Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 30 novembre 2011 à 01h46min

« Je me suis résolument engagé à susciter la participation consciente de la jeunesse burkinabè à la construction d’une nation unie et prospère. » Cet extrait du programme quinquennal du Président du Faso en dit long sur la volonté du chef de l’Etat de faire des jeunes les acteurs et les bénéficiaires du développement national. Les jeunes représentent au Burkina, près de 70% de la population. A ce titre, la jeunesse constitue, une force active de progrès et la promesse d’une relève. C’est le futur dans le présent. Elle est sans conteste, le fer de lance de la Nation. Ainsi, est-il évident que placer la jeunesse au cœur des grandes préoccupations de la Nation, c’est se préoccuper de l’avenir de la nation.

Les autorités du Burkina Faso, convaincues qu’aucun développement durable n’est envisageable sans les jeunes, ont affirmé avec une forte conviction la nécessité d’impliquer la jeunesse à la vie de la Nation. Le Président du Faso a toujours prouvé sa foi en la jeunesse. Ses différents projets de société réservent une place prépondérante aux questions de jeunesse. L’exemple a été donné une fois de plus ce 22 novembre 2011 à Ouagadougou à travers l’organisation d’un séminaire gouvernemental sous la présidence de Président du Faso et portant sur un programme spécial de création d’emploi (PSCE). D’un coût total annuel de 10 986 137 000 F CFA, ce programme a pour objectif de contribuer fortement à réduire le chômage et le sous-emploi des jeunes et des femmes. La mise en œuvre du programme permettra de générer 54 209 emplois, de créer 10 000 occupations et la formation de 45 100 jeunes diplômés et ruraux en moyenne par an.

A l’écoute des jeunes

Sous l’impulsion du chef de l’Etat Blaise Compaoré, il a été institué le Forum National des Jeunes (FNJ) en vue de consolider les canaux d’écoute et de dialogue avec les jeunes. Le FNJ est une tribune offerte par le chef de l’Etat à la jeunesse pour qu’elle exprime ses espoirs, ses angoisses… En échangeant, en écoutant cette frange importante de la population, moteur du développement, en recherchant sa pleine adhésion à l’identification et à l’opérationnalisation de stratégies adéquates à son épanouissement, le Gouvernement entend œuvrer avec les jeunes, à la création de grandes opportunités pour sécuriser leur avenir. Cadre de concertation, d’écoute et de dialogue, le Forum National des Jeunes poursuit cinq(5) objectifs stratégiques : Donner l’occasion aux jeunes de toutes les régions du Burkina Faso de se retrouver et de discuter autour de leurs préoccupations ; permettre des échanges directs entre les jeunes et les autorités en vue de rechercher les solutions aux problèmes majeurs de la jeunesse ; permettre aux autorités de se mettre régulièrement à l’écoute des jeunes ; susciter la participation directe et active des jeunes à la vie de la Nation ; contribuer à l’éducation et à la formation de citoyens responsables.

Des résultats satisfaisants en 5 éditions

Perçu comme un élément de réponse pertinente au souci de consolidation des canaux d’écoute et de dialogue entre les autorités et les jeunes, le Forum National des Jeunes, en cinq éditions, a tenu toutes ses promesses. Aussi, en termes de promotion de l’Ecoute et du dialogue au Burkina Faso, peut-on mettre en exergue les acquis majeurs suivants : Echange et partage d’expériences entre les jeunes de toutes les localités du Burkina Faso ; mise en confiance des jeunes par les autorités ; disponibilité manifeste des autorités à l’endroit des jeunes ; considération des jeunes par les autorités ; prise en compte des préoccupations des jeunes par les autorités ; renforcement de la confiance des jeunes aux autorités burkinabè ; association des jeunes aux prises de décisions ; renforcement de la solidarité et de la cohésion nationale ; renforcement du processus démocratique.

Contribution à la promotion des jeunes L’un des objectifs visés par l’institutionnalisation du Forum National des Jeunes est de contribuer à l’éducation et à la formation de citoyens responsables. Pour ce faire, Le Forum National des Jeunes est pour les jeunes qui y prennent part, une occasion de promotion individuelle et collective. De par la diversité des activités qu’il offre, le Forum National des Jeunes a contribué à n’en point douter au renforcement de l’esprit civique et patriotique des jeunes et à leur développement. La formation des leaders d’associations de jeunesse a permis en outre aux jeunes d’acquérir des compétences en leadership, en management, en "entrepreneurship" et en citoyenneté responsable. Ces formations ont été animées par des personnalités pétries d’expérience et de savoir-faire, qui ont accepté de s’ouvrir à la jeunesse afin de partager avec elle, des idées pour un meilleur engagement. De 2005 à 2009, ce sont plus de 10000 jeunes au total dont plus de 3000 scolaires et étudiants et autant de ruraux qui ont pris part aux différentes éditions du FNJ. Cette forte mobilisation témoigne alors des acquis importants engrangés tout au long des éditions précédentes.

Le Forum National des Jeunes a régulièrement été l’occasion de reconnaissance des mérites des jeunes qui, de par leur courage, leur abnégation au travail, leur savoir-faire et leurs initiatives, se sont distingués au cours de l’année, de même que les structures associatives de jeunesse et les grands employeurs de jeunes. Autre élément notable à mettre à l’actif de l’organisation, c’est la tenue régulière de la vitrine des potentialités qui a permis de mettre en exergue l’esprit d’initiative, de créativité et d’entreprise des jeunes, de valoriser leur savoir-faire et de susciter un intérêt chez les autres jeunes et le goût d’entreprendre.Enfin il est important de souligner également la prise de conscience grandissante de la jeunesse pour la défense de ses intérêts matériels et moraux à travers une participation active aux débats pour la recherche des solutions aux problèmes évoqués.

Le FNJ c’est aussi la contribution des jeunes à la recherche de solutions aux problèmes des jeunes. Plus spécifiquement, au plan institutionnel, des avancées notables ont été enregistrées, qui sont le fruit de la mise en œuvre des recommandations adoptées durant la manifestation. Au nombre de celles-ci, la création d’un ministère dévolu aux questions de Jeunesse, ainsi que la création d’une dizaine de structures rattachées. En matière de formation et de renforcement des compétences, nul doute que les participants ont bénéficié de modules qui ont fortement contribué à leur développement personnel. Des thèmes généraux aux thèmes spécifiques, ce sont des formateurs avertis et rigoureux qui sont venus de tous les horizons du Burkina élargir cet espace de dialogue original, pour partager leurs connaissances avec ces leaders et managers en devenir.

De ce fait, c’est plus d’1milliard de FCFA qui a été investis sous forme de subventions et d’appui-projets afin de soutenir les initiatives de jeunes porteurs de projets, à l’occasion de la Nuit du mérite. Etape majeure dans l’organisation du Forum National des Jeunes, le rendez-vous de 2011 se tient à Dori, du 1er au 3 décembre, sous le thème « Renforcer les investissements en faveur de la jeunesse pour un Burkina émergent » Fait non négligeable, cette édition 2011 se tient dans un contexte international marqué par de nombreuses mutations sur le plan social et économique et qui placent les jeunes aux premières loges. Au plan national, les récents troubles politiques et sociaux qu’a connus le Burkina en début d’année 2011, se posent légitimement comme une interpellation de la jeunesse au patriotisme, à la solidarité, au civisme, à la citoyenneté, à la responsabilité. On ne peut investir au profit de la jeunesse que dans un climat de paix et de stabilité.

Ministère de la Jeunesse de la Formation Professionnelle et de l’Emploi

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 30 novembre 2011 à 02:15 En réponse à : BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

    arretez votre vuvuzela mr le ministre pcq c’est de la littérature vous faites,nous connaissons tous la réalité et donc il ne faut pas blaguer

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2011 à 02:15 En réponse à : BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

    arretez votre vuvuzela mr le ministre pcq c’est de la littérature vous faites,nous connaissons tous la réalité et donc il ne faut pas blaguer

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2011 à 09:07 En réponse à : BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

    Du discours ! Rien que du discours !depuis quand le chef de l’Etat a fait des jeunes les acteurs et les bénéficiaires du développement national ? j’invite les jeunes à témoigner.La fin de la formation devient très souvent une angoisse : aucune possibilité pour trouver un emploi. Il arrive même que tu cherche un stage non payé, mais tu ne trouveras aucune opportunité.

    Répondre à ce message

    • Le 2 décembre 2011 à 16:51, par Président Lincoln En réponse à : BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

      Monsieur le président il n ya pas de démagogie dans cette affaire."ra legmé menga n laye" des solutions serieuses et pérennes doivent étre trouvées pour que la jeunesse puisse contribuer à l’édification d’un burkina prospére.

      Répondre à ce message

    • Le 2 décembre 2011 à 17:04, par Président Lincoln En réponse à : BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

      Monsieur le président il n ya pas de démagogie dans cette affaire."ra legmé menga n laye" des solutions serieuses et pérennes doivent étre trouvées pour que la jeunesse puisse contribuer à l’édification d’un burkina prospére.
      Aussi si vous aimez tant les jeunes comme vous le pretendiez. régarder votre entourage. il ya t’il combien de jeune à des poste de responsabilités. santé, finance, agriculture etc (administration publique) c’est tjrs les memes. il ya vraiement un paradoxe dans l’action de l’executif. un décalage entre le discours et la pratique. on prend les vieux pour faire du neuf. Monsieur le président laculture du résultat proné passe par un changement de valeurs et d’attitude. et ce sont les jeunes qui peuvent donner une autre vision et un autre visage du paysage national.
      merçi monsieur le président pour votre attention.
      président lincoln conseiller politique

      Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2011 à 11:10, par Belem Ousmane En réponse à : BURKINA : La jeunesse, socle de l’émergence

    Le gouvernement priorise le mot "responsabilité" dans ses discours depuis un certain temps maintenant. Je sous entend qu’il veut dire que le peuple burkinabé en particulier sera responsable de ce qui adviendra après 2015 puisque blaise ne va jamais quitté le pouvoir. On a bien saisi et on attendant 2015. On ne veut pas de referendum, on ne veut pas de modification de l’article 37, on veut le change, le départ de ce régime autocratique qui veut transformé la république en royaume. Les autorités de ce pays on soutenu le départ de KADAHIH mais blaise est au pouvoir depuis combien d’année ? et ces vous qui voulez modifié l’article 37 encore.
    On attend sérinnement 2015, le peuple est responsable et il le restera. LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Premier ministère : Le conseil d’orientation de l’ASCE/LC présente ses activités au chef du gouvernement
Examens scolaires : « Nous ferons l’état des lieux pour déterminer ceux qui verront leur année scolaire blanchie », informe le ministre Stanislas Ouaro
Gouvernance du MPP : Le coup de « Balai citoyen »
Le ministre de la communication au sujet du général Bassolé : « Si son conseil estime qu’il y a nécessité qu’il soit ré-évacué quelque part, il va l’être »
Dr Ablassé Ouédraogo aux populations de la Sissili : « Jusque-là, le développement a été une conception du sommet à la base … »
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés