Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Assemblée nationale : Les femmes veulent mieux contribuer à la promotion du genre

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Edouard K. Samboé • lundi 24 décembre 2018 à 01h10min
Assemblée nationale : Les femmes veulent mieux contribuer à la promotion du genre

A Ouagadougou s’est ouvert, le samedi 22 décembre 2018, un atelier de relecture des textes et de relance des activités du Réseau des femmes ministres, anciennes ministres, parlementaires, anciennes parlementaires, présidentes d’institution et anciennes présidentes d’institution (REFAMP). Présidant cette cérémonie, Alassane Bala Sakandé a promis dix millions de francs CFA à l’horizon de 2019 et une possibilité d’augmentation de l’enveloppe à l’horizon 2020. Ce soutien financier va permettre aux femmes dudit réseau de mener des activités de promotion du genre.

C’était la troisième assemblée générale des membres dudit réseau. Mais aussi, un rendez-vous des femmes d’hier et d’aujourd’hui qui ont occupé des postes de responsabilités politiques ou institutionnelles. C’était également un moment pour les participants de renouer des liens en vue de mener des actions en matière de promotion du genre. A cette rencontre, plus d’une centaine de femmes issues de plusieurs carrières professionnelles ont répondu présentes. Elles sont plus de 120 femmes au sein de l’organisation, selon la présidente Juliette Bonkoungou/Yaméogo.

Dans son allocution d’ouverture de l’atelier, la présidente du réseau a remercié Alassane Bala Sakandé pour sa présence qui témoigne « son intérêt et sa confiance » vis-à-vis des femmes du réseau. Situant le contexte historique, elle a laissé entendre que le réseau a été créé en 1995 pour faciliter la mise en œuvre des recommandations de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) organisée au Caire en 1994. Dans ses explications, il est ressorti que le réseau est un cadre d’expérience, d’échange d’informations, de diffusion des innovations et succès au plan politique, programme comme au niveau de la législation.

Entre autres, sa création répondait au souci d’impliquer les femmes ayant un pouvoir de décision et de contrôle dans la mise en œuvre effective desdites recommandations. Aussi, elle vise à renforcer la coopération entre l’exécutif et le législatif au profit de la population. Mais de nos jours, rassure-t-elle, le réseau s’est élargi et vise désormais l’influence publique dans un climat de paix, de démocratie, de respect des droits humains et de développement durable. Pour conclure, elle a invité des femmes à s’engager pour militer pour les droits des femmes burkinabè.

Alassane Bala Sakandé a déclaré que le parlement burkinabè a placé la question de la femme au cœur de ses préoccupations. Toutefois, il a regretté que des iniquités de tout genre continuent de frapper la femme. Aussi a-t-il reconnu que les droits des femmes sont partout proclamés, mais que ces droits sont partout bafoués. Pour conclure, il a promis de s’engager à institutionnaliser, au sein du parlement, à l’horizon 2019, une somme de dix millions de F CFA et peut-être vingt millions en 2020, si les conditions inclusives, d’impartialité politique demeuraient au sein de ce groupe de femmes.

Tout comme Thomas Sankara, il a lancé : « La vrai émancipation de la femme, c’est celle qui responsabilise la femme », avant d’informer les femmes de la tenue du Forum national sur l’autonomisation financière des femmes et l’augmentation de la représentativité des femmes dans les sphères de décision politique, organisée par l’Assemblée nationale.

Pour Juliette Bonkoungou/Yaméogo, parlementaire, ancienne ministre, présidente de ladite organisation, ce groupe de femmes se veut « très utile ». Pour ce faire, un certain nombre d’expériences, de compétences et de ressources privilégiées acquises lors d’exercices des fonctions respectives seront apportées pour appuyer le développement du pays. Ainsi donc, les femmes plus expérimentées entendent capitaliser leurs connaissances pour les transmettre aux plus jeunes.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]


Edouard Samboé (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 décembre 2018 à 22:13, par Vigilance En réponse à : Assemblée nationale : Les femmes veulent mieux contribuer à la promotion du genre

    Je suis un peu hors sujet mais tout de meme ce commentaire meritait d’etre posté :
    Gardez ceci en tete. Les occidentaux ne font jamais rien au hasard. Ils ont toujours plusieurs cousp d’avance sur les Africains. La nouvelle strategie pour controler le taux elevé de naissance en Afrique a été trouvé par Macron. Une veille technique qui consiste à diviser pour reigner. Au Tchad, le président français lance l’idée d’une banque des femmes africaines. Moyen pour controller nos femmes et imposer par la meme planing famillial a souhait.De par le monde ou avez vous vu une telle banque sexiste ? Que Macron commence en France chez lui et on verra. Qu’il gére les gilets jaunes d’abord. Soyez vigilantes notre force c’est nos femmes et nos enfants donc notre nombre. Le probleme de l’Europe c’est le manque de naissances ils ont peur de notre taux de fecomndité. Bientot il seront en cours de main d’oeuvre d’ou l’acceptation d’un nombe important de Syrien en Allemagne. Le problème pour eux c’est d’avoir des immigrés dont la couleur peau se rapproche de la leurs. Tout sauf les Africains.

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2018 à 02:49, par Zach En réponse à : Assemblée nationale : Les femmes veulent mieux contribuer à la promotion du genre

    Internaute Vigilance : Ici n’est pas fait pour debiter de tels propos. Vous melangez tout !

    Répondre à ce message

  • Le 26 décembre 2018 à 02:58, par Vigilance En réponse à : Assemblée nationale : Les femmes veulent mieux contribuer à la promotion du genre

    Justement. D’ou le debut de ma phrase. Mais toi tu dis quoi Zach ? Tu te baisse le froc ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés