Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 9 décembre 2011 à 02h03min

Le Burkina Faso a révélé ce jeudi 8 décembre 2011 avoir des contacts utiles qui pourraient permettre de faire libérer des otages européens enlevés au Sahel. C’était au cours d’un point de presse spécial animé par cinq ministres du gouvernement burkinabè : Alain Edouard Traoré, de la Communication, porte-parole du gouvernement ; Jérôme Bougouma de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité ; Djibrill Bassolé, des Affaires étrangères et de la Coopération régionale ; Lucien Marie Noël Bembamba, de l’Economie et des Finances et Laurent Sedogo en charge de l’Agriculture et de l’Hydraulique.

La rencontre avec la presse nationale et internationale a surtout été l’occasion de faire un tour d’horizon des questions économiques (rumeurs sur la dévaluation du franc CFA,..), et de l’actualité nationale et internationale. Voici un florilège des déclarations faites à l’occasion, par les ministres.

Djibrill Bassolé, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale :

*Pays sahélien jusque-là épargné par les activités d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Burkina Faso demeure quand même vigilant, selon Djibrill Bassolé : « Le Burkina Faso n’est pas à l’abri du terrorisme dans la mesure où il partage des frontières avec le Mali et le Niger. Je peux même dire que nous sommes au cœur de ce fléau. Il devient donc nécessaire de prendre, en partenariat avec les pays voisins, des mesures vigoureuses contre ce mal. Le Burkina Faso prendra d’ailleurs part, en janvier en Mauritanie, à une rencontre qui va réunir le Mali, le Niger et le Tchad. Nous avons souhaité que la Libye soit également associée à cette réunion car elle peut contribuer efficacement à la lutte contre le terrorisme. »

*Le patron de la diplomatie burkinabè avoue même que le pays œuvre à la libération des otages occidentaux enlevés il y a peu dans la bande sahélo-saharienne : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs des Occidentaux enlevés dans la bande sahélo-saharienne. Je ne peux pas vous en dire plus compte tenu de la sensibilité du sujet. Mais nous restons disposés à négocier leur libération. » Notons que dans le passé, le Burkina Faso a déjà négocié avec succès, la libération d’otages occidentaux retenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

*Questionné sur le transfèrement de Laurent Gbagbo à la CPI, Djibrill Bassolé a rétorqué que « le Burkina Faso n’a pas de commentaire particulier à faire sur ce sujet. C’est une question judiciaire qui concerne la Côte d’Ivoire et la Cour pénale internationale. »

*Les Pays Bas ont décidé de fermer leurs ambassades dans 15 pays dont le Burkina. Le patron de la diplomatie burkinabè en prend acte : « Nous les remercions d’avoir accompagné le Burkina Faso dans son processus dans notre développement et nous restons disposés pour toute forme de coopération : directe ou indirecte. »

Les commerçants victimes de casses vont passer à la caisse

*De nombreux commerces ont fait les frais des mutineries qui ont secoué le Burkina Faso de mars à juin 2011. Dans un souci d’apaiser la situation, le gouvernement a décidé de dédommager les victimes des casses. « Nous avons, pour cela, procédé par étapes, annonce Lucien Marie Noël Bembamba, le ministre de l’Economie et des Finances. Dans un premier temps, nous avons apporté un appui financier aux commerçants afin qu’ils puissent relancer leurs activités. Près de 1200 personnes ont bénéficié de cet appui dont le cumul équivaut à environ 4 milliards de francs CFA. Dans un second temps, nous avons mis en place une commission qui a travaillé et a déposé son rapport avec des noms de personnes à dédommager », a déclaré Lucien Marie Noël Bembamba. C’est suite à cela que le ministre en charge des Finances a annoncé que « l’opération de paiement va débuter la semaine prochaine » et d’appeler ceux qui n’avaient pas encore déposé une lettre de demande d’indemnisation à le faire « avant le 31 décembre prochain. »

*Le grand argentier du Burkina n’a pas manqué de répondre aux rumeurs sur la dévaluation du franc CFA qui, malgré les démentis, persistent. « On procède à une dévaluation lorsqu’on veut relancer la compétitivité de sa monnaie. Alors que le franc CFA ne rencontre pas actuellement de problèmes. Nos matières premières sont prisées à l’étranger et notre économie ne connait pas de déséquilibre profond. Mieux les pays attendent un taux de croissance de 6% en 2012. Pour vous dire vrai, la situation présente n’est pas de nature à provoquer une dévaluation. Ce sont de simples rumeurs qui sont distillées au sein de la population », assure M. Bembamba avec force conviction.

Les policiers mutins seront sanctionnés

*Suite aux mutineries qui ont secoué le Burkina Faso, des centaines de militaires et de gendarmes ont été radiés, d’autres déférés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou. Des policiers pourraient aussi être sanctionnés pour avoir également, courant avril, tiré des coups de feu en l’air, selon Jérôme Bougouma, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité. « Des militaires sont actuellement sous le coup de poursuites judiciaires. Je ne peux pas donner plus de détails. Pour sanctionner les policiers qui se sont mutinés, nous avons mis en place une commission qui a investigué sur cette affaire. Elle a déposé son rapport avec des noms de fonctionnaires de police à sanctionner. Et comme nous ne sommes pas dans le cas de l’armée, la procédure est différente. C’est pourquoi une commission de discipline sera créée pour connaitre du cas de ces personnes », a révélé le premier flic du Burkina.

*Les établissements scolaires sont actuellement confrontés à des troubles. C’est dans cette atmosphère de confusion que trois policiers, partis sécuriser un lycée à la demande de la direction de l’établissement, ont été séquestrés par des élèves la semaine dernière. Jérôme Bougouma demande aux lycées et collèges qui souhaitent la protection de la police afin de « poursuivre les cours, d’adresser une correspondance [à son département] contresignée par le délégué des élèves. Après cela, nous pourrons leur envoyer des éléments de sécurité. Car les trois policiers qui ont été séquestrés avaient été envoyés dans cet établissement suite à la demande de l’administration. Ils ont été reconnus par les élèves qui ne voulaient pas d’eux. La conséquence est celle qu’on a connue. »

*Les autorités burkinabè se sont-elles laissées surprendre par l’une des plus graves crise (de février à juin) de l’histoire du pays ? Commentaire de Jérôme Bougouma : « Il s’agit là de répondre à la question de savoir si nous avions des informations sur le fait qu’il existait des difficultés. Oui. Mais avons-nous bien préparé la riposte ? Absolument non. Des accidents de ce genre surviennent dans tous les pays. Nous n’avons pas pu empêcher la crise, mais nous l’avons très bien gérée. Et en cela, il faut saluer l’action du président du Faso qui a écouté son peuple et qui a pris les décisions nécessaires pour ramener la paix dans notre pays. »

*Pour la première fois, un préfet de police a été nommé pour la ville de Ouagadougou, en la personne du commissaire Rasmané Ouangrawa. Quelle sera sa tâche ? Réponse du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité : « Le commissaire Rasmané Ouangrawa, nommé préfet de police de la ville de Ouagadougou, aura pour tâche quotidienne de travailler à la sécurité des citoyens. Il reçoit, pour cela, une délégation de pouvoir du maire qui avait dans ses prérogatives, la sécurité de la cité. Nous l’expérimentons pour l’instant à Ouagadougou et pourrons l’étendre à d’autres villes du pays. »

Coton : le Burkina résolument OGM

*Laurent Sedogo, ministre de l’Agriculture et de l’Hydraulique a, quant à lui expliqué pourquoi le Burkina Faso a opté pour le coton transgénique. « Nous avons décidé de faire de cette filière une source de revenu pour le pays et les producteurs. Nous avons mis 6 ans à débattre sur la question. C’est après cela que nous avons approché la firme Monsento et nos scientifiques ont même été formés à la technique. Aujourd’hui, nous sommes à près de 75% de production de coton transgénique. » Mais pour l’instant, rassure le ministre, « il n’est pas question de riz ou de maïs transgéniques, même si nous travaillons sur la technique. Quand viendra le moment de poser le problème, nous reprendrons les débats. Et si les gens marquent leur accord, en tant que ministre de l’Agriculture si je suis encore là, je mettrai ces décisions en application. »

*Le Burkina Faso fait face à une menace de crise alimentaire, d’où l’importance de constituer un bon stock de céréales. Sur la question, Laurent Sedogo se veut rassurant : « Après les Offices nationaux de céréales (OFNACER), nous avons mis en place des stocks permettant de gérer les difficultés alimentaires que nous rencontrons. Il s’agit des stocks de sécurité, d’intervention et du commerce. C’est avec ces stocks que nous jugulons les difficultés alimentaires que nous rencontrons. »

Jacques Théodore Balima

Fasozine

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2011 à 08:12, par aliende En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Pour ça en tout cas on n’est pas dernier !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2011 à 17:06 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      je suis très optimiste parce que le cercle se referme doucement. Juger Charles Taylor et Laurent Gbagbo sans dire merci au Burkina pour ce qu’on a fait et ce qu’on a été, serait ne pas reconnaitre nos talents de médiateurs hors pairs. FODE Sanko, manches longues et manches courtes, opération Jean, Rebelles ivoiriens etc. tout ça on a fait. Donc il faut nous remercier dè. Mais ne nous envoyer pas la mauvaise carte de remerciement par ce que nous on viendra jamais témoigner, pardon recevoir la carte à la haye

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 08:14 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Monsieur le Ministre de l’Economie, c’est vrai que la dévaluation survient lors qu’on veut relancer la compétitivité de la monnaie, c’est vrai aussi que la plupart des pays africains attendent un taux de croissance de 6% peut-être même à deux chiffres. Mais reconnaissez que notre monnaie est arrimé à une monnaie, en l’occurrence l’Euro qui a des problèmes actuellement.Et si l’Euro éternue, le Franc C FA est enrhumé

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 10:00 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    juste témoigner ma satisfaction sur cet article.Monsieur Balima, c’est du bon boulot que vous avez fait avec la bonne volonté de ces cinq membres de notre gouvernement que je tiens à féliciter respectueusement.nous, citoyens lamda avons besoin de ces informations utiles que chacun de ces Ministres a eu le privilège de nous laisser entendre.sur ce, chapeau bas à tous ceux qui ont travaillé à la diffusion de ce message.vous avez tout notre soutien.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 11:09, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Y a pas à trop s’enorgueillir. Car in fine de lours soupçons peuvent peser sur le BF pour commplicité avec AQMI aux fins d’avoir des chances de rayonner sur la scène ou histoire d’être émergent et aussi s’attirer les bonnes grâces des financements occidentaux. Attention à trop de cocorico, on est ceci on est cela ou machin

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 11:36, par Tony En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      Tout a fait d’accord !!
      AQMI enleve les gens au Mali, au Niger et c’est le Burkina qui a toujours les contacts. Ca ne suffira pas pour passer 2015.

      Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 13:18, par BONSENS En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      Pour pouvoir rentrer en contact avec des terroristes et négocier avec eux il faut, au préable^, être soi même terroriste.
      Pour ce qui est de la question de la dévaluation, je me rappel qu’en 1994 Tertuis jurait et mettait sa main au feu pour nous dire qu’il n’y aura pas de dévaluation. A son temps feu norbert zongo demandait de ne pas mettre la main mais plutôt le cul qu’il y’aura dévaluation et que l’organe mis au feu sera brûlé. Donc il ne sert à rien de venir nous mentir.

      Répondre à ce message

      • Le 9 décembre 2011 à 18:00, par mao zedong En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

        Alors je crois que nous avons tellement de priorités pour nous attarder sur des questions inutiles.Le BF a belle et bien des contacts avec AQMI car cela procure de l’argent et le naam. en tous les cas attendons de voir car pour le moment aucun occidental n’a été enlevé sur notre sol. c’est pourquoi les excellents médiateurs et négociateurs font parler d’eux. souhaitons alors qu’AQMI ne prenne pas un blanc sur notre sol car c’est à ce moment vous verrez de quoi ces négociateurs et autres sont incapables. Rien du tout je vous assure !

        Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 13:20, par Patrimoine En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      sortie inopportune et complètement hors de la plaque pour les quatre
      .
      1- les affaires étrangères raconte des choses étranges. a t-il besoin de dire à la presse que nous connaissons les ravisseurs ? y’a t-il une compétition à gagner dans ce sens ? si oui, c’est qu’on a été piégé (vous savez pourquoi).

      2- le type de l’économie et de finances. soit il veut nous berner (se laver les mains, prendre les devants...), soit il ne connait pas son boulot. qu’il me dise si l’économie de la zone uemoa se porte mieux aujourd’hui qu’en 1994. l’europe reverra la parité euro-CFA. la france est sommée de le faire, c’est elle qui a négocié l’actuellle parité. l’Europe veux moins cher les matière premières de l’Afrique (elle en fixe le prix)parce qu’en fait de monnaie, c’est (économie virtuelle) c’est leur économie matière qui est fébrile. rassurez vous, on vous l’annoncera (si vous ne le savez pas déjà)1 euro =1000 CFA à partir de telle date. qu’est-ce que tu peux faire ? la dévaluation c’est quoi ? un conseil : si vous avez l’info, dites le, sinon longs couteaux face à la vie chère qui s’en suivra...

      3- "-Bougma, "on a bien géré la crise" ça ne se dit pas ; ça frustre les vas-t-en guerre.

      4- le gars de l’agriculture : tu devrais avoir honte de parler de crise céréalière. c’est parce que le Blaiso lui même l’a avoué que tu fait des sorties comme ça ? retien une chose : tous ceux qui sont allé à l’école savent que la prospérité, l’explosion des invention et autres idées en Europe, c’est à la suite de "l’auto suffisance alimentaire". depuis que le chef a écrit Burkina émergent, tu devais comprendre que le rôle de ton ministère en est le préalable.
      on ne te dit pas d’être tireur de pluie. on te dit de capter l’eau des pluies. fais de l’irrigation fait de la promotion du jardinage et de la culture de contre saison. c’est honte de devoir distribuer des vivres au 21 eme siècle pour un pays qui peut en éviter.

      Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 14:26, par Hamane En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      Tout ça s’est simplement pour justifier le CCRP (Compaoré compte rester au pouvoir). S’il quitte le pouvoir qui pourra rentrer en contacts avec ces ravisseurs ?

      Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 14:40 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      Tu as raison car on sait comment fonctionnent les mafieux

      Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 16:25 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      Très bonne vision des choses.En effet, on prend un problème qui hante les ocidentaux et on en fait son propre problème pour se faire passer pour celui qui est à même de gérer, quitte à lier des relations avec l’ennemi des européens. Depuis quand ALQAIDA en veut aux africains ?
      On a fatté nos grands parents pour les emmener dans les guerres mondiales où ils n’étaient pas concernés. Après la victoire touit le monde voit aujourd’hui comment les africains sont remerciés. Eux au moins, c’était par la contrainte. Des années après, ce sont leurs petits fils qui tente par tous les moyens pour s’approprier de la guerre des européens.
      Mais sachez que même si vous avez trois vies sur terre, vous ne pourrez pas rendre service aux occidentaux comme Moboutou l’a fait. On vous dit toujours que ces gens là sont des ingrats. Il n’ont que des intérêts ; ils n’ont pas d’amis.

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:04, par mado En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    C’est quelle histoire ?
    Pourquoi l’Etat avant de sécurisé des ecoles doit OBLIGATOIREMENT avoir l’aval des délégués ?
    Quoique pour la democratie, je ne partage pas ce point de vue
    un Etat est fort quand il y a des institutions fortes
    un elève ne doit en aucun cas dicter la loi, ils sont là pour apprendre, pas pour diriger et ca me fout les boules de diriger un pays dans ce sens

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:12, par un profane de la question économique En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    le Ministre de l’économie va évoque dans quelques jours la crise que la Cote d’Ivoire a connue suite aux élections présidentielles passées qui a mis ce pays en difficulté économique . or ce pays à lui seul représente plus de 40% dans le CFA. cette difficulté rend le CFA vulnérable, d’où la situation actuelle de dévaluation.
    attendons de voir.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:29, par SAGE En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Bonjour,
    La dévaluation du franc cfa est inévitable compte tenu de la crise économique qui sévit dans les pays européens. Une partie de la richesse de ces pays provient toujours de notre continent : acheter nos matières premières à prix dérisoire et nous vendre les produits finis à prix exorbitant. Actuellement, ces pays ont besoin "d’argent frais" et la meilleure manière pour eux, serait de dévaluer le franc cfa afin d’acheter encore moins cher nos matières et nous vendre encore plus chers leur produit. L’exploitation économique continue tant que le franc cfa serait dépendant de l’euro............
    Chers ministres, un silence sur les rumeurs serait plus crédible qu’une explication basée sur le taux de croissance....

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:31, par Hamane En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    De nos jours, c’est très facile de devenir un héros. Soit P, des sapeurs pompiers d’un village. Pour devenir de vrais héros et être restés dans ce village, ils se cachent, mettent le feu au marché du village et attendent d’être appelés officiellement pour venir éteindre le feu. ils deviennent des héros. Ainsi, ils peuvent rester au pouvoir à vie. (comprends bien qui comprends)

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 16:11, par kankan En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Enfin il faudra se poser des questions sur cette capacité de négociation qu’ont les autorités Burkinabé. Ont-ils des liens « souterrains » avec les preneurs d’otage ? Même les pays d’où viennent ces preneurs n’ont pas un si grand tact face à leurs propres frères. Pendant qu’on y, n’iront-ils pas libérer les Palestiniens et les Israéliens en conflit depuis plus d’un demi-siècle ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 16:31, par Djib En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Ce régime ne manque jamais d’imagination. Quand il a des troubles à l’intérieur, il se fait une peau neuve à l’étranger et quand il a des soucis à l’extérieur, il cherche des astuces pour redorer son blason à l’intérieur. ça a toujours été ainsi dans ce pays !
    aujourd’hui, le régime a des problèmes partout. A l’intérieur le peuple l’a vomi, à l’extérieur ses soutiens traditionnels, s’ils ne sont pas eux même ne sont pas dans la tourmente, c’est qu’ils ne sont plus prêts à soutenir une monarche...
    Cette déclaration de M. le Ministre des affaires étrangères est encoure une trouvaille pour marquer des points à l’étranger et maintenir le PF au pouvoir. (IL était l’incontournable médiateur de l’Afrique, maintenant il est le sauveur de l’occident face au terrorisme.)

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 17:58 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    cela sent du deal, comment ce fait il que ce soit les burkinabe qui ont les contacts ,je crainds fort que aqmi ne soit forme au burkina comme xa ete le cas des rebelles CI et Liberiens.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 21:17, par un indigné En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Monsieur le ministre de l’agriculture,
    vous êtes un escroc car vous ne dites pas aux burkinabès qu’il y a déjà du niébé et du sorgho bio fortifié (qui fortifie personne sauf les multinationales !), tous les 2 OGM. Et, j’oublie le tournesol avec production d’huile alimentaire et d’huile comme biocarburants.
    J’ai entendu un témoignage d’un président d’un GPC qui expliquait qu’avant les OGM il s’en sortait et que, la dernière campagne avec le coton OGM, il a travaillé, trimé comme un esclave et qu’au final, il était redevable de près de 30.000 F CFA à la société de coton. Pourquoi ? une capsule ne contient plus que 6 à 9 graines contre 18 auparavant. Pour le même volume de fibres, le producteur étant payé au poids, est le grand perdant car les graines ont une densité bien plus grande que la fibre seule. Autre raison : l’augmentation astronomique du coût des intrants en général et, en particulier, des semences OGM. Et, enfin, le soit-disant coton OGM ne réalise pas de miracles sur le plan des rendements et, même, le plus souvent, bien inférieur aux rendements habituels auparavent. Je rappelle à Monsieur le ministre, que les graines de coton servent à faire de l’huile de coton OGM. A quand un étiquetage correct qui précise si c’est OGM ou pas ? Le consommateur burkinabè a quand même le droit s’il bouffe des OGM ou pas !
    Je comprends mieux après avoir écouté le président du GPC les raisons des jacqueries dans l’ouest de ce pays en début de cette campagne hivernale avec destruction de plants, etc.
    J’oubliais également qu’il faut 20 % de zone refuge contre 80 % de coton BT pour éviter le risque de résistance des insectes. Et, on m’explique que ce n’est pas appliquer au niveau de chaque producteur mais au niveau des villages : un village est OGM, l’autre pas ! Qu’est ce que cette soit disant solution miracle où il faut faire à 80/20 ?
    On est en train de tuer les paysans comme en Inde par le système pervers de l’endettement ou d’en faire des paysans sans terre. Ainsi, le Burkina deviendra le royaume de quelques milliers d’agrobusiness mans avec des millions de paysans sans terre !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 22:18 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Comme nous sommes devenu un pays de dealers en tout genre. La libération d’otages en jouant les intermédiaires est devenu très lucrative (on peut même gagner plus que celui qui a fait le coup ; si ce n’est pas le jackpot, cela y ressemble drôlement !). C’est ce qui explique toute sorte d’intermédiaires et autres entremetteurs maliens (député, ex.députés, Maire, ex. maire, rebelles et anciens, etc.)y compris dans les rouages au plus haut de l’état malien qui fait que le métier de preneur d’otage va se poursuivre. Ainsi, des châteaux se construisent à Kidal, à Gao ou ailleurs par des personnes impliqués directement ou non dans ce type de réseaux. Pendant ce temps là, le pauvre lui continue à trimer durement pour survivre tous les jours. Il est à craindre qu’à terme le Burkina soit aussi concerné ; ne serait-ce que par représailles ou tout autre raison car ce genre de mafiosi finisse toujours mal par règlement de comptes et autres...

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 03:44 En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

    Aqmi et ces pseudo négociateurs burkinabè ont des liens communs:ce sont des terroristes mafieux guidés par l’argent mais que ces mafieux négociateurs parlent en leur nom personnel au lieu de meler le nom du pays dans leur sombres histoires

    Répondre à ce message

    • Le 17 décembre 2011 à 22:23, par Le Sage En réponse à : Enlèvements d’occidentaux dans le Sahel : « Le Burkina a des contacts avec les ravisseurs »

      Dis-moi qui est ton ami et je te dirai qui tu es... et je m’arrête là pour dire que c’est une grande erreur de communication de dire que les autorités burkinabé connaissent les ravisseurs des occidentaux. C’est pourquoi j’ai trop peur de l’après Blaise COMPAORE. Car au moins, lui, mon Président préféré, il ne parle jamais. Si vous voulez bien préparer la relève, le silence est d’or et la parole n’est même pas d’argent. Elle est du vent qu’on sème pour récolter la tempête. Suivez mes conseils. Le Sage

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés