Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Formation professionnelle non formelle : 120 apprenants reçoivent leur parchemin

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 12 avril 2018 à 08h30min
Formation professionnelle non formelle : 120 apprenants reçoivent leur parchemin

Des apprenants des Centres de formation professionnelle non formelle (CFPNF) de Koutoura et de Hoogo Sambowel ont achevé leur formation. Leur sortie officielle a eu lieu, le jeudi 29 mars 2018, à Hoogo Sambowel, à quelques kilomètres de Dori.

Après deux ans de formation en agriculture, élevage, pêche et en médecine traditionnelle et plantes médicinales, 126 apprenants des Centres de formation professionnelle non formelle (CFPNF) de Hoogo Sambowel dans la province du Séno et de Koutoura, dans la Comoé ont achevé leur formation. Le jeudi 29 mars 2018, à Hoogo Sambowel, ces apprenants qui constituent les 6e et 4e promotion des CFPNF de Hoogo Sambowel dans la province du Séno et de Koutoura ont reçu leur attestation de fin de formation. Pour leur accompagner dans la mise en œuvre de leurs projets respectifs, le gouvernement burkinabè a décidé de mettre à leur disposition une somme d’argent dont le montant représente environ 50% du budget de leur projet d’installation.

La somme totale de cet appui financier est estimée à plus de 111 600 000 de F CFA. Le représentant des sortants, Boucary Tamboura a reçu une formation en agroforesterie, l’embouche bovine et l’embouche ovine. Désormais, il compte s’installer à Tongomayel, son village pour pratiquer l’embouche ovine tout en espérant être un entrepreneur modèle. Il a salué les initiateurs du projet notamment le coordonnateur du programme Education et formation pour un développement endogène(EFORD), Mamoudou Diallo. Le ministre en charge de l’éducation nationale a reconnu la contribution des CFPNF à la réduction du taux du chômage au Burkina. Il a estimé que l’approche des CFPNF est basée sur les valeurs socioculturelles a permis aux langues nationales d’être le médium de formation dans filières porteuses, tout en exploitant les potentialités locales et endogènes. Roukiatou Zina s’est réjoui d’avoir bénéficié d’un soutien financier de 898 000 F CFA. A Arbinda, sa localité d’origine, elle souhaité s’investir dans l’embouche bovine.

Le programme EFORD a été lancé en 2003. Il a donné la chance à de nombreux jeunes de s’autonomiser. Grâce à lui, plusieurs d’entre eux ont échappé au trafic d’enfants, en les mobilisant et en les orientant vers des structures de formation professionnelle non formelle aux métiers, dans les langues locales. La chargée de programmes à la coopération autrichienne pour le développement, Hafoussiatou Sougué : « Le mode d’apprentissage développé par EFORD est un outil de création et de promotion d’emplois fiables et durables et mécanisme de maintien des jeunes dans leur milieu d’origine. Le bilan est satisfaisant, de nombreux emplois ont été créés. Mais, il est nécessaire de dynamiser ces centres, afin de préserver les acquis ».

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’extrémisme violent : ‘’Il faut accepter de crever l’abcès’’
Santé au Burkina : Le Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires inauguré
Journée internationale des migrants : Sur fond d’interpellation à promouvoir une « migration digne »
Grande muraille verte : Du matériel pour aller plus vite contre la désertification
Programme de développement intégré de la vallée de Samendeni (PDIS) : Les forces vives des Hauts-Bassins s’informent sur la mise en œuvre
Burkina Faso : Des organisations de la société civile passent à la loupe la gouvernance dans les « secteurs-clés »
Commune de Dori : Une semaine d’activités pour promouvoir le civisme en milieu scolaire
Activités minières et développement local : Le Laboratoire Citoyennetés outille des collectivités territoriales et des organisations de la société civile
Réconciliation et unité nationale : Des Organisations de la société civile outillées sur le concept de justice transitionnelle
Immigration irrégulière : La problématique débattue à Dakar
Renforcement de la démocratie locale : Le Laboratoire citoyennetés prend langue avec des acteurs du Plateau Central
Organisation Dupont pour le développement social : Le personnel reçoit une formation en mobilisation de ressources et de partenariats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés