Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

G5 Sahel : Placer les populations au centre des politiques de lutte contre le terrorisme

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Oumar L. Ouédraogo • jeudi 6 décembre 2018 à 00h22min
G5 Sahel : Placer les populations au centre des politiques de lutte contre le terrorisme

Nouakchott, capitale de la République islamique de Mauritanie, abrite, le 6 décembre 2018, la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel. Pour cette instance, les Etats membres de l’organisation ont décidé de jeter leur dévolu sur les questions de développement. Il s’agit, précisément, de mobiliser des fonds pour le financement de la quarantaine de projets identifiés et dont la mise en œuvre devra permettre d’améliorer les conditions de vie des populations sur le terrain.

Comme aiment à le répéter les spécialistes, la lutte contre le terrorisme n’est pas seulement militaire ; elle est aussi actions de développement. En clair, la pauvreté expose les populations à toutes les tentatives, même les plus inimaginables. En d’autres termes, la pauvreté, voire la misère, sous laquelle ploient certaines populations dans l’espace sahélo-sahélien, offre des ingrédients à l’extrémisme violent. Le constat est que la situation de l’espace G5 Sahel se caractérise notamment par un faible taux d’accès de certaines communautés aux services sociaux de base (éducation, santé, eau et assainissement, transport), une insécurité ambiante, l’absence de l’administration dans certaines zones, une insécurité alimentaire, des populations qui ont le sentiment d’être oubliées (voire abandonnées) par leur Etat, etc.

Dès lors, se limiter aux seules actions militaires, c’est combattre seulement le mal par ses conséquences.
C’est dire donc qu’il y a nécessité que les populations sentent que les Etats travaillent pour elles. C’est même un impératif ! Il faut des réalisations sérieuses dans les domaines sociaux de base, faire en sorte que les communautés concernées sentent que les plus hauts responsables se préoccupent d’elles.

« Les chefs d’Etat ont pensé qu’il faut avancer un peu plus sur la dimension du développement qui est, avec la sécurité, les deux piliers de notre stratégie », révèle le secrétaire permanent du G5 Sahel, Maman S. Sidikou.
C’est dans cette vision qu’a été mis en place le Programme d’investissement prioritaire (PIP), fort d’une quarantaine de projets structurants, touchant directement aux conditions de vie des populations concernées. Le budget est estimé à deux milliards d’euros, soient environ 1 310 milliards de F CFA.

Le rendez-vous de Nouakchott, décidé en juillet 2018 par les chefs d’Etat, en marge du sommet de l’Union africaine, devra donc permettre aux partenaires et bailleurs de fonds d’aider à restaurer la sécurité et la stabilité dans la bande sahélienne. Il sera question donc de développement avec les partenaires.

En marge de cette conférence (une première du genre dans un pays du G5), quatre ateliers seront animés autour des thématiques couvertes par la Stratégie pour le développement et la sécurité du G5 Sahel. Il s’agira des thématiques sur « Accès aux ressources naturelles, Pastoralisme résilient et économie verte », « Jeunesse sahélienne et lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent », « Place de la femme dans les problématiques du Sahel », « Investir dans les pays du G5 Sahel et promouvoir l’économie et l’emploi des jeunes ».

Créé en décembre 2014 pour mutualiser les forces face au défi sécuritaire auquel est désormais confrontée la zone sahélo-sahélienne, le G5 Sahel (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) a vite pris la mesure, en identifiant les questions de développement comme l’un des leviers indispensables pour la lutte contre l’extrémisme violent.

Le PIP, élaboré depuis 2014 avec ce portefeuille de 40 projets, a pour finalité de traduire, dans les faits, les efforts des Etats membres en vue de garantir la sécurité des personnes et des biens, et mettre sur pied une politique de développement durable.

Oumar L. Ouédraogo

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Est du Burkina : Un agent des eaux et forêts tué dans une embuscade
Région de l’Est : Une école incendiée, deux individus de nationalité étrangère aux arrêts
Opération Doofu : Human Rights Watch appelle les FDS à respecter les droits humains
Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori : « Les terroristes tirent sur la corde religieuse et ethnique »
Burkina : Le MBDHP appelle les populations à s’organiser contre l’hydre terroriste
Attaques contre les lieux de culte : Yacouba Zida appelle à l’union pour constituer un bouclier contre les forces du mal
Sahel : Un gendarme trouve la mort dans une embuscade
Attaque terroriste à Dablo : « Le Saint Père m’a appelé pour m’encourager », Mgr Théophile Naré
Opération « Doofu » : Le gouverneur du Centre- Nord invite les populations à une « parfaite » collaboration avec les FDS
Lutte contre le terrorisme : Le député tchadien Théophile Yombombé loue la résilience du peuple burkinabè
Dablo : « Il faut prier pour ceux qui nous tuent », recommande Mgr Théophile Naré, évêque de Kaya
« L’opération Doofu sera un succès », rassure le Chef d’Etat-major général des armées
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés