Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Jugement du dossier putsch : Simon Compaoré ’’dénonce ’’ des manœuvres

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 8 février 2018 à 23h55min
Jugement du dossier putsch : Simon Compaoré ’’dénonce ’’ des manœuvres

Annoncé pour le 27 février 2018, le procès sur le dossier du putsch suscite d’ores et déjà de nompbreux commentaires au sein de l’opinion, notamment la classe politique. Ainsi, la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), parti dont Djibrill Bassolé (accusé dans le dossier) est le fondateur a, par une conférence de presse en début de semaine, dénoncé une immixion de l’exécutif burkinabè dans le dossier. Le parti au pouvoir, le MPP, via une conférence animée ce jeudi, 8 février 2018, a réagi.

Par un décor général sur le procès, le président par intérim du MPP, Simon Compaoré, a déclaré qu’il y a des gens qui font des pieds et des mains pour que le procès n’ait pas lieu. "Il y a des gens aujourd’hui qui, depuis que le procès semble s’annoncer, que la procédure semble s’accélerer, ont tenté, publiquement, de faire des blocages, de faire ce qu’on appelle du dilatoire...alors que nous étions tous d’accord qu’on a trop attendu et qu’il faut que ce jugement vienne", a-t-il revélé. Le ministre d’Etat auprès de la présidence du Faso, ancien-ministre de la sécurité, a précisé : ’’Il y a des gens qui se sont retrouvés dans un coin, dans un secteur périphérique de la ville de Ouagadougou, pour organiser des gens à qui on a donné de l’argent, en structure de revendication pour faire des marches dans la ville, barrer les principales routes de la ville le jour du procès. Et ces gens s’activent, on les suit. Mais il faut qu’ils sachent qu’on est au courant et il faut qu’ils arrêtent", a-t-il poursuivi.

A l’en croire, l’intention de ces derniers, c’est de faire en sorte à détourner l’attention des populations sur le procès... "Mais, comme tous les autres machins, on va éventrer celui-là. Ça, c’est clair, c’est net ", a rassuré le ministre d’Etat, Simon Compaoré.
Concernant le cas précis de Djibrill Bassolé, au sujet duquel, son parti, la NAFA, dénonce une immixion de l’exécutif par la décision de résidence surveillée, Simon Compaoré pense que sur 100 personnes, pas plus de quinze seraient prêtes à comprendre la liberté provisoire accordée au général. "Au début, on nous a dit que c’est pour cause de maladie. Mais, depuis qu’il est en résidence surveillée, nous n’avons pas appris qu’il est sur un lit, qu’il est mourant. Mieux, il reçoit régulièrement des visites. Ce qui veut dire qu’on a eu raison, parce que rien ne pouvait nous assurer qu’une fois de l’autre côté, il reviendrait devant le juge », a justifié le premier responsable du parti au pouvoir.

Pour Simon Compaoré, si la liberté lui avait été accordée et qu’il se soustrayait de la justice, l’on n’allait pas hésiter à affirmer qu’il y a eu "deal" entre Bassolé et le pouvoir. "Or, nous souhaitons que les témoins et les acteurs soient-là au moment de l’ouverture du procès et nous ne tenions pas à être responsables par rapport à une éventuelle fuite de celui-là qui doit répondre devant les juges" , a ajouté le président par intérim du MPP, pour qui, "si la NAFA est inquiète en ce moment, ce n’est pas à cause du procès, mais de son propre dessein".

De son avis, cette situation permet donc de se rassurer que le 27 février 2018, le général Djibrill Bassolé pourra se présenter devant le juge pour répondre des faits qui lui sont reprochés.

Mieux, au-delà de cet épisode, les responsables du parti au pouvoir souhaitent le jugement des "dossiers emblématiques" relatifs au président Thomas Sankara, à l’étudiant Dabo Boukari, au journaliste Norbert Zongo, aux victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014. "Les membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré devront être jugés, afin que toute la lumière soit faite sur ces affaires", ont émis les conférenciers.

OLO
Lefaso.net

Messages

  • Héi !!!!!!!!!!
    Les victimes et une grande partie des citoyens veulent la justice sans laquelle c’est la jungle.
    Mais quelle peut être la crédibilité du MPP qui est le Canal Historique du CDP !?
    SVP, trankilos !
    Wait and see

  • Experons que tous ceux dont les noms seront évoqués(religieux, coutumiers, hierarchies militaires, partisans du pouvoir, opposants,ambassadeurs...) soient entendus : Tous et toutes comprendront alors qu’il ne s’agit pas d’une justice du vainqueur.

  • Quand j’ ai lu l’ article, je me suis dit que le journaliste avait déformé les propos de Simon Compaoré . J’ ai suivi le journal télévisé pour vérifier et c’ est bien les dires de Simon qui sont rapportés. Oh mon Dieu ! Mr Simon Compaoré ironise la maladie de Djibril Bassolet. Il va jusqu’ à dire qu’ ils n’ ont pas appris " qu’ il est mourant". Donc ils veulent apprendre qu’ il est mourant. Bien ! Par ces propos sur le cas Djibrl Bassolet ,Simon confirme que le MPP manipule vraiment le dossier. Il n’ y a plus de doute c’ est une détention arbitraire.
    Concernant ses allégations sur des gens que certains mobilisent pour perturber, moi je pense que Simon fait des hallucinations sur leur propres pratiques. C’ est ce que le MPP fait depuis sa création. Les RSS sont habitués à mobiliser les jeunes des quartiers non lotis pour brûler les pneus et faire des casses. Mr Simon, faites molo molo. Rappelez vous souvent de ce qui s’ est passé le 19 août 2017 dans la vie de votre parti. Et si vous avez un minimum d’ humilité et d’ intelligence, vous cesserez de parler yada yada pour devenir tranquilos.Car la vie est lieu de transite pour tous, alors doucement.

    • Je n’ai rien à voir avec Simon mais mon cher internaute 3 n’a rien compris de ce que veut dire SIMON .Je vous précise qu’il veut dire que depuis qu’il ont mis Djibril en résidence surveillée il n’a plus dit un jour qu’il est malade.Cela veut dire qu’ils ont amélioré ses conditions de détention.voilà ce que SIMON veut dire sinon que gagnerait-il à le voir mourir ?.Lisez intelligemment

    • Mr le citoyen Boss, Les mots utilisées pas Simon ne sont pas juste en tant que autorité. Y’a des gens qui marche, qui n’ont pas l’aire malade mais qui sont très malade. Pour-qu’on lise intelligemment, parlez intelligemment !

    • De tout nos dirigeants c’est est le moins intelligent et dire c’est ce genre de sinistre personnage qui a la destinée de la nation permet de comprendre pour quoi tout est pire qu’avant.

    • Ce que tu n’arrive pas a comprendre il veux juste que justice soit rendus pour tout ceux qui on du laisse leur vie

  • SIMON est fait juste pour etre un CDR le confier une autre tache c’est le denaturer

  • Maintenant que Gorba, est "out", les "gorges profondes" peuvent entrer en action.
    Il y a aussi le cas du juge NEBIE, les Clément Oumarou Ouedraogo, Guillaume Cessouma, les Gaspar ( même s’il fut un tortionnaire), les Otis, les Bewinde Christophe etc etc, si on veut vraiment nous réconcilier avec notre histoire. Sans doute on attendra que d’autres tirent leurs révérences pour ouvrir certains dossiers.

  • Pour une fois je suis d’accord avec le MPP. On ne comprend pas les agissements de ces vendus de protecteur de Djibrill. Dites moi, est lui seul qui est incarcéré actuellement pour le coup d’état ? Je pense que non. Et pourquoi ce bruit autour de lui ? Certainement ils ont peur des révélations fracassantes sur sa responsabilité dans le cou. sinon laisse le procès de dérouler. Si il est innocent, il sera libéré et nous l’élirons en 2020. Si il est coupable, il est burkinabé comme les autres, qu’il soit sanctionné à la hauteur de son forfait.

    • Bonjour Mr. je sui d’accord avec votre conclusion :"Si il est innocent, il sera libéré et nous l’élirons en 2020. Si il est coupable, il est burkinabé comme les autres, qu’il soit sanctionné à la hauteur de son forfait."
      EN ÉCOUTANT, ON VOIT QUE C’EST TOUT CE QUE LA NAFA DEMANDE. QU’ON ARRÊTE DE LIMOGE LES JUGES DANS LE DOSSIER, POUR QU’ILS PUISSENT SEREINEMENT FAIRE LE TRAVAIL.

  • Bonnes gens !
    Certainement que beaucoup d’entre vous ne se rappellent plus du "procès de l’or" dans lequel le même Djibi était impliqué. Malgré les preuves qui l’accablaient, Monsieur avait tout nié. Pire, le procès finira en queue de poisson parce que des pandores, sentant l’étau se resserrer autour de leur patron de l’époque, viendront barrer toutes les voies menant au palais de justice. Et jusqu’à demain, peut-être en dehors de Djibi, personne ne sait qui a détourné l’or de Sanfo.

  • Monsieur le ministre, vous êtes trop généreux : sur 100 personnes, il ne s’en trouvera pas 5 pour accorder la liberté provisoire à ces gens là.

  • Il faut surtout faire en sorte que le procès soit "intégralement diffusé" au moins à la radio pour permettre à ceux qui ne pourrons pas faire le déplacement sur place de suivre. C’est très important parce que le Burkina Faso est grand ; ce n’est pas Ouaga seulement. On ne peut pas demander une retransmission télévisuelle parce que ce serait trop demandé mais au moins à la radio c’est possible.

  • Aujourdhui Simon compaoré et ses acolytes du MPP pensent qu’ils sont intouchables. Mais qu’ils sachent qu’ils ne resteront pas éternellement au pouvoir et viendra un jour où ils devront répondre. on verra bien s’il va parler sans réfléchir comme il le fait actuellement. S’attendre que Bassolet soit mourant avant de l’autoriser à se soigner n’est pas humain et seul Dieu connait le destin de chacun sur terre. D’autres sont allés se soigner mais sont morts. Alors attention !!!

  • A Harouna si tu méprises les jeunes des non lotis tu t’es tiré une balle en pleine poitrine.Comme tu le dis si tu as l’argent vient les mobiliser à dire que c’est ces non lotis que se trouvent tous les jeunes de Ouaga.Qui du NAFA ou du MPP ne veut pas que Djibril soit jugé.Vous pensez que votre Djibril peut mieux diriger le pays qu’un Gilbert ou bien il plus friqué que Gilbert.Calmez vous s’il est innocent il sera libéré c’est vous même qui compliquer la vie de Djibril

  • C’est dommage que ce sinistre ne parvienne pas à tirer les leçons du passé. Mais la vérité transparait de ces déclarations ineptes. Une chose est claire : la justice n’est pas indépendante ; ces aveux qui mettent en avant un "ON" qui a muselé la justice avec raison selon le ministre.

  • Le Ministre d’État est trop clément... Pour qui connaît et a suivi c Bassolet depuis qu’il était Chef d’État Major de la gendarmerie, sur 1000 personne , a peine 2 personnes demanderaient sa mise en liberté....Sur la terre chaque sinistre intentionnelle est payé au commanditaire.. Que la justice s’applique et que le droit soit dit .

    • Franchement !
      Le problème n’est pas ce qu’a fait Bassolé. Il doit en répondre !
      Le problème c’est qu’il l’a fait avec la complicité de RS.
      RS doivent se juger eux-mêmes avant de demander que leurs anciens amis soient jugés.
      Attention car le pouvoir change de mains quand on est à son apogée !

  • Il est évident que les généraux Bassolé et Diendéré ont causé trop de violences contre des citoyens,indépendamment du coup d’Etat où l’on a tiré sur des gens dans la rue pour les empêcher de protester et de circuler dans les rues de Ouaga.Ils assument une part de culpabilité pour les morts liées au putsch de septembre 2015.Quant à Diendéré qui croit qu’il peut se tirer d’affaires en essayant d’accuser de complicité des personnalités civiles,militaires,coutumières et religieuses,il se trompe.Car,c’est lui chef d’Etat putschiste du CND.Il devrait avoir honte de dire qu’on l’a soutenu pour faire le putsch comme s’il était un bambin qu’on manipule contre sa volonté.Pourquoi n’accuse t-il pas son épouse vipère Fatou qui n’a jamais caché ses ambitions d’être une Première Dame du Faso.

  • que le jugement ait lieu ou pas qu’il soit bien fait ou pas que les coupables soient sanctionnes ou pas qu’il ait justice ou pas nous devons savoir que nous sommes tous burkinabé et que notre pays a plus que jamais besoin de réconciliation de vérité entre ses filles et fils ceux qui n’ont pas encore compris m’en diront des nouvelles

  • Aaaah quand notre justice n est pas indépendante ; ce que je retiens de ce discours fleuve c est la fébrilité de notre justice ;.ns voulons une justice libre et indépendante. Ns voulons la paix au faso ;Que justice soit faite les innocents seront libres et les coupables payeront pr leur actes.je demande à nos autorités de rester neutre et de laisser la justice faire son travail. Salutation

  • Depuis ces quelques cinq dernières années notre pays le Burkina Faso traverse une ou des crises sans précédents mais par la grâce du dieu vivant nous nous en sommes en sortis sans dégâts important que la communauté nationale régionale et internationale l’avait presagé
    Que toute la gloire revienne a notre dieu et seigneur tout puissant qui nous a protège par sa main puissante sa miséricorde son amour infini et sa bonté de tous les jours envers nous lent a la colère et riche en bonté Nous voulons saluer ici les efforts et prières de tous les burkinabés en particulier les dirigeants des communautés religieuses coutumières politique militaire et paramilitaire de la société civiles des femmes des jeunes des association et surtout des syndicats de tous bord recherchant un seul objectif pour notre pays la paix la cohésion sociale et la démocratie la justice sociale pour tous , avec la grâce de dieu et non nos forces nous y sommes parvenu surprenant les attentes des différentes communauté qui pensaient que le Burkina allait être fragiliser diviser et meurtri a jamais avec des femmes et des enfants qui allaient fuir le pays a destination des zones frontalières du Ghana de la cote d’ivoire du mali du bénin et du Togo
    Mais nous sommes reconnaissant a dieu l’éternel des armés plein d’amour et de miséricorde qui nous a fait grâce de cette paix que nous vivons certes il y a eu des mort des martyrs qui ont sacrifié leur vie pour que nous ayons cette pays et des blesses nous leur rendons un vibrant hommage a eux et a leur famille que nous souhaitons une prise en charge totale de leur familles et enfants par les plus hautes autorités du pays
    Mais nous ne pouvons construire le pays dans la division dans la haine et la multi^plications des divisions et des clans partisans qui se font la guerre a tout bout de champs cela fragilise notre pays face a des nombreux défis qui sont les notres dans une economie plus mondialisée plus concurrentielle regorgeant des defis importants pour nos pays africains en terme d’employabilité des hommes et femmes et jeunes en serme d’amelioration des service sociaux de base en terme d’accès a au moins deux repas par jours pour tous les burkinabes en terme d’accès a l’éducation qui reste la clé de voute de la l’employabilité dans le monde en terme d’accès a l’eau potable pour a l électricité a l’industrialisation de nos économie a la modernisation du secteur agricole occupant 80 pour cent de nos population bref a améliorer les conditions de vie des burkinabés en terme de progrès social et économique nécessaire dans un monde plus globalisé plus complexe avec de nombreux défis a relever
    Ces défis nécessitent une inclusion des burkinabés de l’intérieur et de l’extérieur plus particulièrement la diaspora africaine c’est pourquoi nous devons pardonner et oublier ce qui s’est passé mais expliquer et se pardonner pour donner un nouveau elant d’inclusion des burkinabés des fils et des filles du vaillants peuple béni de dieu qui aime les hommes integres mais qui les aime plus lorsqu’ils se pardonne se réconcilient et cultive l’amour en lieu et place de la haine cultive l’intégration des jeunes des femmes des adultes de tous les partis politique vers un seul objectif la cohésion sociale la justice sociale la tolérance et lacceptayion du prochain pour construire la nation notre patrie où beaucoup ont payer le prix par leur vie tells que thomas sankara et beaucoup plus de jeunes martyrs
    Mais aujourd’hui malheureusement a DJIBO a fada au cappuccino et a l hôtel splendide beaucoup de nos populations continuent toujours de payer de leur vie leur sang le prix de l’incohésion de la non solidarité et la non tolérance la non intégration de tous les fils et fille du Burkina . Cette situation est déplorable et traine notre économie en arrière tous les touristes fuient le pays et l’attractivité du pays se réduit quoique déjà enclavé ne possédant aucun débouché maritime la vie devient plus chère les investisseurs direct a l étrangers freinent l’élan de venir investir dans notre pays au de voir leur biens a la merci des terroristes et de menacer leur propre vie partent ailleurs
    C’est pourquoi cher s compatriotes nous n’avons pas d’autres choix que de nous unir de nous pardonner d’inclure tous les exclus dans le processus de développement du pays mettre les hommes et les femmes compétentes a la place qu’il faut sans considération partisane mais la compétence et l’expérience pour relever les défis majeurs
    La démocratie est simple et donne le droit a tous la liberté d’association et la liberté d’expression la formation des partis politiques pour aller aux elections seuls le peuple souverains devra exprimé par son non vote pour tel ou ou tel parti politique son excusion des élection ce n’est pas le rôle d’une assemblée qui du reste n’avait pas eté voté par le peuple qui devrait décider de l’exclusion des membre du CDP dans les élections dont je salue les apports inestimables en terme de progrès apportée par son ancien leader le président Blaise Compaoré quoique des points sombres ont malheureusement entrainés le ras de bol du peuple en 2014 qui suscita la fin de son règne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Front patriotique pour le renouveau (FPR) : Un point de presse à Djibo pour encourager les populations locales (1)
Situation nationale : « Leur PNDES n’est qu’un fiasco, un pétard mouillé », mate Eddie Komboïgo
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés