Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 10 avril 2013 à 22h58min
ABDOUL KARIM SANGO :  	            Le Paren, la Ceni et moi

Abdoul Karim Sango, juriste, spécialiste du droit à l’information, également membre de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) au titre de l’opposition. Enseignant de droit public à l’Ecole nationale d’administration et de la magistrature (ENAM). C’est donc en observateur et en analyste avisé de la scène politique nationale que nous l’avons rencontré pour échanger avec lui autour des préoccupations du moment. Incluant bien entendu sa propre actualité dans le jeu partisan.

Lefaso.net : D’aucuns estiment qu’on vous entend de moins en moins sur la scène partisane. Une impression ou une réalité ?

SANGO ABDOUL KARIM (SAK) : Je pense que ceux qui le disent ont probablement leurs raisons. Mais je pense que c’est juste une impression. A partir du moment où je suis membre de la Commission électorale nationale indépendante et que je ne suis même pas membre d’une instance d’un parti politique, mes interventions publiques se réduisent nécessairement.

Mais je pense que pour ceux qui observent avec beaucoup de plus près l’évolution politique de notre pays, ils ne diraient pas que Sango est totalement absent. J’anime beaucoup de conférences, de séminaires, je viens de participer à une rencontre organisée au Sénégal par le Département d’Etat américain en collaboration avec l’université de Floride sur les systèmes électoraux en Afrique. Ceci dit l’action politique, il ne faut pas en avoir une idée conception étroite.

Lefaso.net : N’y a-t-il pas un brin de déception chez vous comme on entend le dire ?

SAK : Encore une fois, ici aussi y a une part de vérité dans ce qui est dit. Je me suis engagé à fond après l’université, dans le parti de la Renaissance nationale, le Paren, pour soutenir les idées politiques du professeur Bado. Idées politiques que je considère comme une véritable alternative aux problématiques qui se posent aux pays africains.

Je continue encore de le croire aujourd’hui. Mais j’ai compris comme le disait quelqu’un, que le monde politique est fait d’égoïsme. Souvent je me pose la question de savoir quelles sont les motivations réelles des acteurs, quand on est incapable à ce point d’objectiver les choses et savoir que par-delà nos contradictions secondaires, il y a des contradictions principales qui consistent à s’interroger sur comment inscrire l’intérêt de la majorité des burkinabè au cœur de nos préoccupations.

Or là je me suis rendu compte que ces sont des égoïsmes de part et d’autre. Si bien que parfois vous êtes combattus par ceux-là que vous considérez comme étant vos alliés. Or dans un processus de ce genre, et sauf à devenir un artisan de l’inutile, vous avez besoin à un moment donné, de vous replier sur vous-même pour savoir s’il ne faut pas orienter autrement votre action politique. Changer de fusil d’épaule tout en restant dans l’action politique.


Lefaso.net : Est-ce que vous n’êtes pas un peu trop idéaliste surtout quand on entend dire que la politique ce sont les rapports de force ?

SAK : Pour faire de l’engagement politique, on a justement besoin de beaucoup d’idéalisme. Parce que la transformation de la société est une immense entreprise. Donc si vous n’avez pas d’idéalisme vous ne vous engagez pas en politique.

C’est d’ailleurs ce que nous voyons très souvent en Afrique où se développe ce que j’appelle une politique ‘’tubdigestiviste’’ une politique alimentaire sinon une politique du ventre pour reprendre l’expression très chère du professeur Jean François Bayart.

Evidemment que la politique c’est un milieu de rapports de force. Mais la question fondamentale c’est un rapport de forces pour qui et pourquoi ?

Lorsque je me résume à la situation de l’opposition burkinabè, le rapport de forces ne doit pas s’établir à l’intérieur de cette opposition. Parce qu’en face, vous avez un méga parti, un parti avec une histoire longue, un parti avec des assises dans les moindres recoins du pays.

Alors quand vous êtes dans une situation de ce genre, le rapport de force ce n’est pas entre des partis dont le rayon d’action ne dépasse pas la ville de Ouagadougou. A la limite je crois que c’est travailler à s’auto flageller ; donc j’aurais souhaité que le rapport de forces nous l’établissions vis- à- vis d’un adversaire qui est le parti au pouvoir et les satellites qui gravitent autour.

L’idée étant que pour moi, il faut en démocratie, un parti au pouvoir très fort et des partis d’opposition très forts. C’est cette dialectique qui permet à la société de progresser. Or ce que je remarque, ce à quoi j’assiste, ce n’est pas cela.

Lefaso.net : Quel donc doit -être le lien entre politique et morale ?

SAK : A mon avis les deux concepts sont intimement liés ! Voyez par exemple ce qui se passe en France ! On l’oublie souvent, mais la politique au sens aristotélicien du terme, c’est d’abord la morale ; la démocratie, la bonne gouvernance, tout cela est construit, c’est bâti sur des principes moraux. C’est fondamental.

En politique, il faut de la stratégie et non de la ruse. Or ce que je constate de ma petite expérience, ce que je constate, c’est qu’en Afrique la plus part des pays sont en état de déliquescence morale, en état de putréfaction morale. Il y a alors un travail sérieux à faire de ce point de vue pour réhabiliter la politique et le politique.

Lefaso.net : D’aucuns vous voyaient assurer la relève du Professeur Bado au Paren. Cela ne vous a pas intéressé de prendre la tête du parti ?

SAK : Votre question me donne encore une fois l’occasion d’apporter un peu de précision. J’entends dire par-ci par- là Sango est membre de l’Upc, qu’il a quitté le Paren, qu’il a trahi le Professeur Bado au profit de son frère ethnique…

Rien qu’hier (l’interview a eu lieu le lundi de Pâques) j’ai reçu un coup de fil du Professeur Bado, pour me souhaiter une joyeuse fête de Pâques et il m’a apporté ses bénédictions en ce jour important dans la vie des chrétiens.

Ce qui veut dire que Sango et Bado sont en de bons termes et que nous continuons de communiquer. Il s’est simplement posé un problème dans ma relation avec le parti à a un moment donné.

J’étais en mission d’observation électorale en Guinée en 2009 lorsque le parti a organisé son dernier congrès extraordinaire qui a porté Tahirou Barry avec qui j’ai créé la cellule estudiantine du paren, qui était mon adjoint au sein de ladite cellule et qui est mon promotionnaire et mon ami de longue date.

J’ai été surpris à mon arrivée à Ouagadougou, de constater que je n’étais plus membre des instances du parti. Ni du Secrétariat exécutif, ni du Bureau Politique. On a créé une sorte de poste de conseiller, un peu à l’image du Cdp et dans lequel on m’a mis.

J’ai dit que pour mon âge, je suis trop jeune pour me retrouver au milieu de ces anciens. Surtout que cela ne coutait rien de m’informer au préalable pour requérir mon avis, pour ce que je représente dans le parti aux yeux de l’opinion.

Evidemment je m’en suis ouvert au fondateur du parti, le Professeur Bado. Il m’a expliqué les arguments que les uns et les autres ont avancés pour justifier qu’on m’enlève dans le bureau. Il a marqué son étonnement de ce que je n’avais pas été au préalable informé.

Principe démocratique pour principe démocratique, une nouvelle équipe a été mise en place. J’ai occupé ma position.

Un argument que ceux qui n’ont pas voulu que je figure dans le bureau avancent, c’est de dire que je suis à la Ceni et que ça peut être incompatible. Oubliant que j’étais toujours à la Ceni quand je continuais d’occuper mes responsabilités au sein du parti. Mais à partir du moment où je n’ai plus de responsabilité, je deviens un militant de base comme tout le monde.

Lefaso.net : En avez-vous discuté avec Tahirou Barry, le président du Parti ?

SAK : Oui bien plus tard ! D’aucun ont pensé que c’est parce que mon promotionnaire est à la tête du parti que je n’ai pas voulu y être. Vous pouvez le vérifier auprès du Professeur Bado.

Plus d’une fois, lui et certains camarades du parti ont pensé que j’aurais pu à un moment donné diriger le parti. J’ai simplement dit au professeur que mon heure n’avait pas encore sonné. Et que j’attends mon temps. Pour vous dire simplement que je n’ai aucune déception. Parce que mon engagement politique n’est pas bâti sur une stratégie d’ambition personnelle.

Lefaso.net : On a donc cherché à vous écarter ?

SAK : Je ne le dis pas. Il me semble que dans le parti, à un moment donné ma relation avec Zéphirin Diabré a été mal interprétée par un certain nombre d’individus. On a tenté de faire croire au Professeur que Sango travaille pour Zéphirin Diabré. Ce n’est pas vrai !

Je veux dire aux internautes que Zéphirin Diabré, je l’ai connu avec le Professeur Bado. J’ai simplement estimé que c’est une personnalité qui a beaucoup de qualités avec laquelle on pouvait espérer construire une alternative au candidat du Cdp et qu’à défaut pour lui de venir militer dans un parti comme le Paren, si un jour il venait à créer un parti, que nous deux partis fusionnent. Du reste, c’est une question que nous avons discutée en son temps, le professeur Bado et moi.

J’ai donc été une sorte de chargé de mission auprès de monsieur Diabré. Sans être membre de l’Upc, du reste Diabré et son parti ont fortement soutenu ma candidature quand il s’est agi de renouveler les membres de la Ceni. Je suis tenté de reconnaître qu’ils m’ont soutenu plus que mon propre parti ; C’est ce que j’appelle la contradiction secondaire. J’ajouterai que c’est me faire une grosse injure que de penser que quelqu’un qui a mon niveau intellectuel puisse fonder son engagement politique sur des critères aussi farfelus aussi ridicules et bas que l’appartenance ethnique ou régionale. Voilà ce qui était cause d’incompréhension au sein de mon parti, au sein du Paren.

Lefaso.net : Où en sont donc ces négociations sur le rapprochement entre le Paren et l’Upc ?

SAK : Je dois dire qu’à l’époque nous étions très bien engagés. Je dirai même qu’avant de créer son parti, l’un des congrès auquel monsieur Diabré a assisté, c’est celui du Paren sur notre invitation et par amitié pour le Paren.

Mais à partir du moment où moi le chargé de mission je suis éjecté des instances du parti sur fond de suspicion de cette pour sympathie à l’endroit du président de l’Upc, et que je suis un peu suspect même si cela n’est pas dit clairement à cause de ma proximité supposé avec le président de l’Upc, je pense que ce dernier a estimé qu’il était en droit de revoir sa stratégie par rapport à cette action de rapprochement. Mais Je ne désespère pas quant à la création d’un grand pôle de l’alternance. C’est la seule condition non négociable pour qu’il y ait l’alternance dans ce pays.

Lefaso.net : Vos rapports avec le président actuel du parti sont-elles bons ?

SAK : Nous avons de très bonnes relations sociales. Il n’y a pas de nuages entre nous. Avec le recul je crois qu’il a dû comprendre que je ne contestais pas son leadership. Lorsqu’il estime nécessaire, il me consulte sur certaines questions. Et je me fais le devoir de lui apporter ma modeste contribution.

Lefaso.net : Que faites-vous exactement à la Ceni ?

SAK : Je suis un des quinze membres de la Commission électorale nationale indépendante. Et vous savez que la Ceni du Burkina a l’entière responsabilité du processus électoral. C’est-à-dire que toutes les décisions en matière électorales sont discutées et délibérées par les quinze membres. C’est une originalité de notre gouvernance électorale. Et pendant toute l’année 2012, nous nous sommes occupés de ce que l’on a appelé les élections couplées.

Lefaso.net : L’affaire du poste qui devait revenir à l’opposition et qui était occupé par l’Adf-Rda est-elle close ?

SAK : C’est une vieille histoire, à partir du moment où depuis 2009 un texte de loi a été adopté qui définit bien ce qu’est un parti d’opposition. Depuis lors cette confusion n’existe plus. Du reste les cinq membres de l’opposition qui siègent à la Ceni sont des partis qui sont affiliés au chef de file de l’opposition.

Lefaso.net : Que dit cette loi sur le statut de l’opposition ?

SAK : La loi de 2009 sur l’opposition affirme que l’un des critères d’un parti de l’opposition c’est qu’il ne doit pas être dans un gouvernement.

Deuxième critère, c’est l’obligation de la déclaration auprès du Chef de file de l’opposition le reconnaissant en tant que tel comme parti de l’opposition. Je crois que ce sont les deux critères majeurs sur la base des quels les cinq commissaires ont été choisis au titre de l’opposition.

Lefaso.net : Certains partis se disent pourtant non alignés et ne reconnaissent pas le chef de file de l’opposition ?

SAK : J’ai déjà eu l’occasion de dire directement à certains chefs de partis qui sont des grands-frères avec qui j’ai souvent l’occasion de discuter franchement que sur cette question, qu’ils ont tort. Parce que leur démarche sonne comme s’il réglait des problèmes de personnes. Je leur ai dit que lorsqu’on aspire à diriger un pays, on ne prend pas de liberté avec les lois. Et les juristes disent dura lex sed lex

 ! Sinon personnellement j’ai déjà eu l’occasion de faire une analyse critique de cette loi pour le compte du Cgd. Elle comporte deux insuffisances majeures, qui portent le fait que les partis de l’opposition doivent faire une demande de reconnaissance à un chef de file qui est lui-même membre d’un parti. J’ai également noté des aspects discriminatoires dans son contenu notamment celles relatives à l’occupation des hautes fonctions de l’Etat.

Pourquoi un militant de l’opposition n’aurait-il pas le droit d’occuper les hautes fonctions de l’Etat ? C’est cela la politisation de l’administration dénoncée dans tous les rapports. Mais en attendant, la loi c’est la loi.

Lefaso.net : Me Kéré est-il un bon président à votre avis ?

SAK : Sous son leadership, nous avons pu réussir globalement l’organisation des élections couplées avec quelques insuffisances notées çà et là par les acteurs politiques et la société civile. Ce n’était pas gagné par avance.

Et moi-même je dois vous dire que je n’y croyais pas. J’étais partisan du report des élections pour 2013 afin de nous permettre de très bien l’organiser.

A un moment donné je crois qu’il y a eu une sorte d’engagement personnel de sa part pour que les choses avancent. Souvent contre l’avis des autres membres d’ailleurs. Je crois qu’il a fait beaucoup d’efforts en termes de communication et de considération pour les autres partis politiques et tous les acteurs impliqués dans le processus électoral.

Lefaso.net : Tout n’est pas parfait à son niveau…

SAK : Evidemment, la perfection n’étant pas de ce monde, son action n’est pas parfaite. Il a eu souvent le malheur de s’engager dans des combats qui ont été très mal compris…

Lefaso.net :…L’affaire Cdp de Gourcy ?

SAK : … Ce qui a en partie entaché l’action. J’échange beaucoup avec lui. Et parfois je n’hésite pas à lui dire que c’est moins l’acte que sa perception qui est mise en avant. Il y a eu également l’affaire du contrat avec l’ex-maire de Nongr-Massom. Mais je ne crois pas que me Barthélémy Kéré ait donné des instructions particulières par rapport à ce dossier.

Evidemment, il y a eu manifestement ce que les juristes appellent un conflit d’intérêt. Ceci dit, il convient d’en tirer les leçons. Ce que nous avons récemment fait à travers un atelier sur les forces et les faiblesses du processus électoral au Burkina Faso.

Lefaso.net : Que s’est-il passé au juste dans ce dossier de marché ?

SAK : Jusqu’aujourd’hui je ne saurais vous dire comment ça pu arriver. Moi je dirigeais la région de l’est. Et je veux vous dire qu’il y a eu beaucoup de disfonctionnements et pour lesquels nous avons demandé à Me Kéré de porter plainte. Et que des enquêtes soient menées afin que l’on sache ce qui s’est passé exactement.

Lefaso.net : On a fermé les yeux ?

SAK : On n’a pas fermé les yeux. Je dois vous dire, en ce qui me concerne que c’est par la presse que j’ai eu l’information. Il faut savoir que l’attribution des marchés à la Ceni ne se discute pas à la plénière des Commissaires. Il y a des commissions techniques au nombre desquelles une, chargée de l’attribution des marchés. Mais je crois que pour éviter ce genre de situation à l’avenir, c’est que la Ceni puisse disposer des ressources financières à temps pour mieux planifier son action.

Lefaso.net : Pourtant Zacharia Sawadogo (le principal intéressé) est devenu 1ER adjoint au maire de Ouagadougou ?

SAK : Oui mais à ma connaissance, il n’a pas fait l’objet de condamnation d’une décision de justice. Et même si c’était le cas et que cette décision ne le privait pas de ses droits civiques, il est en droit d’accéder à des fonctions publiques.

Le cas Zacharia repose la problématique de l’éthique en politique dont nous parlions tantôt. Pour le reste, il appartient au Cdp et à ses militants de décider de qui doit les représenter.

Lefaso.net : La question de la révision ou non de l’article 37 de la constitution est revenue dans le débat et on parle même de référendum sur le sujet ?

SAK : Au plan juridique, les partisans du non-retour à la limitation des mandats présidentiels ont avancé l’argument selon lequel, il faut laisser le peuple se décider sur le sort de cet article. Effectivement, lorsque vous êtes un démocrate et qu’on vous pose le problème de cette manière vous êtes embarrassés. Parce que effectivement le référendum fait partie des modalités de la démocratie directe.

Mais le problème dans cette démarche c’est que ceux qui le disent, je ne suis pas très convaincu qu’ils le disent au nom de la démocratie. Et même que je doute qu’ils soient des démocrates.

Parce que démocratie pour démocratie, en 1991 lorsque le peuple s’est exprimé sur cette constitution, il a posé le principe de la limitation des mandats. Nos démocrates d’aujourd’hui qui aiment tant le peuple ont modifié la disposition de manière unilatérale en 1997, je crois.

Lorsque le peuple s’est retrouvé dans la rue à la faveur de l’assassinat de Norbert Zongo et que la situation était des plus confuses, le peuple a exigé le retour à la limitation des mandats présidentiels en 2000 par le travail excellent réalisé à l’époque par le Collège des sages.

Sur des questions d’interprétations de la loi, le Conseil constitutionnel a estimé que le texte n’avait pas un caractère rétroactif. Si on part donc sur le principe que c’est la volonté du peuple qu’on doit respecter, alors on peut penser que la volonté populaire a été toujours en faveur de la limitation des mandats présidentiels. Il faut donc garder l’article dans sa forme actuelle, toute modification comme l’indique le rapport du Maep doit viser à consolider la démocratie.

Troisième aspect des choses qui fait qu’on peut douter de ceux qui parlent de la démocratie, ce sont les conclusions du Ccrp, organe institué par le Chef de l’Etat lui-même en 2011.

Les règles du Ccrp étaient claires, définies par les membres eux-mêmes. Et qui parlaient d’application des points consensuels et de la non application des points non consensuels. D’où vient-il alors que les démocrates tournent peu de temps après pour se dédire ?

Dans ce débat ce sont plus des intérêts personnels qui sont mis en avant. Or la constitution ne peut pas légiférer sur des intérêts personnels et individuels. Je crois donc qu’il faut savoir raison garder.

Avec tout le respect que je dois au président Compaoré, je pense modestement qu’il ne peut plus rien apporter au Burkina plus que ce qu’il a déjà fait en vingt-cinq ans. En revanche, il pourrait être très utile en dehors du pouvoir en mettant son expérience de médiateur au profit du continent africain traversé par des crises de tout genre.

Sans être un prophète du malheur, je crois que ce petit article(37 ndlr) ressemble à la petite étincelle qui risque de faire embraser le pays comme je le soulignais déjà en 2009 dans les colonnes d’un journal de la place.

Lefaso. net : La paix sociale est-elle en en danger ?

SAK : C’est évident ! C’est évident !

ITW : Juvénal SOME

Vos commentaires

  • Le 10 avril 2013 à 23:17, par BPM En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Chapeau Mr Sango.L’interview ne souffre
    d’aucune ambiguité.Nos opposants doivent
    Travailler a assoir une forte opposition.Ils
    doivent aussi comprendre que la batail doit
    être menée contre le parti au pouvoir et
    non entre membre de la meme opposition

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 00:24, par IMPARTIAL En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    position juste sur l’article 37. En revanche votre opinion sur M. Kéré est à revoir. Il favorise trop le cdp. A-t-il appliqué vos recommendations en portant plainte ? Si Zakaria n’a jamais fait l’objet de jugement, encore moins de condamnation, c’est justement parceque la ceni de M. Kéré n’a jamais porté plainte contre lui malgré le caractère flagrant de ses malversations.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 04:55, par Hamza En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Merci Mr Sango pour ta bonne lecture de la politique et de la situation politique de notre pays. Il ne faut surtout pas desesperer ni baisser les bras. L’engagement politique et l’action politique s’inscrivent dans la duree. Il faut donner le temps au temps....

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 06:36, par fongnon En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    si le paren t’a trahi, c’est ton droit le plus absolue de rejoindre le parti d’opposition qui te plait,en l’occurence l’upc.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2013 à 11:28 En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      Tu nas rien compris fongon, le PAREN ne la jamais trahi et il na jamais trahi le PAREN . Barry et lui sont comme des freres et ils considerent le Fondateur du parti comme leur pere qui est une tres Bonne personne .Comme lui meme la dit, il ne connaissait pas Zepherin et cest Laurent Bado qui est un ami de longue date qui la introduit a ce dernier. Maintenant il ya eu desinformation car des rats ont fait croire au Fondateur du PAREN que son ami au lieu de travailler ensemble voulait que la PAREN disparaisse pour laisser place a UPC car le Fondateur du PAREN se voyait deja en retraite, mais les militants du paren ne voulaient pas .Jespere que le courant passe bien entre les deux car quoi Quon le dise UPC seule sera limite. Voila le cas du parti de l’ancien chef de fil de opposition SANKARA

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 07:48, par Mamèyélé En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Chapeau bas Mr Abdoul Karim SANGO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 08:12, par JBZ En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Sicère et prudent, vous l’ete. Bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 08:25, par GO En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Oui, j’ai un monsieur qui est formidable et doit voir comment former un bon groupe pour faire passer ses idées.
    Il y a des hommes dans ce pays, mais ils doivent faire l’effort pour se faire attendre et le peuple sera sauver des mains de ces loup-garou.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 08:30, par ka yaandé En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    bon interview ! seulement je trouve que SANGO ne travaille pas trop pour le parti. Ce n’est pas parce qu’on ne fait pas parti de l’organe dirigeant du parti qu’on doit baisser la garde. ou bien ? il faut revoir votre facon de faire sinon ceux qui vous taxent de connivence avec UPC auront raison.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 09:40, par farafina En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    les hommes capables prennent toujours leur responsabilité au moment qu’il faut ; Beaucoup de juristes doivent emboiter le pays pour dire que le marchandage ne marche pas toujours. Courage a Mr SANGO ;

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 09:41, par Conscience du Faso En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Franchement j’ai beaucoup et positivement apprécié cette interview qui est très riche en enseignements. Ce sont des interviews pareilles on souhaite lire et relire. Une recommandation, il faut annoncer par voie de presse la tenue de vos conférences ici au Faso ; l’heure, le lieu, etc. Et les conférences du CGD. On a besoin de ces genres de conférences qui sont des écoles en matière de politique pour se cultiver en politique avant de vouloir y faire nos premiers pas si on le souhaite. Etant donné que les partis politiques n’ont pas le temps de former les militants dans ce sens, je crois que des personnes ressources comme vous et des institutions comme le CGD et autres peuvent contribuer à éduquer, former la population sur la politique, la démocratie, la bonne gouvernance, etc. Merci beaucoup pour votre interview, Mr Sango.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 10:09, par Temerite En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    C’est le genre d’homme qui redonne espoir dans un pays ou on a l’individualisme des dirigeants leur a fait perdre le sens de la dialectique. Dieu merci il y a encore des politiciens qui ont du discernement. J’espere qu’il aura longue vie (au figure comme au propre), je le souhaite vivement.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2013 à 11:00, par Le dogo En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      Merci de nous avoir clarifié ta position par rapport au PAREN, il ne faut surtout pas abandonner ton parti et tes camarades au profits des intérets personnels, reste fidèle à tes idéaux jusqu’au bout, le parti a vraiment besoin de toi, fait toi entendre de plus en plus, cela pourrait beaucoup aider le parti qui sort des élections affaibli, ne baissez surtout pas les bras, la lutte ne fait que commencée, on a besoin de quelqu’un un jour pour remplacer le professeur Bado, bon courage à vous et continuez ainsi.

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2013 à 11:45, par MOUSSOGNOUMA En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      Bon courage a vs Mr. SANGO, vivement que votre interview amène d’autres personnes emboité le pas, et à ns éclairer sur la situation politique de notre pays
      il faut multiplier ces genres d’interviews qui sont plein d’enseignements Et surtout ne vs laisser pas acheter votre conscience.

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 10:20, par soulby En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    "Avec tout le respect que je dois au président Compaoré, je pense modestement qu’il ne peut plus rien apporter au Burkina plus que ce qu’il a déjà fait en vingt-cinq ans. En revanche, il pourrait être très utile en dehors du pouvoir en mettant son expérience de médiateur au profit du continent africain traversé par des crises de tout genre."
    Ces phrases là, il faut que tous les patriotes de ce pays là les répètent à Blaise Compaoré pour qu’il sache à jamais que s’ils se laissent éconduire par ses courtisans de tout poil, ce qu’il a mis le temps de construire pendant 25 ans partira à vau-l’eau ! Et il entrera dans l’histoire par la petite porte alors que logiquement il ne mérite pas cette entrée là ! Quoiqu’on dise, nous reconnaissons que Blaise pouvait mieux faire mais il a fait avancer le pays à bien des égards, et ça il faut le lui reconnaitre et concéder. Mais de là à se croire indispensable, à avoir des ambitions boulimiques et à la limite insensées, je crois qu’en tant que fils de ce pays et en personne avisée et instruite des situations récentes qu’a connu notre continent, Blaise devrait sortir honorablement ! Faute de quoi ce sera le mandat de trop !
    Une fois de plus Sango fait montre de luicidité digne d’un intellectuel au service de son pays. Pas comme les pseudo-intellectuels du genre Mahama Sawadogo, Yoda, Bonkoungou qui emploient leur intellect à défendre l’indéfendable juste pour des intérêts égoïstes et dévastateurs ! Merci

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 10:45, par LE SPECTATEUR En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    BELLE ANALYSE

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 10:58, par metomso En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Beaucoup de courage Sak.vous êtes clairvoyant.mon suivait que vous vous engagé à fédérer toute l’ opposition autour de l’ idéal Upc et le BF sera sauvé.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 11:03, par Maestros En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Chapeau a vous§ Mais svp tenez- nous informer de vos conférences parce qu’on veut vraiment écouter des hommes comme vous aux ressources rares. mrci

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 11:44, par idam En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Très bne interview. Il a touché le point clé de l’opposition au Burkina ; des luttes de positionnement au sein même des partillons je dirai et des luttes de positionnement au sein de l’opposition ; pdt ce temps c’est le CDP qui en profite. Je ne sais pas cmt il faut le leur expliquer et qd est ce qu’ils comprendront cela.
    Bcp de courage Mr Sango, vous faites partie des rares burkinabés intègres qui existent encore de nos jours ; à l’extérieur on ns demande souvent si c’est encore le pays des hommes intègres ??? ça veut tout dire.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 12:01 En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Le Fondateur du PAREN et de UPC sont des Amis donc que le Pr aide son ami pour l’alternance comme il la fait au sein de son parti car les jeunes adorent le Pr

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 12:24, par MINELE En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Bonne lecture de la situation politique de notre pays et surtout des risques que nous font courir les partisans de la révision de l’article 37 de notre constitution. Je souhaiterai que des intellectuels de votre envergure puissent multiplier les actions (conférences, animation d’émissions sur les différents plateaux des médias, des publications sur les thèmes d’actualité de notre pays...) d’éveil de conscience de la jeunesse, tout cela, à l’image de ce qui se fait dans certains pays comme le Sénégal. Aussi, il faudra impliquer fortement la diaspora en profitant de toutes les opportunités pour échanger avec elle. Nous devons nous mobiliser pour empêcher toute modification de notre constitution à des fins purement personnelles comme certains l’ont fait par ce slogan "TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION".

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 12:42, par PRESIDENT FONDATEUR En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Merci Sango pour ce cours que tu nous as administré. La constance dans le débat et l’apport d’éléments pour argumenter chaque thèse m’a épaté. Et oui je me permets de rêver au jour où tous les partis d’opposition vont fédérer autour d’un seul parti et créer ainsi une alternative crédible au cdp. Très bon conseil pour le président Compaore.

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2013 à 14:44, par bamos En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      félicitation Mr Sango vous êtes l’avenir du pays. on attend des publications plus éclairantes de vous

      Répondre à ce message

      • Le 11 avril 2013 à 16:15, par Citoyen En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

        Non, il n’est pas l’avenir du pays ; mais il contribue a instruire les fils du pays ; sinon l’avenir du pays c’est bien TOI, EUX et MOI ; tu as ta part dans le devenir du pays ;
        Merci Sanogo pour cette interview limpide sans demagogie !

        Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2013 à 16:14, par savadogo En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      Merçi beaucoup, il ya toujours dans ce pays des hommes dit intègres. je suis d’accord que vous dites que l’article 37 sera l’étincelle. Vraiment je demande à tous les autres syndicats de s’unir avec le syncha pour la lutte, si c’était des militaires le gouvernement allait vite réglé ce problème, alors il faut de la solidarité.
      Le salaire d’un fonctionnaire burkinabé c’est combien ? pourquoi les fonctionnaires de même catégorie n’ont pas le même salaire ? Un policier cadre C gagne mieux qu’un agent cadre C d’autre corps quel injustice dans ce pays, qui travaille qui ne travaille pas ? Mais voilà la crise du Syncha couteau tiré entre gouvernement et syndicat , les autres syndicats sont ou ? ou se trouve les partis de l’opposition ? personne n’en parle, j’ai honte des dirigeants de ce pays. Aider nous !

      Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2013 à 17:25, par El Mundo En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      Bel interview ! J’ai un profond respect pour M. Sango. J’ai eu la chance de participer à ses conférences et je puis vous assurez que ce monsieur là est un grand connaisseur de la situation politique en Afrique et au Burkina particulièrement. C’est le genre d’homme qui devait inspirer et guider la jeunesse burkinabè. Il a un très bel avenir politique l’on ne peut que l’encourager. Il faisait parti des rares jeunes leaders du continent choisis par la maison blanche pour rencontrer le président Obama après sa première élection. Merci et courage à vous M. Sango !!!

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 13:32, par Kaoral En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Chapeau a Mr Sango.le parti ete bien bati et tres democrate.ojordui avec l’arrivage clendestin de ce peul Barry, a penser juger les militants.te voir avec un d’un autre parti,tu es supconner et c’est ce qui a couter cher au professeur Bado qui a trop donner confience a Barry et on est ou la...on est intellectuel quant on s’est faire la courbaite et se dire la politique c’est pas la geurre............

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 13:39, par LOLO En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    S’IL EXISTAIT LE VOTE CAPACITAIRE OU SENSITAIRE AU BF, C’EST DES GENS COMME LES SANGO ET AUTRES LOADA QUI SERAIENT PRESIDENT DU FASO.

    MERCI DE CONTINUER A PESER SUR LE DEBAT POLITIQUE PAR DES SORTIES DE CE GENRE. VOUS CONTRIBUEREZ AINSI A L’EDUCATION DES POPULATIONS ET INCH ALLAH UN JOUR ON AURA DES ELECTEURS CONSCIENTS COMME AU SENEGAL.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 14:46, par Alain En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Chapeau bas !!! Tu forces l’admiration et le respect. Tu es un politicien crédible.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 15:29, par sydney En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Merci Sango, J’ai pris du plaisir, courage dans cette même dynamique, l’avenir est promet.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 16:14, par yibi En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Mais il était où ce jeune Sango avec ce bagages autant intelo que le Pr Bado. Medecin après la mort. On enterre ton mentor et tu sort ! Voilà que Diabré s’envole vous laissé. C’est le gros probleme du pr Bado il parle haut et fort à tel point qu’il n’a plus une vision clair sur ses ressources humaines qui peuvent lui préter main forte . Voilà un trésor brisé par l’égoisme de ces soi disant conseillés du paren. Amer regret pr le pr de ne pas ecouter ton petit avant d’acepter la sanction à son égard. Evidamment chez nous on dit quand ton ane te ferra tomber tu ne voit pas ces oreilles. C’est le cas du pr. Il n’es meme pas élu.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 16:56, par Veritas En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Il y’a ce qu’on dit, et il ya ce qu’on fait. Il y’a l’impression qu’on peut donner à travers un interview et il ya la vraie personnalité de l’homme. Le fossé peut être énorme...je reste dubitatif. Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2013 à 19:19, par anta En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Juvenal, s’il te plait, il faut aller interviewer Yoda Alain du CDP pour avoir sa position sur l’article 37.Il est devenu silencieux de même que notre cher Mahama.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 12:32, par L’avocat du juste En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Erreur !!!!!!!M SANGO parle bien c’est vrai.Il a de bonnes idées.Mais cela ne suffit pas pour le qualifier d’homme intègre.L’intégrité d’un homme ne se mesure pas par ses déclarations.Ceux qui pillent les pays(parce qu’ils ont eu l’occasion)ne diront jamais publiquement comment ils agissent.Ils vous diront toujours qu’ils travaillent pour l’émergence du pays. JUSTE UN APPEL A LA PRUDENCE CAR ENTRE L’INTEGRE ET LES CORROMPU SEUL LES ACTIONS PEUVENT LES DISTINGUER.NON LES PAROLES. SINON JE N’AI RIEN CONTRE m SANGO.Je ne souptionne de rien.JE SUIS SEULEMENT DEVENU TRES PRUDENT FACE AUX BEAUX PARLEURS.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 16:22, par Kiswêndé En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Voilà un entretien digne de politicien.
    Nous sommes fiers de t’avoir à nos côtés. Je souhaite aussi que tu restes plus près des esprits saints comme toi pour dire devenir UPC pour ne pas cité de nom.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2013 à 17:59, par Oeuil du juriste En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Monsieur SANGO l’argument que vous avanciez dans votre rapport d’aujourd’hui avec le P.A.R.E.N ne me parait pas convaincant. Quand on suit les idéaux d’un parti c’est pour une cause noble et juste au delà du fait que c’est un sacerdoce . Un parti politique ne se résume pas à un individu ni à un clan. Pour preuve nous avons vu des militants de certains partis comme le P.A.I à l’image de Monsieur Emmanuel Dadouari réduit en néant par son pari mais l’homme est resté fidèle aux idéaux du parti et rendant l’âme du fait du parti ; c’est le cas d’André COULIBALY à Orodara qui a été victime de nombreux harcèlements , de convoitises et d’arbitraire mais l’homme est resté fidèle au P.A.I malgré la méconnaissance de ses actions pour le bien être de ce parti. Monsieur SANGO votre comportement reste à désirer certainement que l’argument est ailleurs.Mais avec ces genres d’attitude si on y prend pas garde il sera difficile de conjuguer la politique et la morale comme vous le suggérer.

    Répondre à ce message

    • Le 14 avril 2013 à 11:31, par koyisso En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

      je pense qu’il est temps de revoir votre avec upc non seulement pour votre interet mais pour l’interet de tout le peuple car chaque parti regorge des potentialites qui ont besoin d’etre completer. je lance un cri de coeur au pr Bado pour une fois de saisir la chance pour sauver le peuple burkinabè avec ses idées.

      Répondre à ce message

  • Le 16 avril 2013 à 18:11, par ouedraogo aly badra En réponse à : ABDOUL KARIM SANGO : Le Paren, la Ceni et moi

    Je suis membre du BPN du CDP mais je suis admiratif de la perspicacité de l’analyse du koro Sango.Pas que je partage son point de vue sur certaines questions mais en tant qu’intellectuel je salue sa brillante contribution a l’animation de la vie politique nationale.A mon sens c’est bien cela le fondement de la démocratie et la classe politique gagnerait a liberaliser plus les opinions politiques.je note avec beaucoup d’intérêt son honnêteté intellectuelle quand il affirme que SEM Blaise Compaore a apporte quelque chose a notre pays prenant ainsi le contre pied de certains politiciens véreux en panne de publicité qui versent très souvent dans un nihilisme déconcertant.Merci pour la bonne dose de juridicite qui a largement teinte ton propos.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Kadré Désiré Ouédraogo à Ziniaré : « Rien de durable ne se construit dans le désordre et l’indiscipline »
Défense et sécurité : Le président du Faso installe une commission pluridisciplinaire
Sondage « Présimètre » : Ce que les Burkinabè pensent de la gouvernance nationale au premier semestre 2019
Présidentielle de 2020 au Burkina : Kadré Désiré Ouédraogo rassemble à Ziniaré
CDP : La justice annule le congrès du 16 juin
CDP : Le congrès reporté à une date ultérieure (Communiqué)
Maîtrise d’ouvrage en matière d’eau et d’assainissement : Des parlementaires outillés
UNIR/PS : La coordination communale de Koubri installée
Congrès extraordinaire du CDP : Un ex-député du parti dépose une plainte pour exiger l’annulation du congrès
108 eme session de la Conférence internationale du travail : Le Premier ministre égrène les actions entreprises par le gouvernement
Congrès extraordinaire du CDP : Une relecture des textes du parti, en attendant la désignation du candidat à la présidentielle
Simon Compaoré à propos du front social : « Ou on veut mourir ensemble ou on veut vivre ensemble »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés