Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Partis politiques au Burkina : Une personnalisation compromettante

Accueil > Actualités > Politique • • dimanche 7 avril 2013 à 20h19min
Partis politiques au Burkina : Une personnalisation compromettante

Le constat dans notre pays aujourd’hui, est que nombre de partis et de formations politiques se définissent par leur fondateur ou président. Cette situation est de nature à compliquer l’émergence d’une forte équipe à la direction du parti ; ce qui est pourtant gage de vitalité et de continuité en cas d’absence du fondateur sur la scène politique .

Avec l’ouverture démocratique à partir des années 1990, notre pays a instauré le système multipartiste avec l’option du multipartisme intégral. Dans ce cadre, la création de partis et formations politiques ne connaît aucune limitation en termes de nombre. En effet, l’article 13 de notre Constitution en son alinéa 1er dispose que « les partis et formations politiques se créent librement ». C’est ainsi que l’on enregistre à ce jour une centaine de partis au Burkina.

Mais très peu de ceux-ci réunissent les critères essentiels de véritables partis politiques. Un parti politique doit avoir en effet, une assise à la fois nationale et locale ; le minimum étant de disposer d’un siège connu. Mieux, un vrai parti politique doit, en plus d’exercer ses fonctions d’animation de la vie politique, de participation aux opérations de conquête du pouvoir en vue de l’exercer, travailler à s’inscrire dans une vision de longévité dynamique.

La réalité de la personnalisation des partis politiques

Dans notre pays aujourd’hui, quand parle de l’UPC, de Le Faso Autrement, de l’UNDD, de l’ADF/RDA, de l’UNIR/PS, pour ne citer que ceux-là, on ne voit que, respectivement Zéphirin Diabré, Ablassé Ouédraogo, Hermann Yaméogo, Gilbert Ouédraogo, Bénéwendé Sankara. Il est même fréquent d’entendre dire « le parti d’un tel », tout comme on dirait la boutique de telle ou telle personne.

A priori, cela est louable ; car c’est la preuve qu’au sein du parti, il y a au moins un leader influent, ou simplement un chef, comme dans toute organisation humaine digne de ce nom. Cela est le signe que c’est autour de ce leader que tout ce qui concerne le parti s’organise.

C’est aussi le signe que le parti dispose d’un centre unique de prise de décisions ; ce qui permettrait d’éviter les contrariétés dans les prises de position du parti. Mais au sein de tels partis en effet, c’est presque toujours le fondateur ou le président qui s’exprime au nom du parti.

Avec une telle configuration partisane, l’on s’accorde pour dire que tel ou tel parti a une identité qu’incarne un leader politique mieux connu que les autres membres fondateurs ou militants qui en réalité, se retrouvent dans l’ombre. La dénomination du parti finit par se confondre avec le nom de son fondateur, de même que tout ce qui concerne le parti s’identifie à ce dernier ; d’où la personnalisation du parti. Ce qui compromet dangereusement la survie du parti à ce personnage.

Une telle situation, si elle est le plus souvent la résultante de la trop forte influence du fondateur ou du président du parti, elle l’est aussi du fait de ceux qui l’entourent. Il est en effet donné de constater que même au sein du bureau politique national de nombre de partis, certains militants développent délibérément une aveugle et liberticide allégeance à l’égard du premier responsable du parti.

Le souci de survie du parti doit prévaloir sur sa personnalisation

Au sein des partis personnalisés, non seulement l’émergence de la démocratie interne en prend un coup, mais aussi leur avenir même se trouve compromis.

Le plus souvent, il est donné de constater que de tels partis sont animés par des militants qui ne peuvent avoir de visibilité politique propre. Ils ne peuvent occuper des postes de responsabilité au sein du parti ou s’exprimer au nom du parti qu’avec l’autorisation négociée sous courbette du président ou fondateur du parti. Même au cours d’un meeting dans son fief, de tels militants se verront obligés de se contenter de leur présentation au public par le président du parti. On a vu des responsables de partis qui, après avoir harangué des foules, leur disent que si elles votent pour le parti, c’est telle personne qui sera leur maire ou conseiller, cette dernière n’ayant qu’à se lever juste pour se faire voir.

C’est ainsi que des partis se retrouvent avec un seul leader charismatique après qui, ils ne peuvent se conduire en partis dignes de ce nom. Et c’est en cela que la personnalisation du parti compromet dangereusement son avenir.

Or, un parti politique doit survivre à son fondateur ou président. Malheureusement dans notre pays, on a des partis qui ont du mal, après la disparition du fondateur, à vivre ; encore moins, à s’illustrer véritablement sur l’échiquier politique national. Et l’exemple le plus frappant est celui du PDP/PS, émanation du Pr Joseph Ki-Zerbo qui laissait entendre, dans ses velléités d’être toujours le seul vrai maître à bord, qu’un vieux, même assis, voit plus loin qu’un jeune débout.

Il importe que les premiers responsables de nos partis et formations politiques travaillent à créer autour d’eux, d’autres leaders. Mieux, ils gagneraient à se fondre dans cet entourage loyal et convaincu, qu’ils auront travaillé à rendre convaincant aussi, en lui facilitant sa propre visibilité politique au nom du parti.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 avril 2013 à 20:44, par patrimonisation En réponse à : Partis politiques au Burkina : Une personnalisation compromettante

    Comment peux faire un article politique parlant de partis politique sans citer le CDP ?

    Si tu ne le sais pas le Burkina Faso meme est personnalisé.
    Pour les "Intellect" l’histoire du Burkina Faso c’est de 1987 à nos jours.

    Le BF c’est Blaise Forcé

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril 2013 à 13:40, par réalisme En réponse à : Partis politiques au Burkina : Une personnalisation compromettante

      mon cher journaliste, tu as manqué de rigueur dans ton analyse dans cet article. sinon le seul parti où il ya patrimonisation est le CDP ; poses toi la question pourquoi le CDP ne peut trouver quelqu’un pour remplacer Blaise ? pourquoi le CDP veut à chaque fin du mandat du président réviser l’article 37 de la constitution ? ou-bien au niveau du CDP, on a dépassé la patrimonisation du parti pour la patrimonisation du pays. si cela tu veux dire , donc je suis d’accord avec toi, merci webmaster,

      Répondre à ce message

  • Le 8 avril 2013 à 13:26, par ALTERNANCE 2015 En réponse à : Partis politiques au Burkina : Une personnalisation compromettante

    M. PARE, j’ai bien l’impression que cet article vous a ete vendu par le pouvoir. au fur a mesure que je lisais je pensais a un journaliste de l’opinion ou de l’hebdo. comment peux-tu traiter d’un tel theme sans parler du cdp ? meme si blaise ne dirige pas le comite executif tout le monde sait qu’il en est le verotable president depuis l’odp/mt et que sa volonte est celle du parti.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés