Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 12 avril 2013 à 21h06min
 Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

Objet : lettre ouverte

Excellence, Monsieur le Premier Ministre,

L’extrême gravité de la situation tendue entre les autorités gouvernementales et les syndicats au cours de ces derniers temps m’oblige à vous adresser cette lettre ouverte en tant qu’acteur politique. En effet, l’UNIR/PS suit avec beaucoup d’inquiétude l’actualité nationale sur la dégradation du climat d’ensemble dans nos structures sanitaires depuis le mouvement de grève déclenché par le Syndicat des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale (SYNTSHA) consécutivement au décès de Madame TRAORE alors qu’elle était admise pour accouchement le 17 décembre 2012 dans le district sanitaire de Séguénéga, province du Yatenga.

Selon le gouvernement, cette triste situation est imputable à l’anesthésiste Nonguézanga KABORE quand bien même celui-ci observait une grève légalement décrétée par son syndicat. D’où son « licenciement avec poursuite judiciaire » prononcé par le conseil des ministres du 06 mars 2013 sans aucune autre forme de procès.

De par ses principes fondamentaux, notre parti condamne toute forme d’impunité si les faits sont juridiquement constitués et déplore la perte effroyable de cette compatriote et de son bébé. Par contre, l’UNIR/PS ne saurait tolérer la démission du pouvoir de la 4e République face aux préoccupations existentielles de nos populations et l’injustice sciemment orchestrée qui sont en réalité les véritables sources de la lâcheté des uns et la révolte légitime des autres.

En effet, dans un pays où le pouvoir exécutif s’adonne à la confusion des rôles au point de se substituer à la justice, il lui est facile de tirer rapidement des conséquences quand et comme il veut selon les intérêts du régime afin de tenter de réaffirmer son autorité visiblement décadente. Mais, lorsqu’il s’agit par exemple d’un militaire du Régiment de sécurité présidentielle qui abat à bout portant une citoyenne, on lui assure toute la protection dont il a besoin pour ensuite confier à l’opinion la désormais célèbre formule au Burkina Faso selon laquelle la justice suit son cours.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre,

Ce type de parallèles peut être malheureusement établi à souhait dans plusieurs domaines sans que le gouvernement ne bronche. A contrario, dans les cas où la responsabilité du gouvernement est pressentie, il est courant qu’il procède à un règlement expéditif et musclé de ses inconséquences en faisant porter la culpabilité fondamentale à un bouc émissaire. Ainsi, il croit trouver des solutions aux problèmes de fond qui se posent à nos populations. Cette pratique n’est qu’en réalité de la pure duperie dont les risques sont souvent dommageables. C’est pourquoi l’UNIR/PS voudrait ici attirer l’attention du gouvernement avec insistance sur les graves dangers que court notre pays du fait de l’amoncellement des frustrations et des injustices criardes obligeant souvent les citoyens à développer une résistance contre l’autorité de l’Etat.

En revanche, et au vu des grèves de dix (10) jours annoncées par le SYNTSHA pour compter du 23 avril 2013, notre inquiétude est d’autant plus grande que le gouvernement à en croire le Premier Ministre n’est pas prêt de revenir sur le licenciement de Monsieur Nonguézanga KABORE. Pire, nous n’avons aucun indice qui nous assure que la plate-forme revendicative pour laquelle les travailleurs se battent sera examinée de manière approfondie afin d’éviter les affres d’un bras de fer prolongé.

Si on a encore en mémoire la gestion scabreuse de la crise de 2011 où des militaires sont écroués sans jugement, si on se rappelle le problème des étudiants de l’université de Koudougou, le cas de l’université de Ouagadougou (une autre bombe à retardement), tout porte à croire que le SYNTSHA dont certains membres continuent de subir les coupures de salaires et autres affectations arbitraires ne se contentera pas des simples promesses du gouvernement.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre,

Au besoin, nous vous rappelons également que la crise de 2011 qui vous a porté à la tête du gouvernement a vite été exacerbée par le conseil des Ministres du 23 février 2011 qui avait précipitamment conclut que le décès de l’élève Justin Zongo était « lié à la méningite » alors qu’il était mort des suites de bavures policières. Parmi les conséquences fâcheuses qui en ont suivi, il y a eu un nombre important de décès au cours des mouvements de protestation et de mutineries.

Aujourd’hui encore, si rien n’est fait pour concilier les positions, la grève de 10 jours annoncée du 23 avril au 03 mai 2013 par le SYNTSHA aura des conséquences dramatiques pour nos populations déjà meurtries. Nous assisterons, hélas, à des pertes en vies humaines du fait de l’intransigeance et du manque d’humilité d’un gouvernement dont l’autorité ne sert en réalité qu’aux plus forts et à l’arrogance de certains ministres.

Encore une fois, l’UNIR/PS tiendra le pouvoir de la IVe République pour responsable de toute dégradation éventuelle de la situation sanitaire d’ailleurs précarisée par cette période de canicule dont on redoute la méningite et autres maladies épidémiques.

Dès lors, l’UNIR/PS invite urgemment le gouvernement à trouver avec le SYNTSHA une heureuse issue pour épargner à notre peuple une hécatombe inutile.

Le dialogue social étant toujours clamé par le gouvernement, l’UNIR/PS souhaite ardemment que le Gouvernement en use au maximum pour satisfaire la plateforme du SYNTSHA dont la lutte nous paraît pertinente et juste.

Par ailleurs, selon l’article 26 de la Constitution, « le droit à la santé est reconnu. L’Etat œuvre à la promouvoir ». Il en est de même du droit de grève qui est garanti.

Il n’appartient donc pas à notre peuple de payer le lourd tribut du fait de l’incapacité du pouvoir à garantir les droits fondamentaux du peuple. L’Etat doit s’assumer et l’UNIR/PS y veillera avec tout le peuple.

Excellence, Monsieur le Premier ministre,

Avec l’espoir qu’à travers cette modeste lettre ouverte, vous auriez entendu la détresse de tout un peuple qui refuse désormais la thérapie du cancer par la pommade, je vous prie de croire, l’expression de mon engagement patriotique pour une vraie justice sociale au Burkina Faso.

Ouagadougou, le 11 avril 2013

Pou le Bureau Politique National

Maître Bénéwendé S. SANKARA

Président de l’UNIR/PS

lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

Vos commentaires

  • Le 12 avril 2013 à 13:15, par GONGOLOMA SOKE En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    - Il fallait adresser la lettre à M. Blaise COMPAORÉ lui-même car il regarde tout ceci sans rien dire croyant que le peuple va encore se laisser faire comme d’habitude.

    Les autres syndicats doivent sauter dans la ’’dans’’ pour soutenir leurs camarades du SYNSHA.

    Y en a vraiment marre des dirigeants de ce pays ez de leurs accolytes et parents gloutons en fin de compte.

    Moi je suis sûr qu’un jour, on aura ici le même problème de bérets rouges et autres bérets dans ce pays !

    A l’heure actuelle, tous les services de renseignemnt du pays sont aux aguets, les orielles tendues, tous agissant pour M. Blaise et non pour le peuple. Honte à vous ! ! !

    Par GOGOLOMA SOKE

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:15, par solo En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Laisser les declarations Me. il faut organiser des marches de soutiens ouvertement appelant à la réintegration de Mr KABORE.
    C’est maintenant qu’il faut mettre la pression.
    La FEDAP-BC , une association apolitique a soutenu ouvertement la campagne présidentielle.
    Pourquoi les partis d’opposition ne soutiendront pas l’action du syndicat ?

    Ailleurs ce sont les partis politiques qui ont soutenu le printemps arabe.

    Y a la matière, laisser les paroles. Aller en action maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:21, par nongasida En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    juste dire au gouvernement et au SYNTSHA que le peuple est fatigué.Je demande au premier ministre comment il est arrivé.Si rien n’est fait, nous quelques jeunes de la société civile allons organiser un point de presse le 24 Avril à la maison du peuple pour tirer toutes les conséquences. Notre mouvement s’appelle Mouvement des Patriotes pour l’Accès à la Santé (MOPAS).A très bientôt !

    Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 14:51 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      c’est ton dj qui fatigue le peuple. il est arrivé à la primature par effraction et maintenant il se croit ce qu’il n’est pas. ce qu’il sait faire c’est parler pour ne rien dire,faire des tournées dans son village,faire des promesses. luc adolphe tiao est un très mauvais premier ministre,il est plus nul que ces prédécesseurs,je préfère encore tertius qui connaissait au moins ce qu’il disait mais pas ce dj qui brasse du vent. en plus de sa nullité,il est sectaire,tribaliste,régionaliste.

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:23, par Ababougou S. Apoignon En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Bien dit et merci à l’UNIR/PS qui suit l’actualité du pays c’est sa un parti politique et non attendre les élections pour nous pomper l’air. M. le premier ministère je pense que vous avez compris, avant de sanction il faut bcp faire attention car sa risque d’être comme "la méningite" de Justin Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:24 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Bravo ! Bien dit kôrô Sankara. Bon vent...

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:27, par fighter En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Ils auront été prévenus

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:29 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    tres belle cette interpellation mais........c’est tombé dans l’oreille d’un sourds.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:47 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Félicitation Maître ! En tant qu’homme politique, vous êtes dans votre rôle. Donnons tous de la voix, ça pourra constituer un collyre pour les yeux des membres du gouvernement et un rafraîchissement pour leur mémoire.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 13:48, par pat En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    que le premier ministre et meme le president vous entendent.

    Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 14:38, par ismo En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      c’est ca un parti d’opposition vrai, que les autre partis suive le pas et que les autres structures syndicales donnent de la voix aussi, seule la lutte paye,

      Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 15:14, par serein En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Très bel article et c’est cela aussi l’un des rôles d’un parti politique de l’opposition.c’est suivre l’évolution de la situation nationale et prendre une position très claire.

      Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 15:38 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      voilà ce qu’on attend des partis politiques : une lecture de la situation nationale et surtout une expression claire de leur position vis-à-vis de l’actulaité. De la manière dont Lucky Luc est venu à la primature, c’est de cette manière il s’en ira. Il peut continuer à jouer au vuvuzéla, on le chassera à la manière des étudiants.

      Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 16:36, par joseph En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Belle réation. Mais ce que je déplore c’est le fait que le syntsha ait croisé les bras et observeé mourir la pauvre dame et son bébé parceque étant en grève nonobstant une requisition qui aurait été transmise à l’agent incriminé. Cela me peine vue qu’il a prêté serment. Si la requisition s’avère vrai, je serai d’accord une fois avec le gouvernement sur son licenciement. C’est impardonnable

      Répondre à ce message

      • Le 12 avril 2013 à 21:16 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        Si l’acte de M. Kaboré est impardonnable, ce que je conçois aisément par humanisme en revanche, la sanction ne devait pas être prise par le Conseil des Ministre mais par son ministre de tutelle. C’est à se demander s’il y a un conseiller juridique compétent à Kossyam sur les actes administratifs. Légalité externe et interne nulles et de nullité absolue. Le bras de fer du gouvernement n’a aucun sens. On ne peut pas prétendre être médiateur dans les conflits internationaux et ne pas pouvoir régler à l’interne un conflit aussi mineure qui risque d’altérer durablement la santé des plus vulnérables d’entre nous. Pour un rhume , ceux qui ont les moyens vont dans les cliniques ou à l’étranger .

        Répondre à ce message

      • Le 12 avril 2013 à 21:16 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        Si l’acte de M. Kaboré est impardonnable, ce que je conçois aisément par humanisme en revanche, la sanction ne devait pas être prise par le Conseil des Ministre mais par son ministre de tutelle. C’est à se demander s’il y a un conseiller juridique compétent à Kossyam sur les actes administratifs. Légalité externe et interne nulles et de nullité absolue. Le bras de fer du gouvernement n’a aucun sens. On ne peut pas prétendre être médiateur dans les conflits internationaux et ne pas pouvoir régler à l’interne un conflit aussi mineure qui risque d’altérer durablement la santé des plus vulnérables d’entre nous. Pour un rhume , ceux qui ont les moyens vont dans les cliniques ou à l’étranger .

        Répondre à ce message

      • Le 13 avril 2013 à 10:05, par cool1er En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        si on part du principe que le Syntsha ait péché en laissant notre Dame enceinte pour cause de Grève, à ce que je sache il(syntsha) n’a pas lié les mains de ceux qui étaient présent et qui ne grevaient pas a savoir le MCD et son adjoint et toute l’équipe du bloc opératoire ? messieurs je ne suis pas un partisan de grève de la sorte mais je crois que notre Dame ne devrait pas mourir malgré la grève. le service minimum présent surplace aurait dû évacué cette Dame . si ce Mr tombe le MCD aussi !

        Répondre à ce message

      • Le 13 avril 2013 à 17:10 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        C’est la version qu’on vous a servie pour faire passer la pilule. Mr KABORE n’est qu’un anesthésiste. Il ne fait son travail que si le chirurgien décide d’une opération. Or, il s’avère que depuis 5 ans, l’hôpital de Séguénéga n’est pas en mesure d’opérer ces cas faute d’équipement adéquats (raison de la première grève).Aussi, dès l’arrivée de la femme, elle devrait être immédiatement évacuée à Ouahigouya.
        Les fautifs dans ce cas sont le gouvernement (qui n’a pas bien équipé ce centre de santé comme bien d’autres) et l’agent ou les agents qui ont reçu cette femme (pour l’avoir gardé près de 8h sans l’évacuer jusqu’à ce que mort s’en suive)
        Vous pouvez vérifier les 2 versions maintenant et tirer une conclusion. Merci

        Répondre à ce message

        • Le 14 avril 2013 à 13:21, par Malagda En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

          J’ai appris que toute l’équipe était en place pour l’opération sauf l’anesthésiste et que sans sa présence, les autres ne pouvaient rien faire. Droit de grève ou pas, nous sommes tous des humains. Il y a des moments où il faut savoir prendre la bonne décision. Si Monsieur Kaboré avait daigné faire le déplacement, personne ne lui en voudrait aujourd’hui même si la femme et son bébé étaient quand même décédés. Malgré les supplications du mari, il est resté insensible. C’est ça qui fait mal.

          Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 17:24 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      le 3 janvier de 1966 va ce reproduire. je le sens venir. a tous ceux qui aime le BF et la justice tenez vous pretent. nous sommes fatiguent.

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:11, par LA VERITE En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Bonjour, Maitre

    Je vous trouve trop perplexe, j’ai l’impression que vous souhaiter que le pays prend feu pour que vous en profiter, mais détromper vous ça ne serait pas le cas. On ai dans un Etat dont chaque institution, chaque personne a le droit, même si on n’est en grève par simple éducation et de bon sens, une femme enceinte vient pour des soins. Il refus de lui sauvée la vie à la personne (maman enceinte et les enfants de celui kel allai mettre o monde) soit disant cil est en grève, mais il ne refuserait pas de touché son salir parce qu’il était en grève. Cher maitre permettre pour une fois de votre vie au gouvernement de sanctionner ces genre de personne. A ma connaissants même s’il n’était pas infirmier en droit on appel ça NON ASSISTANCE EN UNE PERSONNE EN DANGER) donne partant par la là, il doit être poursuivit et condamné. Même dans les auto école on nous dit quand une personne est en danger la loi nous oblige de le secourir. Donc le gouvernement, je vous soutient pour la sanction mais vous demande de respecter les autres doléance. Ah bon attendeur salut.

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 06:51, par sambiga En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Bonjour ! reécoute avec attention tes propres paroles tu sauras qu’elles traduisent fidèlement ton insoucience aux difficultés de ton peuple, ton manque de vérité,et ton orgueil maladive. Me n’a fait qu’émettre une inquiétitude face à un gouvernement qui croit avoir plus de légitimité que le peuple en réfusant tout dialogue avec des syndicats au prix même des vies humaines pour faire valoir son autorité.

      Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 10:10, par Oracle En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      LA VERITE ! Je suis sidéré de voir que vous réagisser à la légère face à cette situation. votre vision superficielle de la chose montre que vous n’êtes pas bien informé sur la question. Sachez que le centre de Séguénéga ne prend pas en charge ces genres d’urgences. une simple évacuation à Ouahigouya aurait suffit. Monsieur LA VERITE ! sachez qu’on mange pas omelette sans casser oeuf. Si on doit gérer un mouvement au cas par cas, autant ne pas commencer. Des humains meurent chaque jour dans nos structure de santé par manque de meilleurs conditions de travail demandée par le syntcha au gouvernement qui regarde le peuple comme un ennemi. De grace que chacun prennent ses responsabiltés.
      En tout cas Bonne journée

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:25 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Faites beaucoup attention Lucky Luc, désormais si y a crise on n’ira pas ailleurs pour le show, on viendra dans vos domiciles respectifs, Surtout Arthur Kafando qui prive les petits débrouillards d’essence en retirant leur stock d’essence soit disant qu’ils défendent la qualité, si mon piston se bloque c’est pas vous qui supporterez la réparation. Vous ne pensez qu’à vous. Sonabhy dit toujours faire des déficits, c’est maintenant que vous aller réaliser des pertes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:30 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Vivent les ministres de ce pays. Population hypocrite, beaucoup on voté pour eux et se plaignent par le suite.TIAO il faut continuer de faire tes Atalakous y aura rien en face. Burkina Faso le pays des hommes sauf intègres

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:32, par VAGABOND En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    J’ai toujours dit que cette opposition avait des têtes pensantes et non des panses pensantes. Courage maître je vous soutiens ! Tout est en ébullition dans ce pays ! Le premier ministre n’a rienà voir dans le licenciement d’un agent de la santé. A chaque compartiment administratif son RÔLE ! Le lion (Blaise Comp.) a vieilli et perd ses crocs. Le navire prend de l’eau de partout. Le pays va mal (tiken Jah). Si c’était un militaire qui avait été licencié, cette période caniculaire allait être INFERNALE. Le peuple apès avoir fini de s’armer moralement, c’est l’armement physique et matériel avant 2015 pour accompagner Blaise et co à la retraite voulue ou forcée. On en a MARRE. Je suis moi-même agent de l’administration publique, mais j’avoue que le pays croule sous le poids de l’incivisme érigé en système éducatif par ceux qui nous gouverne. On a vu des proviseurs se nourrir du budget de leurs lycées et personne n’a bronché, des douaniers détourner des fonds, on a fermé l’oeil, des ministres pères fouettards, des vigiles délinquants et des politiciens pourris. Reintègrez ce monsieur dans ses droits et laisser la justice suivre son cours. LAT oublie comment il est venu à la tête de la primature, il peut aussi partir de la même manière. Les burkinabè ne sont plus bêtes, mais tolérants et attentifs. Sankara Thomas nous a enseigné à vaincre l’adversité et à chasser l’impérialisme. C’est maintenant qu’on le fera. la patrie ou la mort NOUS VAINCRONS...

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:39, par tarsida En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    jespere kils analyserons bien la lettre du maitre,bcp atend la reaction du reactiondu gouvernement le19.kan on se dit fort on rencontre tjrs des plus forts

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:41, par Hugo En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Salut camarade Me,nous vous soutenons car Mr le PM oublie comment il est arrive a la premature .

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 14:52, par Lieutenant Z En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Dans tous les cas si le gouvernement de BLAT n’est pas en mesure de régler ce problème dans les plus brefs délais, alors nous, nous allons prendre nos responsabilités dans les jours ou semaines avenirs. D’ailleurs je lance un appel à toutes les couches sociales, surtout la population civile meurtrie qui manque de soins, qu’à partir du lundi 15 avril 2013, des marches de prostestation partout dans le Burkina seront organisées pour faire savoir au PM et son gouvernement son incapacité à gérer la crise et le désarroi de la population. Il est venu par une crise mais cette fois-ci, si la crise perdure, c’est le pouvoir de Blaise Compaoré qui sera balayé. Nous ne sommes plus prêts à défendre un pouvoir qui ne soucie plus de la santé de sa population. En tout cas chaque homme de tenue est responsable de toute bavure qui entrainerait la mort d’un civil dans les revendications de ses droits les plus élémentaires. Message bien reçu !

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 15:28, par VV En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Me, vous oubliez de dire qu’en 2011 vous avez échoué à mobiliser 300 personnes contre Blaise Compaoré. Ce syndicat ne doir pas se comporter comme les autres car ses militants ont pouvoir de vie ou de mort sur les malades. Si ça continue, ça va être le chaos et il n’est pas exclu que des agents de santé subissent la vindicte populaire.
    Ca ne m’étonne pas que ce piètre homme politique profite sans honte d’une situation aussi grave. Les hommes d’Etat savent que la rue ne gouverne pas sinon c’est le chaos.

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 17:21 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Vous avez besoin de faire un tour au service de santé mentale : Si le peuple s’en prend aux "militants qui ont un pouvoir de vie ou de mort", alors, qu’il se suicide !
      Vous insulter l’intelligence des burkinabè tout comme vos commanditaires
      C’est un virage important de l’avenir de ce peuple qu’est ce bras de fer : reconnaître son vrai ennemi ou périr !!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 15:30, par pi En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    VOILA UN PARTI POLITIQUE QUI PLEUR POUR NOS MALADES . QUE DIEU T’ENTENDE ..AMEEN

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 15:48, par Burkina En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Vous avez au moins eu la bienveillance de déplorer la mort prématurée de deux compatriotes (bébé et maman). Mais je regrette que vous n’ayez pas le courage tout comme le syndicat de condamner un travailleur qui a renier sa patrie en désobéissant à une réquisition. Que vaut une réquisition, maître ? Certes, "le pouvoir exécutif s’adonne à la confusion des rôles au point de se substituer à la justice..." mais reconnaissons que que syndicat, censé user des voix de recours pour rétablir les droits de l’agent s’est montré plus injuste en rajoutant des morts innocentes aux deux premières victimes. ayons l’honnêteté intellectuel de reconnaître que le monsieur a failli mais si chacun déplore la sanction qui lui est administrée. qu’est-ce qui est juste et qu’est-ce qui est injuste, maître ? Etant dans la légalité, pourquoi fermer les yeux sur la Loi en matière de grève ? le service minimum est obligatoire dans une grève de la santé. je pense que le syndicat se trompe d’adversaire. Ou est le patriotisme ? Epargnez de grâce la population innocente qui souffre déjà de l’indélicatesse de nombre d’agents de santé. ressaisissez-vous !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 11:38, par Nanga En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Burkina, tu dois avoir une constipation intellectuelle. la requisition obeit a des regles. ils le savent, ca ne tient meme pas 10mn devant un juge p dire kel n est pas valable. pitie renseigne toi avant d etaler ta platitude.

      Répondre à ce message

      • Le 14 avril 2013 à 16:40, par lavérité En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        monsieur Nanga, je sais une chose, quiconque ferme les yeux aux sollicitations d’une mère entrain d ’enfanter sous prétexte de grève répondra de ces actes dans cette vie et dans celle d’après. même si la réquisition qui l’appelle n’est pas règlementaire, il devait non pas s’étaler sur la forme mais plutôt réagir face au péril d’une vie humaine.

        A suivre votre analyse, ce monsieur est innocent et saint- homme. si le gouvernement est à blâmer. que diable faut -il faire de ce monsieur qui travaille pour le gouvernement : le récompenser peut être ?? si ce monsieur, qui a prononcé un jour le sermon d Hippocrate laisse ma femme et mon gamin crever pour servir sa grève, je me chargerai de faire en sorte qu’il ne meure pas de vieillesse.

        Répondre à ce message

        • Le 15 avril 2013 à 18:07, par Ebi’10 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

          Ah Mr Lavérité, votre humanisme m’exacerbe !! Mais y a toujours une chose que je ne pige pas, pourquoi vous entêtez à prendre ce anesthésiste pour unique coupable ?? Personnellement, je dirais même qu’il est innocent !!! Pourquoi me diriez vous ?? Parce qu’il est en grève !! Voilà la réponse est toute simple, il n’est pas censé travaillé, y’avait juste qu’à trouver un autre anesthésiste pour faire le boulot à sa place ou bien pourquoi pas satisfaire ses réclamations !! Si il ya quelqu’un à qui vous devez réellement vous en prendre, c’est à ce gouvernement qui n’a pas su satisfaire les doléances de ces travailleurs les contraignant ainsi à la grève !!! Cordialement

          Répondre à ce message

        • Le 16 avril 2013 à 16:58, par Le phoenix En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

          A vous lire, M. KABORE, quoiqu’il ait fait est plus humaniste que vous. Votre dernière phrase vous découvre

          Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 12:40, par BARTSON En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Action égale à réaction.Si le pouvoir exécutif avait laissé l’affaire entre les mains de la justice,il va de soi que le syndicat allait faire recourt à la justice pour rétablir le droit.

      Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 17:24 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Et vous, renseignez-vs ! Si vous avez la bonne information et continuez à raisonner de la sorte, je te taxerai d’ennemi du peuple burkinabè !

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 15:58, par sayal En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    MOI citoyen du Burkina Faso aussi petit que je suis mets en garde le gouvernement de mon pays. Nous ne voulons plus de morts imputables à une grève des agents de la santé( grève légitime). Que le problème soit résolu avant le déclenchement de la grève du 23 si non, si non, si non si non..........
    On a rien fait en 2011.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:06, par Tiraogo En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Bonjour à tous,
    je voudrais juste poser une question avant de donner mon opinion : l’agent de santé en mis en cause était-il réquisitionné pendant cette grève ?
    - si oui, le gouvernement est en droit d’ouvrir une enquête et de transmettre le dossier à la justice. Car la personne peut tomber malade et être dans l’incapacité d’exercer sa fonction, même réquisitionné.
    - s’il n’a pas été réquisitionné, la faute incombe simplement au gouvernement qui n’a pas pris ses dispositions. Car le droit de grève est reconnu à tous les agents civils de l’État. Dans ce cas, c’est honteux et très grave de vouloir discréditer un syndicat, que tous les pouvoirs ont toujours soupçonné d’être influencé par le PCRV. A un moment donné, il faut arrêter de mitonner et de regarder la vérité en face. Pour un premier ministre communicateur, cela étonne beaucoup. Luc, réveille toi ou démissionne vite pour sauver ta peau, si tu as perdu le gouvernail. Tu es dans un piège.

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 11:49 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Tiraogo, la réquisition a ete signe le 10 decembre. la greve a demarre le 12 et la requisition remise le 16 nuit sans pv d reception. il n ya pas d requisition preventive car il peut ne pas grever

      Répondre à ce message

      • Le 13 avril 2013 à 13:43 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        Merci à vous de me répondre, même anonymement. Par contre, une question : que comprenez-vous par "il n’y a pas de réquisition préventive" ? Pour moi, une réquisition est justement préventive. S’il y a un mouvement de grève dans un pays de libertés, l’autorité étatique prend une mesure préventive en réquisitionnant les spécialistes du secteur pour éviter une quelconque catastrophe. Le ou la réquisitionné(e) peut porter un brassard pour manifester son mécontentement ou son soutien au mouvement tout en travaillant. Si la personne est malade et se trouve dans l’incapacité d’exercer sa fonction, elle en appelle à une autorité compétente pour décider.
        Je ne soutiens personne ; je suis juste un observateur de la vie politique, sociale et économique de mon pays. Je voudrai que le Burkina avance dan la justice et le respect de tous. Mais il faudrait prendre garde, de ne pas susciter un jour des règlements de comptes par des réactions passionnées et irraisonnées. Les agents de santé ont en majorité une conscience professionnelle et ne sont pas des criminels comme certain le laisse entendre. Je demande à tous les internautes pro-régime un peu de prudence et du recul et ne pas appeler au meurtre.

        Répondre à ce message

    • Le 14 avril 2013 à 19:46, par vision En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      si je ne me trompe pas c’est une réquisition remise à ses enfants car était absent de la maison.

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:13, par l’immigrant En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    je voudrais tres sincerement remercier maitre Sankara pour son action.
    c’est ca etre de l’opposition.il faut avertir ces assoiffes du pouvoir qu’ils sont la pour faire ce que le peuple veut et non ce que eux ils veulent.s’ils ne reviennent pa sur leur decision,il diront a un moment donne que s’ils savaient et ce serait trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:17, par SOS En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Comprenez que cela n’engage pas les haut responsable, pas plus tard que la semaine dernière le PF s’est envolé pour ses besoin de soins, et cela , en laissant le pauvre ministre de la communication certainement sous informé ou meme mal informé, se debatre comme un diable dans l’eau benite devant la presse, balbucaint les mots, melangeant tous les pinceaux et renvoyant les question aux calendres grec................Quel honte.
    Merci Me pour ta demarche anticipative et prévisionnaire, Esperons que des conscience vont sursauter afin de trouver une solution a tout ca.

    VIVE LE BURKINA, VIVE LE PEUPLE,VIVE LA REPUBLIQUE UNE ET UNIE

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:18, par ETUDIANTE NOIRE En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    une très bonne interpellation ! un homme averti en vaux ...... il est temps de reagire nos soit disants dirrigeants , très chers MAITRE c’ était grave , très grave dans nos hopitaux , de la campagne jusqu ’ à la capital , faisons le point des décès accidentels , suite à des acouchements , à des maladies de toutes sorttes durant cette grève . courage

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:33, par KTBA En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    quelle belle interpellation. je pense qu’elle est aussi adressée au président du faso qui lui aussi est impliqué. bon vent à vous UNIR/PS

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:48 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Gouvernement la ne sait toujours pas comment régler ce ptit problème ? Il suffit de donner satisfaction a la partie gombotique des revendication et nous on va laisser tomber notre collègue assassin (double tueur). Je ne m’imaginais pas qu’au milieu de 30 ministres et pendant 3semaines on ne puisse pas lire dans la tête du chien/chat pardonnez , Syntsha

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 17:03, par Poison 2 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Hé ! Les gars j’aime gâter mais là, le terrain est très glissant. Me SANKARA a parlé mais lisez très bien entre les lignes. Gouvernement certes n’est pas égal justice, Je ne connais pas exactement toute l’histoire, mais Si c’était ma femme qui mourait dans ces circonstances en servant de cause à une grève, je crois qu’il y aurait beaucoup de grèves. Paix à l’âme de la pauvre et du courage à M. KABORE ! Pour Luc et SANK, je ne sais pas !

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 17:20 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Vous opposition, une crise ça vous arrange, parce qu’il aura un gouvernement d’ouverture. Comme en 1999, ou vous étés rentré dans le gouvernement et vous avez oubliez les étudiants dont on a invalidé leur année. Vous cherchez seulement a entré dans le gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 17:22, par SomSom En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Courage à toi maître. Ns sommes d’accord avec toi que nos autorités ont tendance à oublier très rapidement. Et l’attitude arrogante de certains des ministres et députés du parti au pouvoir fait toujours place à une certaine humilité qui est la force de tout pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 18:41, par abdoul En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Je veux savoir une chose avant de porter mon analyse. Pourquoi Mr Kaboré se trouvait à l’Hopital alors qu’il est censé être en grève ? Si on est en grave on ne part pas dans son lieu de travail. il faut que les gens apprennent à s’assumer. Dites moi pourquoi cet agent qui est censé être en grève se retrouve à son lieu de travail alors qu’il sait que son métier est sensible ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 19:04, par fou En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Salut. Ne voyons surtout pas souvent dans des déclarations de bonne foi allant dans le sens de l’amélioration de la situation à tous comme étant une récupération politique. Certes, ce message va lui donner une certaine crédibilité, mais ses nous importe. Seul les idées nous importe. Encore merci Me.

    Répondre à ce message

    • Le 12 avril 2013 à 19:59 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      M. SANKARA est un jetteur d’huile sur le feu. Et j’en suis convaincu. Pour preuve pendant les événements de 2011, après un accrochage avec un véhicule (grue) de la SONABEL, dont le constat a été fait, il a laissé paraître un article dans un quotidien de la place stipulant qu’un routier a voulu l’écrasé et a pris la fuite. Heureusement que personne n’en a tenu compte. Donc ce monsieur est un récupérateur de la situation.
      Mais tout ce qu’il dit n’est pas faux en ce sens que le Gouvernement doit user du cadre de dialogue instituépour régler au plus vite la plate forme du Syndicat.
      Par contre à mon avis la réclamation de l’annulation du licenciement de leur collègue n’est pas juste de la part du SYNTSHA. Çela me rappelle les grèves décrétées par l’ANEB jste parce qu’il voulait qu’on accorde une 5è, 6è ou 7è dérogation à certains de leurs amis.
      Juste pour dire que leur collègue a tord. Qu’il le soutienne comme il peuvent, il y a des cliniques privés où il peut exercer, mais il a tord.

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 19:09, par sydney En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Merci pour ce communiqué

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 19:11, par DUOLO En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Au même titre que Mr Kaboré N selon le gouvernement a occasionné la mort de dame Traoré et son bébé, les décès enregistrés présentement suite à cette grève du SYNSHA occasionné par le premier ministre et son gouvernement doivent subir le même sort que Mr Kaboré N à savoir le licenciement pur et simple de ses 33 personnes incapables de nous gouverner.En d’autres termes, la règle de la réciprocité devrait leur être appliquée car une vie perdue égale une vie perdue et aucune vie n’est plus précieuse que d’autres. A bon attenduer, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 19:27, par Inos1er En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Qui sème le vent récoltera la tempète. le pouvoir de la IV république est entrain de vasciller et il ya un manque total de sagesse de leur part pour calmer la siuation. le gouvernement est au service du peuple et non le contraire. l’arrogance et le carractère béliquieux de ces gens va l’emporter dans sa propre tombe. j’espère que le peuple saura fire face à cette situation avec dignité et un courage légendaire.

    Répondre à ce message

    • Le 17 avril 2013 à 15:02, par Djobala1 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      District Sanitaire de Toma en Greve depuis le Lundi 15 Avril pour demander le depart du Medecin Chef.Mr Le Haut Commissaire,le Directeur Regional de la Sante de la Boucle du Mouhoun et l’ensemble des autorites provinciales et regionales sont tous au courant de la situation qui prevaut actuellement.Devant l’insastisfaction du personnel,tous les CSPS(27) sont a ce jour fermes sans service minimum jusqu’au depart du MCD.A cause d’un seul individu tout le systeme de sante du Nayala est inopperationnel.

      Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 19:34 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Les grèves ne raméneront pas madame traoré à la vie, mais permettra à un assassin de continuer à manger et à bien vivre. Pendant ce temps, monsieur traoré pleure son épouse et ses enfants une mère. Les parents une fille, une belle fille, soeur et belle soeur etc. Non à la défense d’un double assassin maitre sankara.

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 00:35 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Qui a pleuré toutes les victimes du coup d’état qui a eu lieu le 15 octobre 1987 à 17h 15. Quels sont ceux qui ont contnué à manger 24 ans après et qui veulent rebelotter après 2015 ? Les réponse à cette question vous permettront de comprendre que le gouvernement doit négocier au plus vite pour sortir de la crise. Mais il paraît que nul ne peut échapper à son destin. Si Tél est le cas, que la volonté de Dieu se fasse. Ce dont j’ai peur c’est que le pays prenne feu et que le Président se croit autorisé à rester au pouvoir. Faites attention aux effets indésirables de cette crise. Réfléchissez bien, chers compatriotes.

      Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 00:47, par 5fonic En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    DEUX CHOSES :
    A ces mr(la vérité, VV et poison 2) faudrai relever le debat plus haut que vos divergences politiques. A vous lire facilement on croirai qu’il ya de la merde dans vos tetes. Me SANKARA tire la sonnette d’alarme sur une éventuelle situation a venir n’es ce pas un droit ? Quel bénéfice en tire t’il ? Arretez d’etre tant septique vis a vis de ce MR car si il ya crise cest sur qu’ON ne s’apitoyera pas sur votre sort car pour votre prise en charge aucun anesthésiste interviendrai a cause de la merde encré en vous.
    S’agissant de mr KABORE : on parle ici de réquisition mais abusive (car en réalité 12/13personne du bloc opératoire l’on été). Et puis si mr KABORE refuse d’assister la paturiente es t’il le seul anesthésiste sur les 12 ? Pourquoi avoir garder une paturiente en crise d’ECLAMPSIE(facile a diagnostiqué) autant d’heure sans la réfèrer ? RELEVONS LE DEBAT CHERS FORUMISTES

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 02:02, par goodman En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Goodman ne comprend pas pour Lat fourre son nez par tout comme s’il était le Dieu des burkinabés.
    Mais Goodman sait qu’il va fuir le pays sans préavis à la même vitesse que son arrivée à la primature.
    SYNTSHA : le peuple vous soutient
    UNIR /PS : le peuple vous remercie
    TOUS LES PARTIS D’OPPOSITION : le peuple vous attend
    DIRIGEANTS IV REPUBLIQUE : le peuple vous maudit.

    Goodman

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 06:02, par tomi tozi En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    drole d’homme politique ! de profis en profi il ne finira jamais de crée pour profiter.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 06:49, par Desmo En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Donc quand on est en grêve,nous devons laissé une femme et un inocent mourir pour des miett. Meme en grêve faison appel a notre conscien. Pauvre Bébé pour une grève tu na pa eu la chance de naitre ca fait pitié. Ou est parti l’esprit de patriotisme

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 07:23, par Chlarstin72 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Où sont les vrais partis politiques ? Signalés vous et car le peuple reclame justice.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 08:00, par Citoyen En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Maitre vous avez tout dit et de manière juste. Je souhaite que ça soit " le debut du commencement". C’est ce qu’on attendait de toi camarade, lorsque que tu etais chef de file de l’opposition. Mais il n’est jamais tard pour commencer. Si ça continue ainsi et avec de la franchise à defaut d’etre à Kossyam tu reviendra à la CFOP. Il faut que les opposants apprenne au pouvoir à assumer ses responsabilités et les conséquences de son irresponsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 08:52, par Kagamé En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Ce que je déplore dans ce bras de fer "dangereux" est que ceux qui mourront par manque de soins ne seront ni les membres du Syntsha ou leurs parents, ni les membres du Gouvernement ou leurs parents, ni les hommes politiques ou leurs parents, ni Ceux qui ont un plus de revenus mais ce BAS PEUPLE constitué à grande majorité d’illettrés, de laissés pour compte et qui n’arrivent même pas à se payer une plaquette de paracetamol. Mon cri de coeur est que les GENS SACHENT ORIENTER LEUR LUTTE, LEUR GREVE OU AUTRE POUR NE PAS SE TROMPER DE CIBLE.

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2013 à 17:37, par Phoenix En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      C’est pour eux aussi qu’il y a eut la première grève. Et si ce bas peuple qui vote toujours des vampires ne prend pas ses responsabilités sous prétexte qu’il est illettré, qu’il ne se plaigne pas non plus !
      Analphabète ne signifie pas bête !
      Si leur salut vous tient tant à coeur, sensibilisez-les !

      Répondre à ce message

      • Le 14 avril 2013 à 20:52, par Cicero En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

        Entièrement d’accord avec Kagamé. Les principaux protagonistes - pouvoirs publics et membres du SYNTSHA (et leurs familles) - sont "couverts". C’est le "bas peuple" qui trinque. Phoenix, quant à lui, symbolise toute l’irresponsabilité de gens qui, pour parvenir à leurs fins, sont absolument prêts à tout, y compris à l’homicide volontaire. Qu’est devenu ce pays qui, il y a quelques dizaines années encore, était majoritairement peuplé de personnes normales, c’est-à-dire humaines ?

        Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 08:53, par Le justicier En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Prions Dieu que cette lettre puisse être entendu et que cela ne soit pas encore une lettre de plus dans les archives des oubliettes. Si des rapports d’enquête des organismes que nos autorités ont créé restent dans des oubliettes tant que ça ne fait pas leur affaire je sais qu’il en sera ainsi pour cette lettre. Ceux-ci n’entendent que le bruit des bottes et comme l’avais dit un militaire pendant la crise de 2011 et je cite "tant pis aux civiles"

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 09:11, par Mme la directrice En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Soutiens à Maître BENEWENDE, je suis tout à fait d’accord sur le fait que l"état doit laisser la justice faire son travail, il ne doit pas y avoir une justice pour les un et une autre justice pour les autres, nous sommes tous citoyens de ce pays, et moi j’espère que le gouvernement va se ressaisir au risque de voir la siituation sociale basculer.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 09:11, par LeChat En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    SI LE GOUVERMENT N’A PAS BONNE MEMOIRE JE LE RAPPEL QUE C’EST LE SYNDICAT QUI A RENVERSE MAURICE YAMEOGO A SON TEMPS ;RIEN NE SERT DE RADICALISER LES GENS TOUT EN SACHANT QUE VOUS ET VOS FAMILLE NE CONSULTE JAMAIS LES STRUCTURES PUBLIQUES. ALORS DE GRACE RESOLVER LE PROBLEME POUR ABREGER LES SOUFFRANCES DES BRAVES POPULATIOINS ET SATISFAIRE A LA FOIS VOS DIRE POLITIQUES ET CONTINUER VOTRE MANGEMENT

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 10:15, par le prophète En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Notre pays traverse en ce moment une crise sociale sans précédent jalonnée par un renchérissement de la vie. Cette crise est marquée par des grèves syndicales à répétition. Les salaires sont restés stagnantes depuis plusieurs années alors que la vie chère s’est installée et continue de faire des victimes. Face à cette situation j’interpelle le gouvernement à faire des propositions durables et en adéquation avec les attentes du moment pour éviter que l’histoire ne se répète.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 11:12, par Gom Naaba En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    un signe des vertiges du trône.Me merci pour cette lettre ouverte.vraiment dans ce pays rien ne va.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 11:31 En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Mr Abdoul juste vous rappeler que la grève etait une grève des permanences et de gardes les horaires de la grève etaient 12H à15h et de 17h à 07h du matin, cependant les agents travaillaient aux heures normales d.ouverture c.est à dire de 7H à 12h et de 15h 17h. Il était donc de la responsabilité de l.état de veiller au bon fonctionnement du service. Vous comprenez pourquoi mr kaboré etait au service à partir de 7H. Revenons aux réquisitions. Une réquisition légale doit être individuelle, elle doit être remise à l.agent le jour de la grève après que l.administration ait constaté l.absence de l.agent, elle doit être remise à l.agent par un auxilliaire de justice ou par un officier de police judiciaire. Dans le cas de mr kaboré la réquisition lui a été remise 2 Jours avant le debut de la grève ce qu.on appelle réquisition préventive qui n.est pas inscrite dans la loi, en plus sa réquisition était collective comportant plusieurs noms en fait c.etait un programme de garde qu.on leur avait adressé tout sauf une réquisition.une réquisition ne se fait pas au telephone ou oralement. Le gouvernement ne voulant pas porter la responsabilité du faite de la deffaillance de son administration fait porter le pull rouge à mr kaboré. Si c.est pour museler les libertés syndicales autant interdire la grève dans le secteur de la santé, au lieu de faire croire à l.opinion internationnale que le burkina est un exemple de democratie.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 11:40, par sac En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    On dit que Quand l’âne veut te terrasser, tu ne vois pas ses oreilles ; aussi, quand tu bois l’eau du puits, il faut penser à celui qui l’a creusé. LAT, tu es venu parce que les gens étaient dans la rue. Maître SANK est très lucide dans sa lettre. Si vous ne pouvez pas, vous dites et vous démissionnez en ce moment, on sait que ce n’est pas vous, sinon je pense que la rue vous emportera. Humblement, le bouc émissaire n’a pas été trouvé avec le greviste KABORE ; vous vous y etes mal pris. Si vous avez pu reculer devant les détourneurs, donc vous pouvez aussi bien réculer devant le gréviste. Pas de honte. Courage frère LAT.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 13:17, par polpol En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    M vérité, je vous invite à considérer la signification de votre Pseudonyme . Cette sanction rappelle une fois de plus les agissements d’ un régime en mal d’ autorité donc en recherche de boucs émissaires pour masquer cette incompétence. En réalité si licenciement il devrait y avoir, le MCD lui même ne pourrait échapper. Où était il pour ne pas ordonner la référence de la dame en temps réel dès lors que l’anesthésiste n’a pas abdiquer à la réquisition . S’il y’ avait de la compétence ce genre de situation devrait être résolu avec le Syndicat et la Justice ce qui nous mettrait à l’abri d’un tel bras de fer entre Gouvernement et Société Civile dont on est loin de voir l’aboutissement.A la limite pourrait on être tenter de croire à un règlement de compte à SEGUENEGA ! En tout état de cause , on note que le pm a déjà oublié comment il est venu ; les mêmes causes amènent les mêmes effets ; l’homme est devenu suffisant, arrogant et démagogue dans ces propos et actes ; le pire reste à venir et que Dieu sauve ce peuple déjà martyrisé.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 14:47, par nobila En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    C’est avec beaucoup d’inquiétude pour l’avenir de notre pays et tout le respect pour l’alerte du président de l’UNIR/PS que je pense qu’il est temps le premier ministre puisse une n’est pas coutume se remettre en cause.Meme dans les grandes nations de démocratie,le recule est permis s’il faut sauver des miliers de vie.Je suis d’accord que devant l’explication donnée par le gouvernement la sanction en vaut la peine mais si tout ce grand syndicat décrit l’injustice ,pour un bon démocrate le recule est permis.Si le gouvernement n’avait de crédit pour ce syndicat,il n’aurait pas engager des négociations avec lui depuis longtemps et refuser de negocier là oû cela vaut la peine.Devant l’extreme pauvreté du peuple le silence du gouvernement est plus criminel que l’acte d’un agent.Pouvez vous nous dire combien de morts on a enregistrer lors des greves passés faute de soins appropriés.Dix jours constituent un cap oû si le gouvernement ne peut pas qu’il rend le tablier pour incompétence face aux besoins existentiels du peuple.Les hommes politiques doivent à l’exemple de l’UNIR/PS donner de la voix pour une action d’urgence.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 16:59, par Monsieur En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    On est pret pr la danse koike cela coutera.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 17:46, par Coulibaly En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    L’heure est grave. On est où là ? Depuis quand le conseil de ministre a été une instance de licenciement d’un fonctionnaire ? ici, il y a abus du pouvoir. ca TOUJOUR été comme cela. On vous connait. Voici la tactique : Un problème, les ministres se retrouvent, ils décident de tirer profit s’ils ne sont pas pyromanes, on fait une parodie d’enquête avec les monsieur oui oui de l’inspection d’état , puis les conclusions étant déjà préconçues, on attend le mercredi pour faire sortir la sentence. Par contre, pour d’autres affaires criminelles, on s’en remet à la justice. C’est ainsi que ça se passe au pays des hommes intègres. Quel honte ? Mais sachiez que tous se paie ici bas, Dieu vous voit

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2013 à 18:33, par Boureima En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Merci Me Sankara le PM a oublié qu"il est venu par une crise il partira par une crise.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2013 à 07:17, par Yaabi En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Arrêtez peuple de Yele Kayé, vous méritez ce que vous avez comme dirigeants. Le peuple a massivement reconduit ou cautionné (s’il y eu fraude) le pouvoir éclairé du CDP après des élections au lendemain d’une vilaine crise. Si ce n’est pas dire continuez dans votre élan !!!

    Que voulez-vous maintenant peuple et ceux qui prétendent parler en leur nom ? Peuple, dirigeants, opposition, société civile, toi, moi sommes tous responsables de cette absence de l’Etat. Rien ne va, mais nous continuons Yele Kayé ; personne ne parle de cette jeunesse burkinabè dans un chômage structurel, sans lendemain, ces étudiants qui dorment à la belle étoile, tous le système sanitaire quasi défaillant, ces coupures d’électricité et de téléphonie, etc.
    YELE KAYE, YELE KAYE

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril 2013 à 13:08, par Soubaga Foronto En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    Nos dirigeants ont là mémoire courte. A part quelques inconditionnels du régime n’est ce pas la crise de 2011 qui les a amené dans le gouvernement ? Que le P M sache que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Le peuple est en mesure de créer un autre 2011.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril 2013 à 11:48, par mousbil En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

    merci pour la clairevoyance de l’unir/ps.c’est comme ca que la societé civile reconnait l’importance des partis politiques !prononcez vous toujours sur les thèmes d’actualité.pas seulement dans la presse(beaucoup ne lisent pas les journaux ) mais avec des micros dans les quartiers comme au moment des campagnes !le peuple vous suivra et vous écoutera !voilà qu’ils ont levé les sanctoins !ngow !que deviendra LAT qui disait devant la representation nationale il ya quelques jours que le gouvernement ne cedéra pas ?ce qu’il oublie,c’est que c’est un gouvernement qui a cedé pour que lui il soit là ou il est !il cedera pour un autre !il ne faut jamais dire jamais !ce chef est il toujours credible ?et le MCD de seguenega qui a livré son agent ?MOUSBIL

    Répondre à ce message

    • Le 20 avril 2013 à 11:22, par Le penseur En réponse à : Lettre ouverte de l’UNIR/PS au Premier Ministre sur la grève du SYNTSHA

      Merci Maitre pour ce message aussi beau que altruiste ! vous vous préoccupez serieusement de l’interet de la nation.
      J’attire l’attention du Syntsha pour qu’il renégocie l’indemnité de risque qui est à des années lumières du risque réel encouru par les agents de santé souvenez vous de tous les agents de santé qui ont été demis de leur fonction suite à une erreur commise dans l’exercice de leur metier sans compter le demelés avec la justice (vous etes exposés à des maladies pendant que vous tentez de sauver des vies ; aucune erreur ne vous est permise pendant l’exercice de votre profession car vous travaillez sur l’humain), vous touchez des salaires minables qui ne vous mettent pas à l’abrit du besoin (alors que vous devriez l’être : si l’on considère que le métier est noble, que la santé est un secteur sensible etc.) Je pense sincèrement (sans être agent de santé) que toutes les couches de la société devrait y penser et jouer son role pour une meilleure santé de la population et donc un developpement réel et aussi pourquoi pas une vraie "societé d’espérance"

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
Burkina Faso : Grabuge de « co-épouses » autour de Yacouba Isaac Zida !
Burkina : 2020, c’est parti !
Situation nationale : Le CISAG constate que le président Roch Kaboré n’est pas aidé par ses proches
Vie politique : Le RPR vient en aide à des personnes vulnérables de l’arrondissement 7 de Ouagadougou
Présidentielle de 2020 : Un « taureau » nommé Abdoulaye Soma dans l’arène !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés