Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Lutte contre le mariage d’enfants : Save the Children lance un Projet de renforcement des capacités de la société civile

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE • mardi 13 février 2018 à 18h07min
Lutte contre le mariage d’enfants : Save the Children lance un Projet de renforcement des capacités de la société civile

Dans sa recherche de solutions durables à l’épanouissement des enfants, l’ONG Save the Children a lancé, le mardi 13 février 2018, à Ouagadougou, le Projet de renforcement des capacités de la société civile pour l’abandon du mariage d’enfants. Financé par le Royaume de Danemark, Danida, le projet a une durée de vie de quatre ans (2018-2021). La cérémonie de lancement a été présidée par le conseiller technique du ministère en charge de la femme, Issoufou Ouédraogo.

« Engager les Organisations de la société civile (OSC), les organisations dirigées par les enfants/jeunes à promouvoir et protéger les droits des enfants, en particulier, en mettant fin au mariage d’enfants », telle est l’ambition du projet dont le lancement officiel est intervenu dans la matinée du mardi 13 février 2018, à Ouagadougou. Sa mise en œuvre se fera sur toute l’étendue du territoire par le renforcement des capacités de quatre OSC engagées dans la lutte et l’implication des décideurs nationaux, autorités coutumières et religieuses. Un accent particulier sera accordé à la région de la Boucle du Mouhoun où le taux de la prévalence est de 72%. Dans cette partie du pays, le projet s’attèlera au renforcement de la résilience psychosociale des jeunes filles/garçons et par le dialogue et la sensibilisation des parents.

En effet, du fait de la pauvreté, les normes sociales ou encore le niveau d’éducation, des parents marient trop tôt leurs enfants, ce qui constitue une violation des droits de ces dernières. Selon l’étude de l’EDS 2010, 52% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans et 10% avant 15 ans avec des disparités entre les régions.

Cette pratique traditionnelle et ancestrale a des conséquences sur la vie de la jeune fille, qui met un terme à son enfance pour entrer dans le monde adulte et la maternité alors que son corps et son mental ne sont pas prêts. En plus d’être souvent isolées avec une liberté brimée et une privation de leurs droits les plus légitimes, ces filles, ont un risque élevé d’avoir des complications lors de la grossesse et de l’accouchement, de contracter le VIH/Sida (…).

« Aussi, avec l’abandon scolaire du fait de leur mariage, elles ont un accès faible à l’éducation et aux opportunités économiques, ce qui fait que leur foyer aura plus de chance d’être pauvre et de souffrir de malnutrition », a renchéri la directrice pays de Save the Children, Emilie Fernandes. A l’en croire, l’impact au niveau économique du pays également est important, car, explique-t-elle : « selon la Banque mondiale, le mariage d’enfants coûtera des milliers de dollars aux pays en développement d’ici 2030 ».

Save the Children accorde une importance capitale à la mise en œuvre du Projet de renforcement des capacités de la société civile pour l’abandon du mariage d’enfants, qui du reste, est en étroite ligne avec la stratégie nationale de prévention et d’élimination du mariage d’enfants au Burkina Faso adoptée en 2015. « Cette stratégie a pour objectif, 0 cas de mariage d’enfants à l’horizon 2025 ». A pour sa part expliqué le conseiller technique de Mme le ministre en charge de la femme, Issoufou Ouédraogo, soulignant que les régions les plus affectées par le phénomène du mariage d’enfants sont celles où les indicateurs de l’éducation sont faibles. Il s’agit notamment du Sahel (76%) et la région de l’ouest (72%). M. Ouédraogo a en outre réaffirmé l’engagement du ministère à accompagner l’ONG et les partenaires du Burkina Faso dans la mise en œuvre du projet.

Financé par le Royaume du Danemark, Danida, le projet couvre la période 2018-2021. « Le lancement du présent projet permettra, je n’en doute pas, d’endiguer sinon de canaliser cette pratique, qui reste contraire aux principes fondamentaux de droits humains », selon le représentant de l’Ambassadeur, Albert Bruun Birnbaum. Aussi, a-t-il adressé ses remerciements à Save the Children pour son action au Burkina Faso et salué les OSC, partenaires qui vont bénéficier d’un appui dans ce sens. Avant de souhaiter une exécution efficiente du projet.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouloud 2018 : Les fidèles de Diaradougou sensibilisés à l’amour du prochain
Identifiant financier unique (IFU) : La Direction générale des impôts lance la nouvelle version 3.0
Révocation d’agents de sécurité pénitentiaire : Les syndicats de magistrats et de greffiers invitent le gouvernement à reconsidérer les mesures prises
Technologie alimentaire : Le département de l’IRSAT en route pour une nouvelle accréditation
Cardinal Philippe Ouédraogo : « Tant que les pauvres croupiront à la porte de nos maisons, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale »
Projet GIZ/Fafaso : Fada N’Gourma accueille son unité de production de foyers Roumdé
Cadre sectoriel de dialogue : Une session pour examiner et valider le dossier d’investissement sur la santé
Sud-Ouest : La coordination régionale de la Fédération des associations islamiques installée
Santé des enfants de 0 à 2 ans : Les journalistes invités à faire la promotion de la vaccination de la 2e année de vie
Droit international humanitaire en cas de conflit armé : Les instructeurs des Forces de défense et de sécurité renforcent leurs capacités
Initiative de la Grande Muraille Verte : La coordination rend visite au Faso.net
Administration publique burkinabè : Les cadres renforcent leurs compétences en gestion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés