CEAS Burkina : Des maires sensibilisés sur la question de la gestion des déchets solides

vendredi 13 avril 2018 à 18h46min

Ce vendredi 13 avril 2018 s’est tenu à Ouagadougou un atelier de sensibilisation des acteurs communaux à la démarche du projet d’appui à la gestion des déchets municipaux dans les villes secondaires du Burkina Faso (PAGDM/VS). L’atelier a réuni les maires de différentes communes et a été l’occasion d’interpeller les autorités locales pour la prise en compte des questions d’assainissement et en particulier de la gestion des déchets solides dans leur plan de développement.

CEAS Burkina : Des maires sensibilisés sur la question de la gestion des déchets solides

Avec la décentralisation et la communalisation intégrale, un certain nombre de compétences ont été transférées aux communes, au nombre desquelles la gestion des déchets. Mais force est de constater que les communes se heurtent à des difficultés. Parmi elles, l’absence de compétences techniques, la faiblesse des moyens financiers, l’accroissement quotidien des déchets, l’absence de lois et de règlements et de modèles aboutis et adaptés aux villes secondaires. Ce qui n’est pas sans causer de nombreuses conséquences sanitaires et environnementales.
C’est dans ce contexte que l’association Centre écologique Albert Schweitzer du Burkina Faso (CEAS Burkina) et ses partenaires techniques et financiers œuvrent depuis six ans à l’accompagnement de six communes (Saaba, Pô, Gourcy, Yako, Kombissiri et Kaya) à travers le projet d’appui à la gestion des déchets municipaux dans les villes secondaires du Burkina Faso (PAGDM/VS).

Selon Henri Ilboudo, directeur du CEAS, « Cet accompagnement a permis d’organiser les acteurs, de planifier les activités au moyen de plans stratégiques de gestion des déchets solides (PSGDS) et d’accompagner la mise en œuvre de ses plans par la réalisation des infrastructures et équipements de gestion des déchets et l’opérationnalisation des systèmes de collectes. » Un accompagnement d’autant plus nécessaire qu’au Burkina Faso la gestion des déchets solides ne bénéficie pas de modèles aboutis et donc chaque commune doit s’adapter en fonction de ses moyens. Avec l’accompagnement du CEAS Burkina, les communes bénéficient donc de méthodes de prise en charge et de traitement de déchets qui soient durables avec des moyens simples adaptés à leurs capacités techniques et financières.
A travers ce projet, les communes bénéficient également de la mise en œuvre des actions d’information-éducation-communication pour le changement de comportement des populations en matière d’hygiène et d’assainissement.

L’atelier tenu ce 13 avril se voulait donc un cadre d’échanges et de partage d’expérience du CEAS Burkina en matière de gestion des déchets solides à travers la démarche PAGDM/VS, mais aussi un cadre d’interpellation et de sensibilisation des autorités locales sur la problématique de la prise en compte de la gestion des déchets solides dans les politiques de développement des communes.

Des résultats satisfaisants à Saaba

Pour Joseph Dipama, maire de la commune de Saaba, les résultats engrangés en termes d’assainissement depuis la mise en œuvre du PAGDM/VS dans sa commune sont très encourageants. La commune consacre 3 500 000 F CFA par an à la question de l’assainissement. Ce qui lui a permis de se doter d’un centre de tri des déchets et sur le point de se doter d’un deuxième centre de tri. Grâce également au PAGDM/VS, le nombre de ménages abonnés pour l’enlèvement des ordures est passé de 400 à plus de 3000. Ce qui démontre selon le maire, de la prise de conscience des populations sur l’importance de l’assainissement. Toutefois, souligne-t-il, les sensibilisations doivent continuer pour un réel changement de comportement des populations et pour une augmentation du taux d’assainissement.

Le chef du projet PAGDM/VS, Séraphin Koutaba a pour sa part souligné qu’au vu des résultats atteints, le CEAS Burkina se situe dans une dynamique de recherche de synergie d’actions avec d’autres partenaires pour renforcer l’action dans les zones d’intervention actuelles et éventuellement l’étendre à d’autres communes.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés