Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS) : Accord de Don de 20 millions de dollars US de la Banque mondiale au CILSS

Accueil > Actualités > Economie • • mardi 6 février 2018 à 20h19min
Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS) : Accord de Don de 20 millions de dollars US de la Banque mondiale au CILSS

(Niger), le 05 février 2018 Dans le cadre du Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS) approuvé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale, le 05 décembre 2017, le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) vient de bénéficier de la part de la Banque mondiale, d’un montant de 20 millions de dollars US, en vue de la mise en œuvre dudit projet.

En marge de la tenue des instances du CILSS, la signature de l’accord de Don a eu lieu le 05 février 2018 au Palais des Congrès, à Niamey (Niger) entre le Secrétaire exécutif du CILSS, Dr DjiméAdoum et le Représentant Résidant de la Banque mondiale au Niger, Siaka Bakayoko.

Les six pays du Sahel de mise en œuvre du PARIIS (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Sénégal) recevront chacun un financement de 25 millions de dollars US. Le Tchad a déjà signé son accord de financement le 23 janvier 2018. Les autres pays sont dans le processus de signature. Le PARIIS est le premier projet opérationnel de l’Initiative pour l’irrigation au Sahel (2iS) et vise à répondre aux besoins concrets d’investissements des Etats, et assurer au niveau régional la qualité, l‘harmonisation et la replicabilité des solutions d’irrigation identifiées et mises en œuvre dans les Etats.

L’Initiative pour l’irrigation au Sahel (2iS) est une initiative conjointe des six pays du Sahel, coordonnée par le CILSS, soutenue par les communautés économiques régionales (CEDEAO et UEMOA) et appuyée par la Banque mondiale. Elle s’inscrit dans la suite du Forum de Haut niveau sur l’irrigation tenu en 2013, à Dakar, qui s’est conclu par l’adoption d’une Déclaration par les Gouvernements des six pays et leurs partenaires, invitant les parties prenantes à accroitre dans les pays cités, les investissements dans l’irrigation, en vue d’atteindre 1 000 000 d’ha irrigués au Sahel à l’horizon 2020. Financé à hauteur de 170 millions de dollars US par la Banque mondiale, et d’une durée de six ans, le PARIIS contribuera à la réalisation de l’objectif de haut niveau de l’Initiative : « une agriculture irriguée en expansion, productive, durable, rentable, créatrice d’emplois et assurant la sécurité alimentaire au Sahel ».

L’objectif de développement du Projet est d’« Améliorer la capacité des parties prenantes à développer et gérer l’irrigation et à accroître les superficies irriguées en suivant une approche régionale basée sur les solutions, dans les pays participants du Sahel. » Le projet est structuré en trois composantes : A-Modernisation du cadre institutionnel et de planification ; B-Financement des solutions d’investissement dans l’irrigation ; et C-Gestion des connaissances et coordination. Les bénéficiaires directs du projet seront des agriculteurs qui bénéficieront directement des investissements financés dans le cadre du projet et indirectement de la capacité accrue des acteurs publics et privés à fournir des services d’irrigation améliorés.

Les systèmes d’irrigation prévus bénéficieront directement à 58.000 agriculteurs, provenant majoritairement de ménages pauvres, avec un accent particulier sur la petite et la moyenne irrigation. Environ 35% des bénéficiaires directs seront des femmes. Les bénéficiaires indirects sont estimés à quelques 480.000 personnes au total et les superficies aménagées ou revitalisées projetées à 23 000 hectares. Le projet met en avant le concept de ‘’solutions d’irrigation’’ qui allie quatre volets essentiels : un modèle institutionnel avec des infrastructures et des technologies adaptées, un mécanisme de financement, et un programme de formation pour que les parties prenantes puissent répondre aux exigences du système d’irrigation utilisé. Dans les six pays, des zones d’intervention du projet (ZIP) ont déjà été identifiées par des équipes nationales, selon un processus participatif validé par les parties prenantes nationales.

Le PARIIS contribuera à la réalisation des objectifs primordiaux de l’Initiative pour l’irrigation au Sahel : « une agriculture irriguée en expansion, productive, durable, rentable, créatrice d’emplois et assurant la sécurité alimentaire au Sahel » et partant, de la Coalition Mondiale sur l’eau au Sahel. Sa mise en œuvre s’appuie sur une vision partagée entre six pays, pour développer des solutions innovatrices d’irrigation, afin d’augmenter la production agricole et assurer la sécurité alimentaire dans la région du Sahel. Au niveau régional, le projet sera mis en œuvre par le CILSS qui en assure également la coordination d’ensemble et au niveau national, par chacun des six pays bénéficiaires.

Le lancement officiel du démarrage de la mise en œuvre du PARIIS, sera fait à Dakar, sous le haut parrainage de SEM le Président du Sénégal, Chef de file des Chefs d’Etat des pays engagés dans l’Initiative pour l’irrigation au Sahel. Ce lancement se fera après la mise en vigueur du Projet. Pour toute question ou information, veuillez contacter :

CILSS : -Clément Ouédraogo, Coordonnateur du Programme Régional d’Appui à la Maitrise de l’Eau, au CILSS - Email : clement.ouedraogo@cilss.int ; clement.ouedraogo@gmail.com Tel : (+226) 70 34 58 48 -Abdoul Karim Dankoulou, Chef de l’Unité d’appui au management/CommunicationInformation-Documentation, au CILSS- Email : dankoulou.abdoulkarim@cilss.int Tel : (226) 75 05 37 77  Banque mondiale : MadioFall, Spécialiste principal en eau et assainissement - Email : mfall2@worldbank.org Tél. 1 202 415 46 09 +223 93 17 82 72

Messages

  • Très bonne initiative. L’irrigation est le seul moyen par lequel nous parviendrons à l’autosuffisance alimentaire. Cependant il y’a de sérieuses mesures d’accompagnement qui doivent etre envisagées. Vivement que nos autorités poursuivent ce projet au delà des limites du CILSS.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journées portes ouvertes des entreprises culturelles : Les acteurs satisfaits de l’organisation de la 2e édition
Financements extérieurs : TruBudget, le logiciel qui assure la transparence
Contrôle fiscal : 50 agents en ordre de bataille contre les actes illégaux
Commerce international : Le Burkina veut mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges de l’OMC
Aide publique au développement : Le Burkina a bénéficié de 663,11 milliards de F CFA en 2017
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Bobo-Dioulasso à l’honneur
Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents
Développement du Secteur des postes : Les acteurs du domaine valident la stratégie nationale
4e édition du Salon des banques et PME de l’UEMOA : Rendez-vous du 8 au 11 novembre à Bobo-Dioulasso
15e édition du SIAO : La Direction générale des impôts se rapproche des contribuables
Economies locales : Le PADEL tisse sa toile dans six autres régions du Burkina
Région de l’Est : Les autorités administratives et les acteurs économiques se concertent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés