Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

APPLICATION DE LA LOI SUR LE QUOTA : Les élections couplées de novembre 2012 offrent une occasion à ne pas rater

Accueil > Actualités > Politique • • dimanche 19 février 2012 à 23h16min

Le ministère de la Promotion de la femme (MPF) et celui de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS) ont organisé un atelier de vulgarisation de la loi n° 010-2009/AN du 16 avril 2009 portant fixation de quotas aux élections législatives et municipales au Burkina Faso à 30% au moins. Cet atelier a concerné les organisations féminines et les leaders d’opinion de la région du Centre. Objectif : contribuer à la vulgarisation de ladite loi et susciter des changements de comportement durables des partis politiques et des leaders d’opinion. C’était le 16 février 2012 à Ouagadougou.

Dans le souci de favoriser une participation effective et équitable des femmes et des hommes aux élections législatives et municipales au Burkina Faso, le ministère de la Promotion de la femme (MPF) et celui de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS) ont organisé conjointement un atelier sur le thème « la sensibilisation et la formation de la loi sur le quota » fixée à au moins 30% le 16 février dernier à Ouagadougou. Inscrit dans le cadre des élections couplées de novembre 2012, cet atelier de la région du Centre vise à « informer les différents acteurs que sont les partis politiques, les Organisations de la société civile (OSC), les représentants des autorités coutumières et religieuses sur la note élaborée par le MATDS relative à l’application de la loi sur le quota ». Le résultat attendu est que les participants s’approprient le contenu de la note élaborée par le MATDS à l’issue de la campagne de vulgarisation dans les 13 régions du pays.

Permettre aux femmes de mieux s’impliquer dans la politique

Pour le ministre de la Promotion de la femme, Nestorine Sangaré/Compaoré, cette loi portant fixation de quotas offre l’opportunité aux femmes de mieux s’impliquer dans la politique. De ce fait, elle les a invitées à œuvrer à rendre effectives les dispositions de la loi par leur participation au processus décisionnel et à travailler à mériter des postes de premier choix afin de contribuer à une avancée de la démocratie au Burkina. Elle a également mis en garde les partis politiques sur l’inscription de noms fictifs sur les listes électorales. Ainsi, les dispositions de l’article 3 de la loi n° 010-2009/AN du 16 avril 2009 portant fixation de quotas aux élections législatives et municipales au Burkina Faso selon lesquelles « toute liste de candidature …, lors des élections législatives et municipales, doit comporter au moins 30% de candidature au profit de l’un et de l’autre sexe » seront une réalité en 2012. Sinon, selon Nestorine Sangaré/Compaoré, il faudra attendre maintenant 2017, ce qui est loin. Elle les a donc interpellées à profiter de cette loi et à agir maintenant. Ces ateliers se poursuivront dans les 12 autres régions du Burkina Faso.

Germaine KERE

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 20 février 2012 à 12:58, par M’Boup En réponse à : APPLICATION DE LA LOI SUR LE QUOTA : Les élections couplées de novembre 2012 offrent une occasion à ne pas rater

    Bonjour !

    Cet article aurait été plus pertinent si la note était jointe ! Comment fait-on pour disposer d’une copie de cette note du MATDS ?

    Merci de m’éclairer !

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2012 à 15:34, par wendlasida En réponse à : APPLICATION DE LA LOI SUR LE QUOTA : Les élections couplées de novembre 2012 offrent une occasion à ne pas rater

    A quand le véritable réveil des burkinabè ? qui vous dit qu’il suffit d’adopter une loi sur les quotas et voilà les femmes seront mieux représentées au niveau des postes électifs. Cheres soeurs, vous venez encore de faire avoir, car la véritable émancipation c’est celle là qu’on arrache par la lutte et non celle que l’on vous donne sur un plateau en or. Prenez l’exemple des pays africains à qui on a donné l’indépendance et vous verrez qu’à vaincre sans périr on triomphe sans gloire.
    Le véritable combat qui vous permettra d’engranger des victoire véritables est de montrer à tout le monde où que vous soyez, que vous avez les compétences nécessaire pour participer pleinement au développement socio-économique de votre pays. Aucune loi ne pourra vous rendre crédibles aux yeux de la population si vous n’êtes pas convaincantes à travers vos actes.
    Femmes du Burkina, menez le vrai combat et ne vous laissez pas endormir par une loi qui, en réalité ne vous ferra avanez aucunement.
    Pour une émancipation véritable de la femme burkinabè, en avant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés