Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Réaction du président du parti le Faso autrement, Dr Ablassé OUEDRAOGO, suite au dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 2 février 2018 à 01h18min
Réaction du président du parti le Faso autrement, Dr Ablassé OUEDRAOGO, suite au dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018

Le dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018 est un non évènement. Le peuple burkinabè vit une situation extrêmement difficile tant sur le plan sécuritaire, que sur le plan socio-économique. Cette situation n’épargne aucune couche sociale. Les Burkinabè avaient tous eu l’espoir de croire que le Chef de l’État les avait compris et pris la mesure des réelles difficultés de la nation, et surtout qu’il constituerait une équipe gouvernementale à même d’apporter des solutions à leurs difficultés et de répondre à leurs profondes aspirations.

La désillusion est totale et générale puisque malheureusement, le Chef de l’Etat et son Premier Ministre n’ont procédé qu’au jeu de chaises musicales dans ce remaniement. Les intérêts partisans et les arrangements de chapelle ont été une fois encore plus importants que ceux du peuple souverain, qui pourtant leur a confié son pouvoir.

Nous prenons acte tout simplement et appelons les filles et fils du Burkina Faso à rester vigilants et attentifs à l’action de cette équipe gouvernementale par rapport aux préoccupations qui nous sont chers à tous, peuple valeureux et intègre du Burkina Faso : les conditions socio-économiques et sécuritaires, une justice équitable et un avenir meilleur. Chacun d’entre nous devra en toute âme et conscience, savoir tirer les conséquences qui s’imposeront le moment venu.

Pour notre part, nous restons attachés à la réconciliation nationale, une impérieuse nécessité pour le Burkina Faso, que nous appelons de tous nos vœux et à laquelle nous convions toute la classe politique nationale et toute la nation.

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure »

OUAGADOUGOU, le 01 février 2018

Le Président
Dr Ablassé OUEDRAOGO

Messages

  • Mr le président du Faso Autrement
    Ce qu’il faut comprendre ici, meme si c’est le peuple qui a confié le pouvoir au chef de l’Etat ce n’est pas au peuple de choisir les hommes et femmes qui vont assurer les fonctions de Ministre. Dans quel pays tu as vu cela. Eviter les critiques unitiles et laisser les gens travailler.
    Ton souhait est qu’ils échouent non ?. Pourquoi te plaidre donc si ce sont des médiocres qu’on a appellé au gouvernemt. Cependant je peux t’assurer que même si ils venaient à échouer ca ne sera jamais toi que le peuple va amener au perchoir.
    Je ne comprend pas du tout l’opposition dans son ensemble. Votre souhait est que ceux qui sont au affaire actuellement échouent dans la mise en oeuvre de leur politique de developpement du pays, pourquoi se plaidre donc si vous pensez qu’on a mis des médiocres comme ministre. Au contraire vous devrez sourire en sourdine car vous voyez l’échec à venir.
    Le chien abois, la caravane passe comme dirait l’autre.

    Le Bosse

    • Écoutez, arretez de jouer les fascios du Web.En effet,Dr Ablasse est dans son rôle d’opposant politique il critique l’exécutif en panne d’idées.Qui peut nous dire en toute honnêteté,que remplacer Simon par Clément est réfléchi oubien l’agité Simon comme super-ministre d’état à la présidence ou encore Saran Sereme le médiateur du Faso il ya 2 mois seraient une solution face à la situation dramatique que traverse notre pays depuis 3 ans ! Chômage de masse,l’insécurité au Nord du pays,crises sociales à répétition...Bref,outre les maux que denonce Mr Ablasse.O sa grandeur reside dans le fait qu’il interpelle le PF à accélérer le processus de réconciliation qui,à l’arrivée peut apaiser le pays.Donc sa relance économique et sécuritaire.Les solutions de chapelle n’ont jamais relancer un pays en crise.

  • Donc toi tu es toujours là ? Tu n’as toujours pas pris ta retraite politique ? Faut y songer hein parce que toi même un enfant ne te calcule plus

  • huuuuum !!! ça du Ablassé tout craché : toujours égal à lui même ! Mais de grâce, le président du Faso est une institution et à ce titre nous lui devons respect et considération. Donc, il faut prendre acte du remaniement et laissé de nous ra peller la morosité socio"Economique du pays. Je vous rappelle, cher Dr OUEDRAOGO que vous, vous êtes personnellement comptable de la situation que traverse ce pays. En effet, il vous souviendra que c’était vous même qui étiez l’organisateur attitré des casses et incendies qu’a connu le Faso en 2014. Votre mentor (à toi , à Roch, à Salif, à Simon, à Zeph, ....) ,est parti et vous vous retrouvé dans des difficultés. Ni toi, ni Roch, ni Zeph n’echapera pas à.................prix de la traîtrise et de la malhonnêteté !!! A bon atendeur, ..........., ?????

  • Très bonne intervention. Surtout la réconciliation pouvait avoir un ministère conduit par une personne engagée dans ce sens et pouvant aller sur le terrain mettre les gens ensemble dans la vérité et la vraie justice.

  • Réconciliation ! mdr ! Toujours le même discours. Le peuple se sent-il diviser ? Ce n’est pas ce jeu politique qui sortira le BURKINA FASO de ce qu’il vit. Un problème sans solution est un problème mal posé, dit-on ; posons donc de façon sérieuse nos problème et les solutions découleront. Bonjour !

    • a moi je m’aime pas les aigris, on vous a tous vu ministres ici vous avez fait quoi pour l’avancée du BF quand vous étiez dans le match vous n’aviez pas pu marqué les buts et quand on vous remplace c’est à de la touche que vous savez comment marquer, vous ne rentrerai plus sur le terrain

  • Je pense qu’il est plutôt sage pour Ablassé OUEDRAGO de se taire définitivement que de mettre à nue sa pauvreté d’analyse aux yeux du peuple burkinabè

  • Eh, le mossi musulman du plateau central est sorti de sa tanière pour nous raconter des ablasseries. M. le président du Faso Autrement, si vous avez un chargé de communication, laissez lui la place de régir sur la toile au nom du parti. Cela nous éviterait de voir votre seule image à chaque sortie du parti et le témoignage de son fonctionnement démocratique. D’avis avec vous que la situation est difficile, mais c’est dans l’union sacrée que le Burkina réussira à éradiquer tous les maux qui l’empêche de "décoller". Vous n’avez certainement pas été consulté pour occuper un poste ministériel et votre aigreur se comprend aisément. Prenez votre mal en patience, car votre tour viendra si vous enterrez définitivement votre parti et vous faire délivrer une carte du MPP.

  • Quand on est président d’un parti et qu’on est incapable de se faire élire simple député,la décence voudrait qu’on la boucle en se faisant trop discret

  • Le jour où Roch va l’appeler’ il changera de langage. Ils sont comme ça . Ou bien juriste Sango ?

  • Est-ce que les Burkinabè s’entendent parler ? Pour quoi cette haine entre nous ? Pourquoi ce dégoût pour l’autre ? Comment peut-on construire un pays avec un tel esprit ? Comment peut-on réaliser le bien-être de nos populations en se querellant ainsi ? Sachant que le bien-être c’est avant tout un état d’esprit !
    Il na fait que donner son point de vu, sa lecture personnel sur le remaniement pour mériter tout ces propos.
    Où va-t-on ? Quel exemple donnons-nous à nos enfant, nos petit frère, et au reste du monde ?
    Sommes-nous entrain de construire ? Ou entrain de détruire ?

    SVP : Ce ne sont que des questionnements. Loin de moi de vouloir faire la morale à quelqu’un. Alors, je vous en pris ?

    Merci à tous !

    • Mais est ce que toi tu t’es relu ?
      Parce que y a trop de fautes dans ton écrit.

    • M. TRAORE, je vais essayer de répondre à votre question. La haine et l’amour sont les faces d’une même pièce. Je pense que beaucoup de burkinabè avaient fondé de sérieux espoirs sur Ablassé OUEDRAOGO. Du temps des marches et contre-marches, certains avaient vu en lui un leader qui contribuerait à la gestion de la chose publique. Je sais pas si c’est heureux ou malheureux, mais Ablassé OUEDRAOGO a peut-être failli quelque part.

      Et comme dans toute relation amoureuse, quand meurt l’amour, commence le désamour ou la haine. Il appartient à M. OUEDRAOGO de reconquérir les coeurs. Mais ce n’est pas en se lançant dans la critique négative et systématique qu’il va y arriver. Sauf si bien sûr il n’en a cure...

    • je suis d’avis que on fasse des critiques constructives
      que d’attendre la moindre occasion pour dénigrer les avis des
      uns et des autres. vous parler bien le Français mais c’est pas ça
      qui va faire avancer le Faso.

  • Et revoici le musulman mossi du plateau central dans un procès d’intention.
    Un homme dont toute l’activité politique consiste à nous pondre des écrits qui trahissent
    la frustration d’un être en manque de nâam, le pouvoir en mooré.
    Sacré Ablassé, chef de file des sournois mendiants de la réconciliation nationale.La
    réconciliation ne viendra qu’avec le triptyque Vérité-Justice-Réconciliation.
    Mr Ablassé, autant Rock ne vous a pas consulté pour le remaniement, autant il se f...
    de ce que vous en pensez.
    Au fait, avez vous déposé des nouvelles demandes d’audiences à Kossyam après
    vos échecs passés ?
    Il faut que nos politiciens à la petite semaine qui ne voient midi qu’à leur porte
    arrêtent de nous prendre pour des enfants. Parce que ça ne va pas chez vous,
    ça va pas pour le pays. Ablassé parle des conditions socio-économiques et
    sécuritaires. Je souhaite qu’il s’exile au Tchad où on vient de voir une baisse des
    salaires des fonctionnaires. Je lui demande de faire un aller sans retour au Mali
    où les attaques terroristes, c’est deux fois par semaine.

  • Très chers Docteur Ablassé,
    Je pense que ces propos ne sont des propos pour réconcilier le peuple. En toute sagesse, si vous désirez un peuple réconcilié dans un Faso Autrement, arrêtez d’inciter ce peuple à la violence, si vous l’aimez.
    Parlant de sécurité, aucun pays, même hyper sécurisé n’est à l’abri du terrorisme. J’ai plutôt envie de dire que de tels propos sont du genre à mettre une nation sens dessus-dessous. Nous, peuple du Burkina ne méritons pas ou plus cela. Nous avons notre partition à jouer et nous la jouerons en toute liberté sans la manœuvre des pseudo-politiciens.
    Notre pays revient de très loin, insurrection, coup d’Etat et j’en passe. Ce n’est en trois voir cinq ans que l’on pourra colmater les brèches.
    Pour votre gouverne, ce sont des cœurs qui saignent jusqu’en ce jour ; et un cœur blessé ne se pense pas comme l’on pensera une simple blessure sur le corps. A quoi bon aller à la réconciliation si les cœurs ne sont pas d’abord guéris.
    Je suis pour la Vérité et la Réconciliation. Mais à quoi servira notre Vérité si elle vient à diviser davantage les différentes parties. Pour dire à juste titre qu’il y a un lieu, un temps (moment) et un comment dire la Vérité qui construit et non qui divise. Sinon cette Vérité aura été vaine parce n’ayant pas permis de faire un pas en avant mais des pas en arrière.

    Mon très chers Docteur, épargnez-nous vos discours du genre à diviser. Travaillons plutôt à construire notre très chers pays si du moins nous l’aimons.

    POUR UN FASO RADIEUX ET PROSPERE, JE M’ENGAGE.

    LA PATRIE OU LA MORT !
    NOUS VAINCRONS !!!!!!

  • Et alors, si tu étais au pouvoir tu ferais comment ? Toi qui es musulman, mossi et du plateau central ?
    De toute façon, nous en sommes là, parce que Blaise a voulu rester au pouvoir ou passer la main à Moukila. Sinon c’est la même bande de copains depuis 27 ans. Toi même tu étais à la mangeoire non ?

  • Bonjuor Mr Ablassé pourquoi vous ne portez jamais le faso damfani ou bien vous êtes contre la promotion du consommons Burkinabé qui nous est très chère.
    vous êtes toujours loin du bas peuple avec votre veste cravate .

  • Le Faso a vraiment mal à ses fils.
    La crise socio-économique est profonde et appelle tous les fils du pays à l’union.
    La structure de ce gouvernement est inquiétante : la jeunesse, bien ! L’union, non !
    Les politiques économiques pour relancer l’économie laissent à désirer : par la consommation ? dans un pays sans appareil productif ? Quelle est la politique du gouvernement dans ce domaine ?
    De plus, la réconciliation nationale est une exigence incontournable. Qu’on la fasse maintenant ou demain, elle aura lieu. Aucun pays ne s’est développé dans la division.
    La paix dans les cœurs des burkinabé.

  • Lui il devait plutôt se taire maintenant et se faire un peu oublier. Qu’il ne s’attende pas surtout à un gouvernement d’inclusion des partis, comme le CDP, le Faso Autrement, le RDA ou l’PC, car apparemment, les ennemis du Premier Ministre, c’est bel et bien eux et non personne d’autre !

  • Moi a la place de ce soit disant docteur je me cacherai pour ne plus dire je suis bien parti car je suis musulman, je suis du centre et je suis mossi

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Front patriotique pour le renouveau (FPR) : Un point de presse à Djibo pour encourager les populations locales (1)
Situation nationale : « Leur PNDES n’est qu’un fiasco, un pétard mouillé », mate Eddie Komboïgo
Situation nationale : Les universitaires et experts associés affiliés au MPP se penchent sur le défi sécuritaire au Burkina
Rentrée politique du CDP : Des ovations nourries pour l’ancien président, Blaise Compaoré
CDP : Une rentrée politique, de grands défis en face !
Audience parlementaire : Alassane Bala Sakandé reçoit une délégation de généticiens burkinabè
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés