Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

Accueil > Actualités > Portraits • • jeudi 17 janvier 2013 à 23h01min
Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

Un ancien acteur de la Révolution burkinabè puis du Front populaire fait un retour dans le gouvernement après plus de vingt ans de séparation avec le régime. Zoubga revient cette fois-ci sous la bannière du mouvement des « refondateurs ».

Alain Règuèma Zoubga est connu des militants de l’Association des scolaires voltaïques (ASV) et de l’Union générale des étudiants voltaïques (UGEV), section de Dakar. Dans les années 1970, il était l’un des principaux animateurs de ces mouvements. En 1978, au congrès de démarcation, il a pris fait et cause pour le Mouvement du 21 juin ou M21 appelé par ses détracteurs « Nouveau courant liquidateur (NCOL) ». La plupart des animateurs de ce mouvement vont se retrouver ensuite dans l’Union des luttes communistes (ULC) qui s’est auto -dissous en 1981 pour circonscrire la répression du régime des colonels. Les éléments de l’ULC réapparaissent à l’avènement du Conseil de Salut du peuple (CSP) avec comme ministre au gouvernement Eugène Talata Dondassé.

Quand le premier ministre du CSP, le capitaine Sankara, est arrêté le 17 Mai, les premiers responsables de l’ex ULC dont Valère Somé et Basile Guissou prennent une part active dans la lutte pour la libération de Sankara et de ses compagnons. A l’avènement du Conseil national de la Révolution (CNR), ils remobilisent leurs anciens camarades pour apporter leur contribution à la gestion du pouvoir d’Etat. C’est ainsi que Alain Zoubga devient secrétaire général du ministère de la Santé. Il forme un tandem avec le commandant Abdoul Salam Kaboré, détenteur du portefeuille. L’un de leurs exploits a été la vaccination commando qui a réussi à immuniser des millions d’enfants contre certaines maladies qui faisaient de nombreuses victimes.

Alain Zoubga se sentait à l’étroit à son poste de secrétaire général, selon certaines indiscrétions Ses intentions étaient plutôt d’être ministre de la Santé. Est-cela qui l’amène à quitter son groupe d’origine pour créer avec les Moise Traoré, Kader Cissé et autres Simon Compaoré l’ULC-Flamme ? Ce qui est sûr, ce nouveau groupe prend une part active avec l’UCB et le GCB dans les tragiques événements du 15 Octobre 1987 qui ont emporté le président Sankara et douze de ses compagnons. C’est l’heure de la récompense pour ces groupes. Alain Zoubga est ainsi nommé ministre de la Santé dans le premier gouvernement du Front populaire. Mais les divergences ne tarderont pas à naitre de nouveau. Il est exclu du Front Populaire (FP) et du gouvernement.

Avant son départ du FP, Zoubga fait partie de ceux qui ont aidé le journaliste belge, Ludo Martens, à écrire son fameux livre : Sankara, Compaoré et la Révolution Burkinabè. Un ouvrage qui accable le président Thomas Sankara et ses anciens camarades de L’ULCR, fidèles au leader de la Révolution d’août 1983. Après l’ouverture démocratique, il créé un parti avant de fusionner avec celui (le PDP) du Professeur Joseph Ki-Zerbo avec d’autres déçus du Front Populaire : Etienne Traoré, Alain Nindaoua Sawadogo.

Il démissionne de ce parti et crée le Parti pour le socialisme et la refondation/ L’autre Burkina (PSR/l’autre Burkina). Depuis quelques années, avec Hermann Yaméogo et d’autres acteurs politiques, il faisait un appel du pied, à travers le mouvement dit de la refondation pour établir ce qu’ils ont appelé le « Pacte transversal ». C’est certainement cette démarche qui a abouti à sa nomination au ministère de l’Action sociale et de la solidarité, en attendant que les autres soient aussi casés dans le Sénat.

Saglba Yaméogo

MUTATIONS N° 20 du 1er janvier 2013. Bimensuel burkinabé paraissant le 1er et le 15 du mois (contact :mutations.bf@gmail.com)

Vos commentaires

  • Le 17 janvier 2013 à 23:58, par double X En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    Traitre un jour, traitre toujours...

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier 2013 à 11:31, par l’impartiale En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

      En faite je ne vois pas qui il a trahit ?!!!
      Je le classe plus dans le rang des trahit !!!

      Répondre à ce message

    • Le 28 janvier 2013 à 15:06 En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

      Bien vu ! Ses amis l’ont bien compris et il semble que GNIMIEN Gaston son secrétaire national chargé des questions politiques ,qui a conduit la délégation du parti au CCRP le boude depuis la campagne législative. Ce garçon avait fait forte impression par la clarté de ses analyses et son franc parler. Je souhaite qu’il parle pour nous faire comprendre les dessous de ce différend et surtout les termes de l’accord qui a améné Alain ZOUBGA au pouvoir

      Répondre à ce message

    • Le 28 octobre 2013 à 16:19, par kakala En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

      Lettre ouverte au Ministre de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale
      Monsieur le Ministre, avant tout propos, veuillez recevoir mes salutations les plus distinguées.
      Je suis un de vos agents, ceux-là qu’on appelle communément Moniteurs d’Education Spécialisée en abrégé MES. Afin d’éclairer l’opinion publique, rappelons ici que le MES est un travailleur social qualifié chargé d’exécuter des activités de formation professionnelle, de prise en charge psychosociale et socioéducatives au profit des enfants et jeunes en situation difficile. En clair, les MES sont des professionnels dans les domaines de la mécanique automobile, de la menuiserie bois, de la menuiserie métallique, de la maçonnerie, de la coupe couture et de l’électricité bâtiment. Ils ont été recrutés au profit du département ministériel de l’action sociale pour appuyer les activités de réinsertion sociale des groupes cibles.
      Ainsi donc Monsieur le Ministre, sans vraiment me tromper, les principales tâches du MES devraient s’effectuées en atelier. Mais que se passe-t-il réellement sur le terrain ? A notre sortie de l’école nous nous retrouvons en grande majorité dans les services de directions provinciales ou dans les services départementaux où il n’y existe pratiquement pas d’atelier.
      Pour ma part, Monsieur le Ministre, je viens par cette présente vous exprimer ma plus grande désolation. Je suis complètement dans l’amertume et perdu dans un système que je ne comprends pas. Ma désolation, Monsieur le Ministre s’explique pour trois raisons principales :
      1. Je n’ai jamais eu l’occasion d’exercer mon métier de mécanicien, car je le suis et cela a toujours été ma passion. Ma formation sociale n’a été qu’un complément compte tenu du public cible que je rencontrerai sur le terrain ;
      2. L’évolution dans ma carrière est assez ambiguë, car je devrais passer de MES a Attaché d’Education Spécialisée(AES), qui lui est un généraliste. Ce qui signifierait abandonner mon métier de mécanicien. Ce que je ne suis pas du tout prêt à faire.
      3. Pour un technicien recruté sur la base d’un CAP industriel plus deux(02) ans de formation, j’estime pour ce qui me concerne que je ne suis pas du tout valorisé quant au traitement salarial. La suppression de ce concours en 2012 en dit beaucoup plus.
      En somme Monsieur le Ministre, si je vous écris cette note c’est pour vous inviter à inscrire ma préoccupation dans vos agenda, car j’en suis sûr et certain que je ne suis pas le seul moniteur à éprouver ce sentiment d’amertume. Si rien n’est fait, au lieu d’avoir des agents sensés venir au secours des enfants et jeunes en détresse, vous risquerez d’avoir des travailleurs sociaux aigris qui vont tendre progressivement vers des cas sociaux. S’il vous plait donc Monsieur le Ministre, il serait souhaitable de rencontrer vos moniteurs pour échanger avec eux sur leurs préoccupations. Merci d’avance pour votre compréhension !
      Ecrit par un Moniteur d’Education Spécialisée égaré dans sa fonction.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 08:09, par Raoua En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    tu es un vrai équilibriste

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 09:43, par Alex En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    Avec ces "politiquards" ce n’est pas etonnant que le Burkina soit ce qu’il est aujourdhui : Un pays en voie de sous developpement...Ca donne la nausée...Des politiciens sans aucun soucis pour l’interêt de leur peuple.L’histoire les jugera un jour

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 10:43, par sidwata En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    Ah oui ca tjrs ete comme ca. c est grave pour les dirigeants Burkinabe

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 11:12, par LA PANTHERE En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    Avez vous vu la mercedes dans laquelle il est arrivé à KOSYAM pour le premier briefing du nouveau gouvernement ?
    Il faut bien qu’il bouffe un peu et roule dans une vraie caisse comme ses anciens camarades du front pupulaire.
    C’est simplement du tube digestisme.
    Pauvre Burkina !!!
    Ceux qui nous gouvernent ne pensent qu’à leurs propres developpements.

    TRIPLE DOMMAGE

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 11:31, par un burkinabè En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    A regarder sa tête et son parcours politique on se rend compte que c’est quelqu’un qui veut remplir seulement sa panse et non servir le pays. Lorsque des politiciens changent de conviction en fonction des circonstances cela veut dire qu’ils n’ont pas de convictions. Le burkina ne peut compter sur de tels hommes pour amorcer son developpement. Heureusement qu’ils sont vieux et disparaitront bientot de la scène politique

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 15:04, par Vital En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    Ce Monsieur était au bord de la déliquescence. Il est à un doigt de la retraite. Il fallait le sauver mais c’est un contestataire chronique. Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2013 à 15:36 En réponse à : Alain Zoubga : De l’ASV au ministère de l’Action sociale

    Demandez lui pourquoi il kité le PDP/ PS ? ce sont des gens sans scrupule, et ces propos anti- Blaise d’hier qu’il tenait ?
    Il va nommer à des postes de conseillers ou SG de ministre ses amis comme Tabsoba Salif, Samandoulgou Seydou, tous ces gens qui l’ont suivi après le PDP.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés