Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

Education : Les syndicats suspendent les évaluations à compter de ce 3 décembre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Jacques Théodore Balima • mercredi 5 décembre 2018 à 04h08min
Education : Les syndicats suspendent les évaluations à compter de ce 3 décembre

Les responsables de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) étaient ce lundi 3 décembre 2018 face à la presse. Ils ont annoncé la suspension de « toute forme d’évaluation à compter de ce jour à 24h » pour protester contre les mauvaises conditions dans lesquels ils vivent et travaillent.

Les conditions de travail et de vie des acteurs de l’éducation ne les satisfont pas. Cela les remonte sérieusement contre le gouvernement. Pour le faire savoir, ils ont annoncé ce jour la suspension des examens et devoirs dans les établissements du Burkina. « La CNE appelle les travailleurs de l’éducation et de la recherche, en attendant la fin de ces assemblées générales, à suspendre de toute forme d’évaluation pour compter du lundi 3 décembre 2018 à 24h », a indiqué le conférencier. Il a aussi précisé qu’il s’agissait là d’une décision transitoire.

Outre cela, la CNSE a programmé une assemblée générale dans la région du Centre (5 décembre). Pour les régions des Hauts-Bassins, du Nord, du Sahel, de la Boucle du Mouhoun, de l’Est, du Sud-Ouest et du Centre-Ouest, les militants des quinze syndicats membres de la coordination vont se retrouver le 8 décembre prochain afin de définir les actions à mener pour contraindre le gouvernement à remplir ses promesses.



Dénoncer un système qui fonctionne mal

Ces décisions fortes des enseignants et des chercheurs trouvent leur origine, selon eux, dans le refus du gouvernement de respecter ses engagements alors que le système éducatif va de mal en pire. Pour étayer leurs propos les conférenciers ont égrené un chapelet de maux qui minent l’éducation. Ils ont dans un premier dénoncé le retard dans l’octroi de la bonification d’un échelon à tout le personnel du Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) et la création des emplois d’administrateurs d’établissement et des personnels de laboratoire.

Deuxième grief porté contre le gouvernement est l’indisponibilité des kits pédagogiques deux mois après le début des cours. Aussi, selon les conférenciers, le gouvernement s’était engagé à permettre aux enseignants d’acquérir des ordinateurs à des coûts réduits à compter de la rentrée 2018-2019. « Jusque là, aucune avancée », exaspère le conférencier.

Bourses impayées

L’un des disfonctionnements du système éducatif est le non paiement des bourses aux élèves. De leur avis, les bénéficiaires n’ont perçu leurs bourses que pendant trois mois au titre de l’année écoulée. « Ils sont toujours en attente de leur dû pendant que les lauréats de l’année 2018-2019 ne sont pas encore connus, encore moins pris en compte en termes de paiement », fulminent-ils.

La CNSE a également indexé la mauvaise construction des écoles comme une entrave qui plombe le développement de l’éducation. Le respect des effectifs des élèves dans les classes dépassant la barre des 100 élèves figurent en bonne place des reproches formulés à l’encontre du gouvernement.

La dotation en livres et vivre pose aussi également problème. Sur 476 élèves une école aurait reçu seulement 101 livres. Pour les vivres, les enseignants incriminent la qualité et dénoncent la quantité. Ainsi certains directeurs d’écoles auraient reçu entre trois et dix sacs de riz sans huile pour la cantine scolaire.

Las d’espérer des lendemains meilleurs, les enseignants ont décidé d’engager des actions fortes dont la suspension des évaluations à partir de ce lundi 3 décembre 2018 à 24h. D’autres actions seront arrêtées avec la base et seront mises en œuvre sur le terrain. La fin de l’année promet de grosses sueurs pour les membres du gouvernement, si cette bombe n’est pas désamorcée, malgré les nuits froides de décembre.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Diocèse de Ouagadougou : les PMC en congrès au sanctuaire notre dame de Yagma
Bobo : Les travaux du lycée scientifique lancés après vingt ans d’attente
Crise à Zoaga : Il faut agir vite pour éviter un autre Yirgou
Plan d’urgence 2019 du Burkina : Environ 1,2 million de personnes ont besoin d’assistance
Village de Koudoumbo : La paix retrouvée et célébrée par les populations
SOTRACO : Un nouveau code pour un changement de mentalité des usagers
Coopération Burkina-Japon : 4 forages au profit de la commune de Kokologho
Justice burkinabè : La gestion des carrières des magistrats par le SP/CSM bientôt une réalité
Session 2018 du PAE /JF : 11049 micro-projets sélectionnés
Education : La société minière Wahgnion Gold Operation offre 650 tables-bancs à la province de la Léraba
Projet « Fonds enfants et jeunes » : Environ 3,9 milliards de F CFA pour financer la sixième phase
Cinquantenaire du FESPACO : La LONAB apporte une contribution financière de 100 millions de FCFA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés