Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

TAHIROU BARRY, PRESIDENT DU PAREN : Les raisons de notre non-participation au CCRP

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 7 décembre 2011 à 02h24min

C’est connu. Le Parti pour la renaissance nationale (PAREN) ne participera pas aux assises nationales sur les travaux du Conseil consultatif sur les réformes politiques (CCRP). Ainsi en a décidé la direction nationale du parti qui a soufflé ses 12 bougies en septembre 2011. Affilié au chef de file de l’opposition, le président du parti, Tahirou Barry, explique les raisons de cette non- participation.

Le Pays : A moins d’un revirement de dernière minute, le PAREN ne participera pas aux assises nationales sur les réformes politiques qui débutent le 7 décembre prochain. Quelles sont les raisons de cette non- participation ?

Tahirou Barry : Nous avons décidé de ne pas prendre part aux travaux du CCRP pour trois raisons fondamentales. La première, c’est que nous estimons que le cadre n’est ni neutre, ni crédible, ni consensuel, parce ce cadre est dirigé par une personnalité qui est rattachée au gouvernement, alors que le cadre devrait se pencher sur des questions dont le régime actuel est comptable. Secondo, nous pensons que les travaux du CCRP ont été engagés dans un contexte marqué par les débats sur la modification ou non de l’article 37. Pourquoi c’est au moment où on parle de la modification de l’article 37 qu’on invoque la mise en place du CCRP ?

Nous avons donc pensé qu’avant de s’engager dans un tel processus, il faudrait que le chef de l’Etat clarifie sa position sur la question de l’article 37. Qu’il nous dise officiellement qu’il s’engage à ne pas faire sauter le verrou de la limitation du mandat présidentiel. Cela n’a pas été fait. La troisième raison est liée à la nature des recommandations. Nous pensons que pour des réformes assez importantes qui engagent l’avenir de la nation, qui engagent le sort de notre processus électoral, il faut faire en sorte que les recommandations aient une force d’avis conforme, c’est-à-dire qu’elles s’imposent au gouvernement. Parce que tout simplement, si de telles mesures ne sont pas arrêtées, il est clair que le gouvernement appliquera de façon sélective les recommandations qui seront adoptées. Ce qui n’est pas l’esprit que nous recherchons.

A vous écouter, vous êtes contre la modification de l’article 37. Au cas où le parti au pouvoir, comme vous le dites, venait à vous imposer cela, quelles pourraient être les actions que va mener le PAREN ?

Nous sommes membres du chef de file de l’opposition et toute mesure qui sera prise le sera en concertation avec tous les partis affiliés. Sachez cependant que d’ores et déjà, nous allons nous opposer de façon responsable à tout projet d’assassinat du verrou pro-limitatif du mandat présidentiel.

Même en cas de référendum ?

Nous nous battrons jusqu’au bout.

Propos recueillis par Serge COULIBALY

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés