Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

ELECTIONS COUPLEES 2012 : « Pour une fois, on comprend que les coutumiers ont un rôle à jouer dans la société » (Sa majesté le Dima de Boussouma)

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 22 février 2012 à 01h04min

Dans le cadre de ses activités ordinaires, le président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) a rendu une visite de courtoisie à sa majesté le Dima de Boussouma le 20 février 2012 à Ouagadougou. Cette visite, à en croire le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré, entre dans le cadre des rencontres que son institution organise avec les différentes autorités et les composantes de la CENI.

« Le Dima de Boussouma fait partie de la chefferie coutumière, il est l’un des cinq chefs majeurs, et je me devais de le rencontrer comme tous les autres chefs », c’est en ces termes que le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a situé l’entretien qu’il a eu avec le Dima de Boussouma le 20 février 2012 à Ouagadougou. En effet, depuis la nomination des membres de la CENI et leur prestation de serment, des rencontres ont été initiées par les membres dans le but de recueillir leurs avis quant à l’organisation des élections couplées municipales et législatives de 2012.

Les autorités rencontrées sont des composantes de la CENI, a laissé entendre le président de l’institution, Me Barthélémy Kéré. Dans ce cadre, comme l’a souligné ce dernier, trois grands chefs coutumiers du territoire ont déjà été rencontrés. Ce sont le Mogho Naaba, le Naaba Kiba du Yatenga et le Dima de Zoungran Tinga. Pour le président, la chefferie coutumière est l’une des sous-composantes de la société civile qui, à son tour, est l’une des trois composantes de la CENI. L’occasion a été saisie pour faire le point des préparatifs au chef. Il s’agit de la signature de contrat avec le prestataire pour l’enrôlement biométrique.

« Nous nous devons de faire le point avec les composantes et de les interpeller », a signifié Me Barthélémy Kéré. Dès l’acquisition du matériel, la mobilisation des électeurs s’avère nécessaire et cela commence dès maintenant, a expliqué le président de la CENI. L’objectif final, c’est de faire en sorte que les activités ne prennent plus de retard, fait-il remarquer. Dans la cour royale du chef de Boussouma, le président de la CENI était accompagné de quelques responsables de ladite structure. L’hôte des responsables de la CENI, le Dima de Boussouma, faisant une appréciation de la visite, a fait remarquer que « c’est la première fois que nous assistons à une telle rencontre.

Depuis le temps que cela a duré, nous n’avons jamais été approché de près ni de loin ». D’où toute l’importance que le Dima accorde à la visite. « Pour une fois, on comprend que les chefs coutumiers sont des citoyens au même titre que les autres, ont un rôle à jouer dans la société, ont un rôle politique à jouer quand il s’agit de la gestion de la Nation », a affirmé le Dima de Boussouma. Il a d’ailleurs poursuivi en confiant que la politique, c’est la gouvernance de la cité et à ce titre, et eu égard au rôle de chef coutumier dans la société, il ne saurait rester en marge de la vie de la société, La CENI et son président en tête « ont bien compris que la chefferie traditionnelle n’est pas en dehors de la société burkinabè, elle est la société burkinabè ».

La visite entrant dans le cadre de la préparation des élections, la chefferie coutumière a un rôle à jouer comme l’a fait remarquer le chef de Dima. Sur la question, ce dernier a confié que la chefferie coutumière a toujours été sollicitée pour intervenir auprès des populations, qu’il s’agisse des projets de développement ou des inscriptions. Son rôle a toujours été de contribuer à mobiliser les populations, et les chefs sont une fois de plus appelés à mobiliser et à sensibiliser pour « que le maximum de femmes et d’hommes aillent s’inscrire et participer aux élections couplées. »

Aimé NABALOUM

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés