Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Cyber sécurité : « Africtivistes » construit des boucliers anti menace pour les journalistes et activistes burkinabè

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • lundi 22 janvier 2018 à 23h59min
Cyber sécurité : « Africtivistes » construit des boucliers anti menace pour les journalistes et activistes burkinabè

La Ligue des blogueurs et cyber-activistes africains pour la démocratie, Africtivistes, a débuté ce 22 janvier 2018 à Ouagadougou, une formation sur la cyber sécurité. Jusqu’au 26 janvier, ce sont 50 journalistes, acteurs des médias et activistes qui recevront une formation théorique et pratique afin que de s’entourer d’un minimum de sécurité sur la toile.

Des sites internet attaqués, des comptes piratés, des téléphones sur écoute, du matériel retiré, internet coupé, des journalistes traqués ou censurés, des web activistes menacés. Pour sûr, la révolution digitale tout en bouleversant les méthodes de travail des professionnels de l’information, a aussi créé des menaces.

Le journaliste travaille de plus en plus avec son smartphone ou son ordinateur portable. Ses données numériques sont traitées, stockées et partagées quotidiennement. Sans une politique de sécurité et une certaine compréhension des règles de protection, toute leur production se retrouve exposée au vol ou tout simplement à la destruction. Les web activistes également font les frais des tentatives de restrictions des libertés.

Alors, « Afrique Média Cyber Sécurité » un programme de formation théorique et pratique en sécurité internet destiné aux journalistes professionnels et aux acteurs des médias de la société civile (blogueurs, journalistes citoyens, cyberactivistes …), a vu le jour pour apporter des boucliers sûrs aux utilisateurs les plus en vue du net.
Selon Cheickh Fall, président de Africtivistes, il sera question de former les participants sur tout ce qui est cyber sécurité, leur apprendre à protéger leurs données et à savoir si leur travail est espionné, leur apprendre à se méfier des menaces et à comprendre ces menaces, leur apprendre à contourner la censure quand elle est appliquée.

« Protection des données, la sauvegarde des informations sur ordinateur, la sécurité du réseau internet, de la machine, des smartphones, configuré son téléphone pour qu’il soit plus sécurisé, comment utiliser les réseaux sociaux, naviguer sereinement, faire en sorte que le compte ne soit pas piraté… », Ce sont autant de thématiques qui seront abordées au cours de ces jours de formation. Il faut apporter des réponses et des solutions à ces violations de droit qui sont de plus en récurrentes en Afrique, ont ajouté des organisateurs.

Un exemple

Le Dr Cyriaque Paré, fondateur de Lefaso.net, bien que se présentant comme bénéficiaire de la formation, a été invité à prononcer un mot. Selon lui, c’est un thème qui vient à point nommé, tant les problèmes de sécurité et d’atteinte à la liberté sur le net, sont de plus en plus légion au Burkina.

« Le premier site que nous avons créé en 1999, burkinet.com, portail d’information sur le Burkina a vécu et a même connu un certain succès en 2003. Avec la crise ivoirienne, le site a été attaqué plusieurs fois, jusqu’à ce que Inoussa Sanfo avec qui je travaillais et à qui cela demandait beaucoup d’efforts de le remettre en ligne chaque fois, décide de l’abandonner. Nous avons réussi à remonter les traces de ceux qui l’ont attaqué, et cela nous a conduit sur des serveurs en Roumanie », a-t-il partagé, notant ainsi que ce n’est pas un fait nouveau.

Il a multiplié les cas d’exemples de site web attaqués au Burkina, des journalistes persécutés suites à des publications sur les réseaux sociaux, des web activistes traqués, au Burkina Faso. Mais c’est aux utilisateurs du web de faire attention et d’observer un minium de précaution, a poursuivi Dr Cyriaque Paré. Lire la suite sur Fasotic

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Messages

  • C’est bien de se protéger, mais c’est mieux de ne pas chercher la bagarre en disant n’importe quoi surtout du faux dans les médias.
    Vous savez, les peuples veulent être informés mais pas bernés. Ca fait mal quand on sait que tel ou tel journaliste se fait manipuler et il fait des informations à même de créer des problèmes. Bref,
    Les nous sommes tous des utilisateurs ; il y a ceux là qui configurent. A bons entendeur salut !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Agence nationale de sécurité des systèmes d’information : Vers l’adoption d’une stratégie nationale de cybersécurité
Nous a rendu visite : L’association « Publicitaires associés »
72 heures du communicateur : Une série d’activités pour mieux s’approprier les Objectifs du développement durable
Programme Burkina STARTUPS : Liste des projets innovants ou STARTUPS selectionnés
Médias catholiques : Le mensuel « Prions en Eglise » fait peau neuve
Journalisme sensible aux conflits : Waboué Bakouan, lauréat de la 2e édition du Prix PaxSahel
Promotion de la presse en langues nationales : Les rédacteurs renforcent leurs capacités
Publicitaires associés : La première rentrée publicitaire se tiendra du 28 au 30 novembre prochains
Conférence de l’UIT à Dubaï : Le Burkina réussit son maintien au sein du Conseil de l’institution
Société des éditeurs de la presse privée : Un plan stratégique 2019-2023, pour servir de boussole
L’Association des journalistes du Burkina lance le « Prix de la redevabilité citoyenne »
ISCOM Master class : Le journaliste Sayouba Traoré s’ouvre aux étudiants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés