Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 6 décembre 2018 à 00h18min
Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

Ce mercredi 5 décembre 2018, le général Gilbert Diendéré est à son 7e jour d’audition. Hier, les avocats de la défense ont achevé leurs questions et observations, avant de passer la parole à la partie civile.

Après six jours d’audience, la partie civile dit avoir décelé des incohérences dans les propos de l’accusé . Selon Me Prosper Farama, la main sur le cœur, tous ceux qui sont passés à la barre ont fait croire qu’ils ont dit la vérité. "Nous sommes finalement arrivés à un point où on ne connaît pas qui a fait le coup d’État", a-t-il affirmé.

Parlant des témoins que vous avez cités, en quoi le passage du Mogho naaba à la barre pourra nous permettre de connaître la vérité ? A cette question de Me Farama, le général Diendéré a fait savoir qu’il est "un mossi" et il sait très bien que le Mogho naaba et le Président Roch Kaboré ne peuvent pas venir à la barre. "Mais quand même, ce sont des personnes qui, de part leurs explications, pourront éclairer la lanterne du tribunal", a-t-il insisté.

A la barre ce mercredi matin, l’accusé est confronté à ses déclarations et celles de ses coaccusés, car selon la partie civile, il y a des incohérence dans les propos.

A en croire le général Gilbert Diendéré, il n’était pas au courant de l’opération du 16 septembre 2015. Or, au cours de la rencontre avec la hiérarchie militaire, le Gilbert Diendéré a présenté ses excuses aux officiers pour ne pas les avoir associés à l’action. C’est ce que l’accusé Abdoul Kadri Dianga a rapporté.

A la barre, le général Diendéré a dit qu’il a rédigé la déclaration du Conseil national pour la démocratie (CND) tout seul. Est-ce qu’un médiateur rédige une déclaration sans impliquer les parties prenantes ? A cette question de Me Farama, l’accusé a affirmé que la déclaration est intervenue après l’échec de la médiation.

- Me Farama : Donc après un échec, le médiateur devient acteur ?

- Diendéré : "J’ai longuement parlé de cela donc je ne vais pas y revenir".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 décembre à 12:00, par Nabiiga En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

    Chers compatriotes, excusez moi de revenir quelque peu en arrière. Ce n’est pas pour ennuyer mais c’est tout simplement parce qu’il faut se reculer pour mieux sauter. Il faut bien donc se reculer pour comprendre mon analyse.

    Pour ce qui a trait à Zida Yacouba, beaucoup d’encre a coulé sur lui ; lui-même en a fait coulé autant à travers son livre que je n’ai pas eu le temps de lire malheureusement. Je pense fort bien qu’il est temps que nous nous posions les bonnes questions. Kere à qui Zida se rapportait comme chef hiérarchique militaire, et qui fut, en son temps, un ours en peau d’agneau placé à la Présidence expressément par Gilbert pour être l’œil et oreille de Blaise, a fait son passage devant le tribunal. Il nous a fait savoir que Zida leur a joué un tour pour usurper le pouvoir pour devenir Président. Croyons-le car, en effet, Zida l’a été pendant un bout de temps avant de devenir PM. Tous ceux qui ont défilé devant le tribunal, chacun a eu un mot sur Zida, allant de la drogue trouvé dans son bureau au détournement. C’est normal que toutes ses échappatoires aient été dites car chacun cherche à se dédouaner et comme il est loin, sa défense est inexistante.

    Tenez-vous bien que cela n’est point ce que je souhaite soulever ici. C’est plutôt le mystère de la haine que Gilbert et ces acolytes nourrissent à son endroit et les non-dits qui ont donné naissance au coup d’état. Posons-nous les bonnes questions. Zida aurait-il pu prendre le pouvoir de lui-même et l’aurait gardé au grand dam de Gilbert et les autres ? Aurait-il même le garder pendant une journée sans qu’il ait été descendu ? Impossible de croire. C’est parce qu’il a eu l’onction expresse de Gilbert. Zida a pris le pouvoir et a pu le conserver non pas parce qu’il fut un fin stratège mais parce que Gilbert, comme je viens de le dire, le voulait bien et par extension, Blaise Compaoré. Gilbert a accepté que Zida garde le pouvoir à condition qu’il soit la marionnette qu’on voulait de lui, et de faire selon ce que Gilbert et Blaise lui auraient dicté. Il a refusé d’être cette marionnette-là !!! Au contraire, il a tissé ses propres relations dans des réseaux complexes et a fini par devenir l’homme de lui-même pour se maintenir au pouvoir ; n’en déplaise à tous ceux qui croyaient avoir leur gars en place. Bref, Gilbert et Blaise ont été laissés avec un sac vide ne croyant plus leurs yeux. Zida, n’a-t-il refusé de prendre les appels de Blaise à un moment donné ? Mais pourquoi a-t-il refusé de prendre ces appels-là ? Blaise et Gilbert, ont-ils digéré ce qu’ils aiment appeler la trahison sans grincer les dents ? L’ont-ils pardonné pour leur avoir joué ce tour ?

    Si ce jour Gilbert parle des humeurs de RSP, c’est parce qu’il fut derrière tous ces humeurs auxquels nous avons assisté lorsque Yaco était au pouvoir et ce sont ces humeurs qui se sont soldés en coup d’état. Gilbert a fait un coup d’état avec Blaise, sa famille et le CDP afin de s’offrir encore le pourvoir au Burkina parce que Zida a refusé d’être le marionnette qu’on voulait de lui. Le coup d’état a été planifié en incitant les soldats de RSP à se rebeller dans des humeurs à répétition, a été exécuté en montrant aux soldats comment, quand et quoi faire, et été assumé en tant qu’un simple innocent qui voulait le bien de notre pays. C’est plutôt le bien de Blaise qu’il voulait.

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre à 08:05, par morlam En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

      Dans ce procès, il y a des choses bizarres à comprendre :
      - le Lt Cl Zida bien que largement incriminé ne fait pas l’objet d’un mandat d’arrêt afin qu’il vienne s’expliquer car il est cité comme étant le maître déstabilisateur et gros détourneur des fonds publics qui ont servi à diviser le RSP et la Transition. Il est la cause directe ou indirecte de cette situation ;
      - la haute hiérarchie militaire qui a validé la prise du pouvoir avant que le Gl Diendéré se décide à s’affirmer n’est pas inculpée qui à être innocentée par le tribunal. Au contraire, cette hiérarchie est gratifiée par des nominations juste pour narguer la Justice et le peuple ;
      - le procès verbal de la réunion des partis politiques dits de la résistance qui a décidé de faire de nombreux morts n’est pas pris en compte ;
      - le cas de Me Hervé KAM, personnage à casquettes multiples qui aurait indûment reçu des fonds publiques dans des conditions sombres est agaçant. Il doit être mis aux arrêts en attendant que sa situation soit clarifiée. Où êtes vous monsieur Luc Ibriga ?
      - le deal du marché des investigations informatiques avec le Directeur de la justice militaire qui se chiffre en dollar doit être élucidé.

      Répondre à ce message

    • Le 6 décembre à 10:24, par CHARIF En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

      Merci Prince NAABIGA ;
      je valide. seul celui qui habite la case sait d’où le toit coule. Il fallait quelqu’un du rsp pour libérer le peuple des griffes du clan de Diendéré. et c’est ce que ZIDA a fait.
      TENEZ BIEN. Pour des histoires de fesses ( Alima OUEDRAOGO ) Diendéré defie THOMAS SANKARA le matin du 15 octobre 97 ; golf demande le feu vert à Blaise qui hésite pour en finir avec. il donne le ok vers 15h et vers 17h Alima était entièrement à golf parce que le président du FASO ( SANKARA )est déjà mort. Environ 2 heures pour changer l’ histoire de tout un pays. SUPER GOLF

      Répondre à ce message

    • Le 6 décembre à 12:14, par Bantchandi En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

      Nabiiga, tu as su bien résumé la situation d’avant coup d’Etat. Que celui qui veut et peut accepter accepte. Non tu as 10/10 mon gars. Bravo !!!!!!! avec félicitation du jury ;

      Répondre à ce message

    • Le 6 décembre à 18:25, par ELKABOR En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

      Nabiiga, conclusion de ton long développement ZIDA a fait un coup d’Etat, tout comme Diendéré, peu importe ce qu’il a fait par la suite. Coup d’Etat c’est coup d’Etat !

      Répondre à ce message

    • Le 8 décembre à 23:24, par siras En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

      Merci pour votre analyse. Je suis loin de Zida et sans parti politique mais le peuple burkinabè doit être reconnaissant envers Ziba pour un sacrifice accepté vers la démocratie. Il pouvait se faire facilement tuer par ces anciens collègues du rsp qui sont sans état d âme. Il a été très courageux et les burkinabè chanceux dans tous ces événements.

      Répondre à ce message

    • Le 8 décembre à 23:33, par siras En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

      Merci pour votre analyse. Je suis loin de Zida et sans parti politique mais le peuple burkinabè doit être reconnaissant envers Ziba pour un sacrifice accepté vers la démocratie. Il pouvait se faire facilement tuer par ces anciens collègues du rsp qui sont sans état d âme. Il a été très courageux et les burkinabè chanceux dans tous ces événements.

      Répondre à ce message

  • Le 5 décembre à 12:30, par Negblanc En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

    Qu’est ce que « être Mossi » a a voir avec cette histoire ? Vous n’avez pas agit en tant que mossi mais en tant general de la république .

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre à 13:40, par TANGA En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

    Hey les gars, c’est clair que ce coup d’état a été voulu par ZIDA afin de créer une situation et de rester au perchoir comme lui avait dit son prophète ’’c’est dieu qui t’a donné, il ne faut pas laisser’’ (Prohète et Dieu sont en minuscule par ce que ce n’est pas un vrai prophète et quand il parle de Dieu, il ne s’agit pas du Dieu Tout Puissant mais de leurs dieu). Cela n’a pas marché mais partie des conséquences oui à savoir l’élimination du RSP et le limogeage de certaines têtes.
    Alors, le jugement est fini ; DIENDIERE n’a rien fait ; on le laisse retourner au boulot. Ceux là qui ont fuit doivent venir nous dire pourquoi fuir même en temps de paix car comme on le dit chez les mossi, ’’A maenin mih tiiri, mimin ti tenga naan waan-mè’’.
    Je vous aurait prévenu tout comme sur cette même plate forme il avait été signifier à Blaise de laisser tomber son histoire d’article 37 car l’occident finançait des gens pour en profiter. Il fallait le chasser et du coup casser l’armée du pays par ce qu’ils se préparaient à faire entrer les bandits dits djihadistes au Faso. Faisant ainsi, nous vivons la situation actuelle.
    Vous pouvez ne pas croire mais c’est la réalité.
    Pleurons nos morts, pardonnons nous et refaisons notre armée si bien crainte. Vous verrez que en moins de deux semaines, on ne parlera plus d’attaques.
    Wendé, yaaf Burkina, Yolssa laf songa ! Amina !

    tangatapsoba@yahoo.fr

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre à 13:56, par Ka En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

    Internaute Nabiiga je confirme : Zida savait ce qu’il faisait. Car le but de ce coup d’état était de déstabiliser la transition et se venger contre lui. Et Gilbert Diendéré lui-même à assumer son rôle de meneur dans cette tentative de prise du pouvoir par les armes, au début, il avait voulu faire croire à un coup monté par des sous-officiers de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) en colère, dont il aurait tout ignoré. Et pour éviter un bain de sang, avait-il soutenu, il a fini par l’assumer.

    Ce qu’il fait comme stratégie devant les juges pour sauver sa peau n’est pas compatible à ce qu’il a confirmé avec arrogance au début de son coup d’état minable, et les juges comme les avocats l’ont compris : Car, l’stratégie jouer par la hiérarchie militaire au début du coup d’état était de mettre Gilbert Diendéré et ses mercenaires dans un filet, et Gilbert Diendéré constate aujourd’hui son erreur, car il a compris que dans un état normalement constitué, le fait, pour un militaire, de s’emparer d’une arme pour se livrer à une activité autre que celle qui lui a été assignée par la hiérarchie est un acte d’insoumission caractérisée et passible des plus hautes sanctions. La hiérarchie militaire et politique n’a fait aucune erreur que de faire comprendre à ce minable qui se croyait être soutenu, que la patience est un chemin d’or, et que le filet sera en fer contre celui qui se croyait le plus rusé que le peuple Burkinabé depuis plus de 27 ans. S’il y a une justice au Burkina, ces mercenaires du RSP et les le général en carton de la gendarmerie, ainsi que leurs complices civils Yaméogo, Koné, Damiss, sawadogo et consorts doivent être sanctionnés à la hauteur de leurs crimes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre à 19:15, par Kogozanga En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

    Une affaire très complexe mettant au devant de scène deux galactiques affairistes et mafieux . Vous avez bien compris la guerre entre ces deux messieurs qui se battant pour s’approprier les comptes et les sacs de CFA abandonnés par leur chef est devenue une affaire d’état. La hiérarchie militaire n’est pas dupe pour se laisser prendre dans un tel traquenard. Quand on a fait Sankara Blaise dormait, en 1989 ce fut le tour de Lingani et Zongo par ce que selon eux ils voulaient faire un coup d’état et personne n’a bronché ensuite Watamou à suivi parce qu’il a osé croire que Blaise allait lui laisser la place après la mort de Sankara. Zida prend les rênes du pouvoir avec la complicité de son mentor Diendere . Sa première mesure est de modifier le statut des militaires pour prendre le grade le plus élevé de l’armée. Le vieux Kafando justifie cela par les exemples du Niger , du Mali et de la Guinée oubliant son propre pays où Lamizana, Seye Zerbo, Jean Baptiste et Sankara ont tous eu la même occasion mais ont tous boudé les fameuses étoiles. Le pays des hommes intégrés couve un paradoxe étonnant. Les Burkinabe vénèrent les voleurs . Diendere et Zida ont quelque en commun. Ils sont tous les deux riches comme Cresus. Rien d’étonnant s’il ont des partisans dans tous les milieux. Pauvre Burkina ! que DIEU nous preserve de toutes ces mascarades. Apparemment le général milliardaire n’à pas dit son dernier mot. Cette mise en scène mise devant les tribunaux n’est qu’une astuce pour gagner du temps. Soyons vigilants car ces hordes de chiens attendent à nos portes. Si ces déclarations fantaisistes et incohérentes arrivent à semer le trouble au sein de nos forces il aura gagné au moins une bataille. A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre à 15:34, par Bantchandi En réponse à : Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile

    Ah les gars vous êtes forts dans vos analyses, mille fois merci et permettez-moi tout de même de vous faire un bisou baveu. Lol !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!, mdr !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    ah femme toi aussi on dit c’est par toi que la vie et c’est par toi que la mort vient également oh ""Alima OUEDRAOGO"" Yako ohh !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Isaac Zida aurait proposé de financer la campagne électorale d’un candidat à trois conditions
Putsch du CND : Le général Diendéré est impliqué, conclut Me Séraphin Somé
Procès du putsch du CND : Me Prosper Farama débat de la question de l’ordre militaire avec le Général Diendéré
Procès du putsch du CND : « Pour votre défense, respectez la mémoire des victimes », lance Me Hervé Kam à Diendéré
Gilbert Diendéré : « Vous ne pouvez pas m’empêcher de parler de Zida, ce n’est pas possible »
Procès du putsch du CND : Gilbert Diendéré ne veut plus présenter de pièces au sujet des 160 millions
Procès du putsch : Les 160 millions de francs CFA de Gilbert Diendéré, l’autre affaire dans l’affaire !
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés