Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Retards et chevauchements des années académiques : comment le FONER fait face à l’impact sur le système des aides et des prêts ?

Accueil > Actualités > Société • FONER • jeudi 6 décembre 2018 à 17h36min
Retards et chevauchements des années académiques : comment le FONER fait face à l’impact sur le système des aides et des prêts ?

Depuis quelques années, les universités publiques sont confrontées au phénomène des retards et chevauchements des années académiques. Le phénomène influe sur le système universitaire au point que des institutions de prestations sociales en souffrent également.Le cas du FONER en est une parfaite illustration. Et pour cause, les retards et les chevauchements des années académiques sont des réalités et des nouveaux paramètres qui influent négativement sur les prestations obligeant le FONER à chercher des solutions d’adaptation.

S’il y a des institutions qui ressentent de plein fouet l’impact des retards et chevauchements académiques, c’est bien entendu les institutions de prestations sociales à l’image du Fonds national pour l’éducation et la recherche (FONER).
Au FONER, le tout premier élément observable est la perturbation du calendrier des sessions d’octroi des aides et prêts.

En situation normale, le FONER ouvrait pratiquement les premières sessions autour du mois d’octobre pour les nouveaux bacheliers. La deuxième session intervenait entre janvier et février de l’année civile suivante. Les troisième et quatrième sessions intervenaient en avril-mai et juin-juillet.

Mais actuellement compte tenu de ces retards et chevauchements des années académiques, le FONER éprouve des difficultés dans la planification de ses activités. Il n’est plus possible d’organiser les sessions d’attribution des aides et des prêts comme souhaitées.

En effet, le problème des retards et des chevauchements des années académiques fait que les étudiants ne remplissent généralement pas les conditions pour renouveler leurs allocations soit pour défaut de relevés de notes soit pour des attestations d’inscriptions non à jour.

Toute chose qui oblige le FONER à ouvrir la première session autour de janvier – février pour boucler pratiquement en novembre - décembre avec la quatrième session.

Et que dire de l’impact au plan budgétaire ?

Les étudiants qui étaient censés finir leur cycle de licence en trois (03) ans avec trois (03) allocations au titre de l’aide du FONER se trouvent toujours soit en deuxième année soit en troisième année selon les unités de formations et de recherche (UFR).
Ainsi, au lieu de trois ans en cycle de licence, la plupart des étudiants finissent leur licence en quatre ans voir cinq ans. Cela, sans redoublement.

Pendant ce temps, les textes du FONER stipulent qu’un étudiant a droit à une allocation d’aide ou de prêt par année académique soit au total trois allocations d’aide ou de prêt en cycle de licence. Alors, l’étudiant se retrouve à subir une à deux années de flottement. Face à ces réalités, et pour pouvoir atténuer un tant soit peu le choc des retards académiques, les étudiants ont réclamé une allocation par année civile.

Pour le nombre d’allocations de l’aide en cycle de licence, les étudiants estiment qu’ils devraient bénéficier de cette aide jusqu’à la fin de leur cycle de licence parce que pour eux, le retard ne leur incombe pas.

Et voilà le FONER face à un dilemme. D’un côté, les étudiants ont raison car n’étant pas, selon eux, responsables des retards. De l’autre, le budget des allocations ne permet pas de prendre en charge quatre à cinq années civiles.

Que faire ? Pour concilier les deux situations, le FONER a appliqué la formule du « 3+1 ». Avec cette formule, l’étudiant qui bénéficie de l’aide en cycle de licence peut obtenir quatre allocations si sa situation académique est liée uniquement aux retards. Mais cette formule quoique alternative n’est pas sans conséquence sur le budget du FONER. A titre illustratif en 2009-2010 où les années académiques étaient normales, le FONER a octroyé vingt quatre mille six cent dix (24 610) aides aux étudiants pour un montant de trois milliards cent quatre vingt dix neuf millions trois cent mille (3 199 300 000) FCFA.

En 2016-2017, le FONER a octroyé cinquante deux mille cent vingt deux (52 122) aides aux étudiants pour un montant de neuf milliard cent vingt un millions trois cent cinquante mille (9 121 350 000) FCFA au taux de cent soixante quinze mille (175 000) FCFA par étudiant. Soit une hausse de plus de 50% d’aides comparativement à 2010. Il est clair que cette hausse du montant alloué aux aides est liée à l’augmentation des effectifs en partie due aux retards et aux chevauchements des années académiques.

Par ailleurs, une fois que l’étudiant épuise ses quatre (04) allocations d’aides même s’il n’a pas encore terminé son cycle de licence, le FONER n’ayant plus la possibilité de lui octroyer une cinquième allocation d’aide, lui propose le prêt d’étude pour poursuivre les études.

En tout état de cause, le FONER en accord avec son Conseil d’Administration travaille à trouver des formules pour qu’aucun étudiant ne perde son allocation à cause du retard et des chevauchements des années académiques.

La collaboration avec les universités reste de mise afin de trouver des solutions aux difficultés que rencontrent les étudiants dans l’octroi des allocations surtout en ce qui concerne les conditions de renouvellement desdites allocations.

Les premiers responsables du FONER placent une bonne espérance sur la dynamique enclenchée par l’ensemble des acteurs de la chaine de l’enseignement supérieur qui focalisent désormais leurs énergies afin de résorber totalement ces retards.

Ne dit-on pas qu’ « à cœur vaillant, rien d’impossible » ?

Service Communication du FONER

Vos commentaires

  • Le 6 décembre à 21:33, par WT En réponse à : Retards et chevauchements des années académiques : comment le FONER fait face à l’impact sur le système des aides et des prêts ?

    A quand pour les étudiants de cette année ? Bac 2018. Surtout de Koudougou ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 00:12, par trobeau En réponse à : Retards et chevauchements des années académiques : comment le FONER fait face à l’impact sur le système des aides et des prêts ?

    sincèrement on souffre beau coups à cause de ces retards.l’augmentation du nombre d’étudiant demandant le foner n’est pas trop lié au nombre pléthorique.mais à des saprophytes qui viennent juste s’inscrire pour bouffer le foner et fermer l’université.biensure.nous étions 2300 étudiants en 1ere année en 2014 en svt.de ces 2300 inscrit pas 1000 personnes ont composé les devoirs.puis en deuxième anné nous étions vers 300.actuellement au 4em semestre toujours en 2em Anné,nous somme la centaine,presque 200 personne répartit dans différent branches.à la licence on aura quelques 50 étudiant par branches.et au lieu que le foner soit alloué aux vrai étudiant de luo qui bossent fort jusqu’en licence où ils ne sont pas plus de 200 par filière,on alloué de milliard à des brouteur venu tous part soit 1300 faux étudiants qui sont détecté par la sortie des notes.le retard les permet de benfecier 2ans du foner. a partir de la 3em année civil ,ne pouvant plus bénéficier ils ferment les demandes et nous laisse.ils prennent foner mais n’ont jamais ni pied à uo.on reconnaît maintenant les vrais étudiant en 2eme anné.et je ne comprend pas ,beaucoup detudiants au privé viennent payer 15000fr pour bénéficier 175000fr...qui est fou ?et en 2ans ils bénéficie 300000fr puis continué d’étudier au privé,de la vraie lotterie pour eux.pendant ce temps nous ici on paie 6ans pour la licence et un refus d’aide pour la 5e et 6e anné civil d’étude.wai...notre licence de bac 2014 sortira vers 2021.voyons bien.actuellement on est obliger de travailler malgré nos devoir programmé pour s’occuper de nos étude en période d’examen,où ces trop coincé.beaucoup échouent pour cela,ya pas de choix .ceux qui vont essayer de me critiquer la écoutez bien:2TP par jour ,un rapport par TP et un devoir en fin de semaine,et tu dois travailler malgré toi.je plaint beaucoup ces frère qui ont fait toute lanné 2018 sens foner,nous en 2017 c’était même histoire.mais je dit merci...sans cette galère je n’aurai pu développer une petite entreprise informelle qui marche très bien.vivement que l’aide arrive

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 01:00, par Naab-Kitoiga En réponse à : Retards et chevauchements des années académiques : comment le FONER fait face à l’impact sur le système des aides et des prêts ?

    Tout d’abord félicitations aux nouveaux bacheliers de 2018.
    Au regard de ce qui est dit dans l’article je félicite le FONER pour les efforts faits à l’endroit des étudiants car ayant été moi-mêmei ancien bénéficiaire du Prêt FONER (à notre temps l’aide n’existait pas).
    Je demande aux jeunes frères étudiants de bien lire l’article car à cause du retard c’est logiquement en début d’année 2019 que se feront les dépôts des dossiers soit l’aide ou le prêt pour les nouveaux bacheliers.

    Moi personnellement les trois (3) fois qui j’ai le prêt m’ont été d’un apport capital pour mes études car étant loin de mes parents (de Djibo à Bobo/Centre Universitaire Polytechnique de Bobo en son temps actuellement Université Nazi BONI)

    A ma connaissance notre pays est le seul à donner des aides toujours aux étudiants dans la sous-région. Le Ghana a instauré un système de prêts (loans en anglais avec des garanties des parents/avasl en plus).
    Au vu des montants donnés aux étudiants pour un pays comme le nôtre je félicite le FONER. Ca me rappelle la belle époque oû on s’alignait pour émarger sur une feuille A4 deux ou trois l’année universitaire pour prendre notre argent.

    Que Dieu bénisse notre pays et nous accorde tous le discernement et le pardon inchallah.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 07:51, par trobeau En réponse à : Retards et chevauchements des années académiques : comment le FONER fait face à l’impact sur le système des aides et des prêts ?

    sincèrement on souffre beau coups à cause de ces retards.l’augmentation du nombre d’étudiant demandant le foner n’est pas trop lié au nombre pléthorique.mais à des saprophytes qui viennent juste s’inscrire pour bouffer le foner et fermer l’université.biensure.nous étions 2300 étudiants en 1ere année en 2014 en svt.de ces 2300 inscrit pas 1000 personnes ont composé les devoirs.puis en deuxième anné nous étions vers 300.actuellement au 4em semestre toujours en 2em Anné,nous somme la centaine,presque 200 personne répartit dans différent branches.à la licence on aura quelques 50 étudiant par branches.et au lieu que le foner soit alloué aux vrai étudiant de luo qui bossent fort jusqu’en licence où ils ne sont pas plus de 200 par filière,on alloué de milliard à des faux étudiants venu tous part soit 1300 faux étudiants qui sont détecté par la sortie des notes.le retard les permet de benfecier 2ans du foner. a partir de la 3em année civil ,ne pouvant plus bénéficier ils ferment les demandes et nous laisse.ils prennent foner mais n’ont jamais ni pied à uo.on reconnaît maintenant les vrais étudiant en 2eme anné.et je ne comprend pas ,beaucoup detudiants au privé viennent payer 15000fr pour bénéficier 175000fr...qui est fou ?et en 2ans ils bénéficie 300000fr puis continué d’étudier au privé,de la vraie lotterie pour eux.pendant ce temps nous ici on paie 6ans pour la licence et un refus d’aide pour la 5e et 6e anné civil d’étude.wai...notre licence de bac 2014 sortira vers 2021.voyons bien.actuellement on est obliger de travailler malgré nos devoir programmé pour s’occuper de nos étude en période d’examen,où ces trop coincé.beaucoup échouent pour cela,ya pas de choix écoutez bien:2TP par jour ,un rapport par TP et un devoir en fin de semaine,et tu dois travailler malgré toi.je plaint beaucoup ces frère qui ont fait toute lanné 2018 sans foner,nous en 2017 c’était même histoire.mais je dit merci...sans cette galère je n’aurai pu développer une petite entreprise informelle qui marche très bien.vivement que l’aide arrive
    Confirmer l’en

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’extrémisme violent : ‘’Il faut accepter de creuser l’abcès’’
Santé au Burkina : Le Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires inauguré
Journée internationale des migrants : Sur fond d’interpellation à promouvoir une « migration digne »
Grande muraille verte : Du matériel pour aller plus vite contre la désertification
Programme de développement intégré de la vallée de Samendeni (PDIS) : Les forces vives des Hauts-Bassins s’informent sur la mise en œuvre
Burkina Faso : Des organisations de la société civile passent à la loupe la gouvernance dans les « secteurs-clés »
Commune de Dori : Une semaine d’activités pour promouvoir le civisme en milieu scolaire
Activités minières et développement local : Le Laboratoire Citoyennetés outille des collectivités territoriales et des organisations de la société civile
Réconciliation et unité nationale : Des Organisations de la société civile outillées sur le concept de justice transitionnelle
Immigration irrégulière : La problématique débattue à Dakar
Renforcement de la démocratie locale : Le Laboratoire citoyennetés prend langue avec des acteurs du Plateau Central
Organisation Dupont pour le développement social : Le personnel reçoit une formation en mobilisation de ressources et de partenariats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés