le préfacier.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 janvier à 05:43, par Mafoi En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    Je ne crois pas à un livre d’investigation mais à un monologue d’un général en carton.Donc le vrai titre aurait dû être:Le général gilbert diendéré parle Tome2 car il y a plus de Zida-bashing qu’autre chose dans le bouquin.On a tous suivi le procès de ce général en carton qui,au lieu de répondre aux questions,passa son temps à déverser sa bile sur Zida parceque ce dernier lui a infligé une trahison positive en se rangeant du côté du peuple.Ce n’est un secret pour personne que c’est lui diendéré qui se savait aussi détesté voire plus que bilaise kouassi né compaoré par le peuple,avait manœuvré en imposant Zida surtout qu’ils sont du même village,le temps que la tempête populaire se tasse et la suite était le retour aux affaires de son co-sanguinaire fuyard kouassi.Mal lui en a pris,son plan machiavélique a lamentablement échoué à cause de Zida.Merci mille fois Zida et c’est aussi en partie grâce à lui que cette milice nommée rsp se conjugue maintenant au passé alors que depuis 1999,le collège des sages dans ses recommandations avait demandé son démantèlement mais rien n’avait été fait dans ce sens.Pire,ces miliciens à la solde d’un dictateur et ses courtisans poursuivirent allègrement leurs basses besognes.Zida n’est certes pas un saint mais en un an,il a fait un boulot formidable pour le pays ne serait-ce que les 2 points que je viens d’évoquer à savoir le non retour aux affaires du fuyard bilaise kouassi né compaoré avec sa bande de mafieux et la dissolution de cette milice rsp.Où est donc la trahison ?Il n’y en a pas,ou du moins ça dépend où on se situe.C’est pour cela je pense que le présent bouquin dit "d’investigation" n’en est guère.Il s’agit plutôt d’un prolongement du premier livre de l’auteur où on avait un général en carton comme guest-star contre un million de fcfa et la page 111 est l’illustration parfaite.Mot pour mot,c’est ce qu’il racontait lors de son procès le plus guignolesque de la planète

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:02, par IRO En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    Serge Oulon est en train de démontrer qu’il est un journaliste à la solde du général Gilbert Diendéré.Cela ne rend pas crédible sa fonction de journaliste.Son premier et second livre font l’apologie du général contre ZIDA et autres.Attention à la dérive qui peut se retourner plus tard contre lui.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 17:26, par tanko En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    Comme il apparaît que ce journaliste-écrivain semble être un laudateur du général, je n’achèterai plus le livre. Si c’est juste pour faire de l’apologie d’un général "4" étoiles...

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 18:01, par Ambiguïté En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    blaise kouassi Compaoré dit que djibril bassolet l’a trahi. diendéré dit également que Zida l’a trahi. Il en est de même certainement des fidèles du RSP et de l’ancien régime déchu de blaise Compaoré qui parleront de trahison à leur égard. Alors, lui monsieur Oulon Atiana, il est de quel coté pour parler de trahison ? Celui de l’ancien régime, et subséquemment de diendéré et de blaise kouassi, ou bien du coté du peuple qui a fait l’insurrection en qui Zida s’est complètement rallié après avoir été premier Ministre ? Qu’il nous le dise ouvertement sinon sa position parait très ambigüe pour nous, restés fidèles au peuple insurgé des 30 et 31 octobre 2014. S’il est de notre coté alors, il ne peut pas parler de trahison de la sorte mais plutôt de ruse de la part du vrai Général de terrain en la personne de Zida (et non un général en carton) qui nous a aidés à nous débarrasser du monstre froid RSP qui mangeait ses propres enfants. Bravo au Général ZIDA qui mérite bien son titre. Grace à vous et malgré vos petites erreurs, notre pays est classé parmi les meilleures démocraties de l’Afrique et même du monde. Les expressions du genre « si tu fais, on te fait et il n’y a rien » est banni du vocabulaire des hommes qui se disaient forts il y a quelques années derrière nous.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 22:17, par yawala Bagasse En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    Merci et courage mon frère Oulon ! Il faut que les burkinabés comprennent une chose :un journaliste d’ investigations est impartial même si la vérité découverte ne va pas plaire à la majorité, son rôle c’est de la découvrir. Il travaille pas pour faire plaisir à Zida ni à Djiendjiere encore moins vous. Celui qui n’est pas convaincu de sa bonne foi peut faire sa propre investigation sur l’auteur lui même au lieu de pleurnicher. Ne travaille pas pour courrier confidentiel qui veut mais qui peut ! Courage Atiana !

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 22:48, par GRUER En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    À lire les commentaires, dans l’ensemble, mes amis du Faso, il faudra encore beaucoup de temps hélas avant que vous ne soyez en mesure de recevoir et d’analyser des informations et des points de vue. Souvent prisonniers d’une certaine haine vous ne comprenez, ni n’acceptez qu’on ne pense pas comme vous. Vous ne vous rendez pas compte que vos jugements sur les Diendéré, Bassolé et Compaoré et consort ne sont pas exacts et trop emprunts d’une haine nuisible à votre compréhension des choses dans votre propre Pays. Vous en finissez par prendre pour héros un homme que l’histoire définira comme un escroc, un homme qui devrait aujourd’hui être au service de son pays et qui se repose au Canada sur son trésor de guerre. Mais ce que je dis là est bien au-delà des limites de votre compréhension actuelle. Ce que Diendéré dit dans son procès est vrai mais ce n’est pas ce que vous voulez entendre. Dites-vous tout de même que l’ouverture d’esprit est offerte à toutes et à tous et que ce n’est pas une fracture du crâne. Dites-vous que cette ouverture d’esprit pourrait vous conduire vers une réconciliation vraie. Votre pays est en danger et vous avez une part importante de responsabilité en ayant chassé des connaisseurs expérimentés pour les remplacer par des chercheurs de trésor, des seconds couteaux de si petit niveau. Signé : Un qui aime votre pays et en considère tous les citoyens avec le même regard, et qui analyse votre histoire sans aucune haine, celui-là voulait dire ici quelques mots. Avec espoir.

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 12:27, par adamsking En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

      Mon ami on reconnait l’arbre à son fruit.Avant qu’ils ne fasse quoi ce soit qui parlait d’eux. Maurice YAMEOGO,Lamizana, saye ZERBO, Jean Baptiste Ouédraogo,Thomas SANKARA ont tous été présidents du Burkina à une certaine époque.Chacun a son jugement selon les actes posés.A chacun son tort et seul l’histoire révèle la vraie nature des hommes. L’amour pour un homme n’empêche pas de lui dire ce qu’il est : bon ou mauvais par ici ou par là.Qui aime bien châtie bien.lA VERIT2EEN FACE BRULE COMME LE FEU MAIS QUI L’ACCEPTE PEUT ÊTRE HEUREUX

      Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 14:49, par adamsking En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

      Vous savez même qu’avec les hommes pour pardonner à quelqu’un il faut que la personne reconnaisse ce qu’elle a fait.Quand le gouvernement de l’autre a envoyé une délégation à la mère de Norbert ZONGo pour demander pardon,cette dernière a répondu qu’elle ne sait pas à qui pardonner puisqu’elle ne sait pas qui a tué ses enfants.Elle voulait voir les vrais coupables en face mais rien,tout était superficiel.Pendant le procès du putsh personne n’était coupable.Tout pesait sur des personnes absentes.Quand-même soyons sincères dans nos propos.

      Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 12:09, par adamsking En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    Vraiment je ne comprends plus rien.Le départ du pouvoir de l’ex homme fort ne plait pas à beaucoup de gens dans ce pays,mais sachez que seul Dieu est Eternel. Jusqu’à quand les gens comprendront que rien n’est sans fin sur cette terre .tchrrrrr....n’importe quoi.Que Dieu bénisse le Burkina et le nettoie des démons infernaux et des zombies politiciens.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 12:17, par adamsking En réponse à : Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon

    Gloire à Dieu s’il y’a une chose qui arrange l’humanité après le péché originel ,c’est bien la fin de tout être humain et de tous les pouvoir non divins.Aucun homme bon ou mauvais ne peut prétendre avoir le monopole de la longévité.Pitié pour ceux qui ne le savent pas.Ce qui fatigue l’Afrique,c’est la zombification politique des populations qui n’ont aucune culture politique. On vote pour un quart de pain pour ensuite souffrir inlassablement.L’avenir n’est pas dans les cadeaux mais plutôt dans le travail et son fruit.Travaillons et nous ne serons pas à la solde des politicards

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Littérature : Les conseils de Gombraogo Ouédraogo pour « bien vivre en famille et en société »
Littérature : Le frère Victor Zongo partage le « Souvenir d’un élève »
En librairie : « Démocratie par le bas et politique municipale au Sahel », un ouvrage analyse la communalisation au Burkina Faso, Mali et Niger
Littérature : l’ancien DG de la police nationale Paul Sondo publie « L’aube du sort sacré »
Littérature : Maiga Assetou Wendyam publie « L’exil de l’amour »
Littérature : Issa Sawadogo constate que « L’homme a perdu la raison »
En librairie : Clément Zongo signe « Moah, le fils de la folle »
Littérature : « Y a-t-il un cap’tain dans l’équipe ? », le nouveau livre de Nazi Kaboré
Insurrection populaire d’octobre 2014 : « Les trahisons » révélées par Atiana Serge Oulon
Insurrection populaire de 2014 : Les Trahisons révélées par Atiana Serge Oulon
Développement personnel : Ibrahim Sawadogo présente l’« Abondance illimitée »
« Lettres d’Afrique et autres Illusions » : Un recueil de souvenirs et de réflexions de Francis De Clercq
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés