Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Politique : Que devient le G14 ?

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 16 février 2012 à 00h06min

Créé le 14 février 1998, le Groupe du 14 février, le G14, célèbre cette année son 14e anniversaire. Une commémoration qui est passée inaperçue. Que devient ce mouvement qui a fait les beaux jours de l’opposition burkinabè au lendemain des législatives de mai 1997 ? Réponse du secrétaire général du Parti africain de l’indépendance (PAI), Phillipe Ouédraogo, l’un des fondateurs du G14, que nous avons rencontré ce mercredi 15 février 2012.

Fasozine.com : Que devient le G14 qui souffle sa 14e bougie cette année ?

Phillipe Ouédraogo : Hier 14 février, nous célébrions le 14e anniversaire du G14. Cet anniversaire est d’ailleurs passé un peu sous silence. Cela signifie que le G14 n’est plus un acteur aussi visible et indépendant qu’il l’était à sa création. L’on se rappelle qu’il a été créé au lendemain des législatives de 1997, parce que les partis d’opposition que nous étions à l’époque, avaient constaté qu’il n’y avait pas de véritable démocratie au Burkina Faso, que les élections étaient faites de façon très irrégulière et que par conséquent, les principes démocratiques n’étaient pas remplis. C’est la raison pour laquelle le G14 a été constitué. A l’époque, nous voulions promouvoir une véritable démocratie ici au Burkina Faso d’une part, et d’autre part, amener le gouvernement à respecter beaucoup plus qu’il ne le faisait et qu’il ne le fait encore, les règles républicaines de la gestion de l’Etat.

Le G14 est-il donc mort ?

Comme vous le savez, nous avons été très actifs et très présents pendant longtemps. Mais ces dernières années, quasiment depuis le 10e anniversaire du G14, de nouveaux regroupements ont été crées. Parmi ceux-ci, il y a d’abord le Collectif des organisations démocratiques de masses et de partis politiques, dans lequel le G14 est entré comme entité. Par conséquent, beaucoup de luttes, de revendications et de déclarations, par rapport à la situation nationale, la promotion de la démocratie, au respect des libertés, sont faites maintenant, non pas au titre du G14, mais au titre du Collectif. Par conséquent, le G14 se moule au Collectif et n’apparaît plus dans son entité distincte.

En 2003, les partis membres du G14 se sont retrouvés dans d’autres mouvements. Il y avait, la coordination des partis de l’opposition à l’époque, le groupe Alternance en 2005 et dans le CFOP (Chef de file de l’opposition politique, ndlr) aujourd’hui. Beaucoup de questions nationales sont discutées à ce niveau, avec l’ensemble des partis politiques qui sont au nombre de 49 et également au sein du Collectif. Ce qui signifie que l’opportunité pour le G14 de s’exprimer en tant que regroupement à part, n’apparaît plus évidente sinon nous risquerions de nous répéter. C’est la raison pour laquelle, réduits à une demi douzaine de partis, le G14 a décidé de ne plus s’exprimer en tant qu’entité, mais à travers d’autres regroupements, plus importants en termes de structurations. C’est ce qui explique le silence relatif de cette structure, mais nous nous réservons le droit, au cas par cas, de juger de l’importance pour le G14 de s’exprimer en tant qu’entité particulière.

Le G14 appelait à une liste commune des partis d’oppositions lors des élections. En sera-t-il de même pour les élections couplées municipales et législatives de novembre prochain ?

Pour toutes les élections passées, le G14 a toujours essayé de dresser une liste commune des partis d’opposition afin de participer au scrutin. Ce fut le cas lors des législatives de 2002, mais aussi pour les municipales de 2006 et les législatives de 2007. Mais jamais nous n’avons pu obtenir cette liste commune. Et même s’il y a eu quelques alliances locales, nous avons plutôt mis en place des stratégies qui ont associé des partis du G14 mais jamais tout le groupe. Parlant de mon parti, le PAI, je puis dire simplement que notre stratégie c’est de préparer ces élections en essayant de réaliser la fusion d’avec certains partis de l’opposition. Les tractations sont en cours mais il n’y a rien de définitif pour le moment.

Elza Sandrine Sawadogo

Fasozine

Vos commentaires

  • Le 16 février 2012 à 17:35 En réponse à : Politique : Que devient le G14 ?

    Opposition incapable ! Tout ça grace à votre égocentrisme !
    Blaise était, est et seras toujours le président de tous les Burkinabè !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2012 à 20:32, par Dieudonné PALENFO En réponse à : Politique : Que devient le G14 ?

    Avec des gens comme vous qui sont devenus opposants parce que on vous a degommé du C.E.S, c’est pas étonnant.Ayant accompagné le Blaiso, vous n’avez pas intérêt à ce que ces genre de mouvement vive.Vous l’avez tué de l’intérieur et on le sait.Maintenant que tu as ton recipissé, on t’attend pour dynamiter d’autres mouvements : CFOP...Arrêtez vous les opposants bidons de nous pomper l’air.On vous connait !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés