Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 11 juillet 2011 à 04h30min

Pendant ces retrouvailles du 9 juillet 2011 entre gourous du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), plusieurs points étaient à l’ordre du jour, parmi lesquels la situation nationale, les réformes politiques et les préparatifs des prochaines élections couplées. C’était la substance des échanges entre la presse et Simon Compaoré, 2e vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), samedi dernier dans les couloirs du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC).

Par ces temps qui courent, il est évident qu’au regard de la situation nationale, les sujets à débats font floraison. En attestaient d’ailleurs la durée de l’interview, ainsi que le nombre de questions posées samedi dernier au 2e vice-président du parti au pouvoir, Simon Compaoré.

D’ailleurs, au rendez-vous du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC), l’on notait une forte présence des membres du Bureau politique national et des responsables géographiques du parti de l’épi et de la daba.

Foi de Simon Compaoré, principal interlocuteur des journalistes ce jour-là, ils étaient 300 membres à avoir répondu à l’invitation ; parmi lesquels ceux faisant partie des deux commissions créées, pour, d’une part, émettre des propositions à la lutte contre la vie chère, d’autre part, préparer les élections législatives et municipales qui doivent avoir lieu en 2012. « Beaucoup ont l’impression qu’on a encore du temps ; à mon sens ce n’est pas le cas.

2012, c’est vite arrivé », a prévenu celui qui est par ailleurs maire de la ville de Ouagadougou et familièrement prénommé par les Ouagavillois Tébguéré (Ndlr : en langue mooré, celui qui doit tirer les marrons du feu).

Au cours de la rencontre du CBC, s’il y a eu une autre question qui figurait au centre des débats, c’est bien sûr l’ambiance et les résultats de cette réunion du Cadre de concertation des réformes politiques (CCRP) qui se tient du côté de Ouaga 2000.

« Selon les échos que nous recevons, tout se passe bien et nous devons nous préparer pour la 2e phase que sont les assises au niveau régional », a projeté le 2e vice-président du CDP.

Mais que pense-t-il de l’absence des représentants du Chef de file de l’opposition au CCRP ? Notre interlocuteur de faire remarquer que tout a été pourtant mis en œuvre pour qu’ils y soient.

« Nous regrettons leur absence mais ce n’est pas notre faute. C’est un rendez-vous du donner et du recevoir. C’est dommage que certains aient refusé un débat qui était tout à fait ouvert, d’autant plus que le président de la structure a annoncé que ne seront retenus que les points consensuels ».

Le face-à-face entre personnalités et scribouillards est fort intéressant en ce sens qu’est offerte sur un plateau d’argent l’occasion de poser des questions qui n’ont aucun rapport avec le thème à l’ordre du jour. L’exercice est fort intéressant, à condition naturellement que l’invité n’esquive pas la question.

Malgré tout, il ne faut pas laisser passer l’occasion ; sinon il est possible de se mordre le doigt jusqu’au sang. Les échanges ont donc dérapé vers le dossier Thomas Sankara.

L’auteur de la question a fait remarquer qu’une partie de l’opposition se serait déplacée en France afin de mobiliser des parlementaires de ce pays pour la réouverture de cette affaire.

Qu’en pense Simon Compaoré ? « Ecoutez, nous n’avons pas de commentaire. Nous vivons dans un pays de liberté et si certains ont dans leur programme des déplacements pour faire venir des gens, nous, en tant que parti majoritaire, avons aussi nos préoccupations, à savoir comment améliorer les conditions de vie de nos populations. Pour le reste, la démocratie a tracé des sillons et il suffit à chacun de les suivre pour apporter sa contribution. Dans tous les cas, ce dossier a toujours été confié à la justice et il n’y a pas eu d’entrave à ce niveau. Nous pensons donc que ce sont des gens qui veulent meubler leur temps ».

Issa K. Barry

L’Obsercvateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 11 juillet 2011 à 05:10, par edou En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Tout vient à point à qui s’est attendre.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 06:58 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    La majorité des burkinabè veulent la vérité sur la mort du capitaine Thomas Sankara et quelle contradiction dans vos propos monsieur le maire.Vous nous servez que nous sommes dans un pays démocratique alors que la justice est à vos ordres.Nous ne sauron jamais la vérité mais là où est maintenant notre idole Thom Sank,nous le vénèrons.La patrie ou la mort,nous vaincrons !

    Répondre à ce message

    • Le 12 juillet 2011 à 17:59 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

      Attends, mon type, tu crois que tu es plus sankariste que qui ? Tout le monde sait que Sankara a été tué par coup d’état le 15 octobre 1987 à 15h15. Un acte de décès a même été rectifié sur recommandation de l’ONU. Arrêtez vos conneries maintenant et laisser passer cette épisode de notre histoire. On passe à autre chose. on sommes dans l’avenir, pas dans le passé. On dirait que les gens sont frappés de malédiction. Peuvent pas avancer, mais reculer. C’est quoi ça ; beurk !

      Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 09:52, par Le Gonze En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    La vérité et la Justice sont aussi des "silons" de toute démocratie qui se veut crédible et durable ! On ne construit pas une demeure sur le faux et l’oubli forcé ; si le pardon est une nécessité, la vérité sur l’histoire est un préalable obligé. Les tenants de la RDP (1983-1987) ont vite fait de retourner leurs vestes pour s’insérrer dans la rectification puis après la "démocratie" à un seul parti que nous vivons depuis 1990 ; seulement, avec le temps, ce système montre maintenant ses limites, et de toute part, les revandications de justice montent.... Vous ne pourrez les ignorer plus longtemps, et encore moins compter sur la prescription extinctive ou des lois d’amnistie pour couler des jours paisibles, vous et toute votre progéniture !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 10:10, par AKBASA En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Cette article parle beaucoup plus d’autres choses que l’affaire SANKARA. Le titre est très mal cadré.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 10:24 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Le problème de Simon, c’est qu’il dérape toujours quand il parle. Au moment où l’on cherche à calmer les ardeurs, lui tient des propos incendiaires qui sont de nature à jeter l’huile sur le feu. C’est un gros travailleur (il faut le reconnaître), mais il manque sérieusement de diplomatie quand il s’agit de s’exprimer. Le CDP a intérêt à l’écarter pour un bout de temps des tables des conférences de presse du parti. Il faut éviter les excès de zèle, le maximalisme langagier, au moment où l’on cherche à éteindre le feu dans notre maison commune !

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet 2011 à 15:38 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

      Simon est un gros travailleur. Ca, c’est sur. Mais il manque cruellement d’ intelligence. Il y a deux choses au moins qui perdent facilement un homme , et aussi un e femme. C’est ta bouche et ton bas ventre. Tous les hommes qui ont ete perdu et qi ont perdu, ca tient a ce que leur bouche ne peut pas taire et a ce que leur tor- reh, leur devant ne peut pas leur refuser.
      LOP

      Répondre à ce message

      • Le 12 juillet 2011 à 18:12 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

        Toi LOP, ta bouche et ta plume sont à mettre en enfer pour du purgatoire propre ! LOP LOP LOP. On se demande qu’est-ce que toi individuellement ou collectivement, tu as pu apporter depuis tes écrits incendiaires sur le fasonet au Burkina Faso. Les tonneaux vides sont les instruments à timbale qui font plus de bruit. Hein LOP ? Et si la méchanceté, la médiocrité et la mesquinerie pouvaient construire notre pays, on serait la 5ème puissance économique et nucléaire du monde. Hélas !!!

        Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 11:06, par Zongo En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Tébguéré (Ndlr : en langue mooré, celui qui doit tirer les marrons du feu). Je n’arrive pas à comprendre pourtant je suis un vrai moaga !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 11:32 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Pourquoi Me Sankara est le seul avocat Burkinabe du conseil (collectif justice pour sankara) de la famille Sankara sur un total de 15 avocats ? Je me demande s’il n’a pas procede par exclusion afin de faire du dossier Thomas Sankara son deal politique...
    C’est aussi un chemin pour decouvrir certaines raisons de l’echec de l’affaire a cote de la mauvaise foi des autorites burkinabe.

    Répondre à ce message

    • Le 11 juillet 2011 à 13:08, par tièkadiyé En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

      Mr l’anonyme ! Soyez sérieux. A l’ouverture du dossier Sankara, combien d’avocats comptait le Barreau ? Combien accepteraient ce dossier dangéreux ? Me Sankara avait-il la notoriété et aussi les inimitiés actuelles ? Je suis convaincu que vous êtes malhonnête, si vous n’êtes pas un simple idiot. Moi je m’en fou du politicien Sankara, mais de l’avocat, c’est autre chose. Espèce de disciple de Simon là.

      Répondre à ce message

    • Le 11 juillet 2011 à 19:19, par LE SAGE En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

      Mes chers journalistes vous N’allez pas changer un peu ? Tantôt vous avez des diffucultés pour titrer vos articles. DESORMAIS CADREZ LES TITRES AUX CONTENUS DE L’ARTICLE POUR NOUS MONTREZ UN PEU DE PROFESSIONNALISME ET APPORTEZ NOUS DES BONNES INFORMATIONS.

      Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 12:14, par Le citoyen Libre En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    MEME DANS LA TOMBE VOUS VOUDREZ CONTINUER D’AMELIORER LA VIE DE VOS CONCITOYENS. VOUS AVEZ FAIT DE VOTRE MIEUX POUR LA VILLE. CE QUI EST CERTAIN C’EST SUR QUE VOS PROCHES ET VOUS SONT ASSEZ NANTIS MAINTENANT.EN 2012 IL FAUT LAISSER LA PLACE A QUELQU’UN D’AUTRE (je ne pense pas à l’opposition en disant ça).MEME AU SEIN DU CDP IL FAUT L’ALTERNANCE A TOUS LES NIVEAUX. CA PARTICIPE A LA REPARTITION EQUITABLE DES RESSOURSES NATIONALES ET PARTANT DU DEVELOPPEMENT DU PAYS ET DE CHACUN.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 13:26 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Ceux qui s’agitent actuellement sur la mort de Sankara sont des guignoles. Il n’ont pas vécu l’enfer de nous fonctionnaires au temps de cette salle revolution qui dégageait qui elle veut par le truchement des pseudo-leaders sankaristes actuelles. nous avons souffert sous cette revolution qui s’est écartée de ces idéaux. Sankara et autres n’ont qu’a se reprocher eux-mêmes. Vous avez dégager et fait dégager des gens qui par chagrin se sont donner la mort. le burkina vit un économie sous tutelle et vous voulez vous en prendre à ces mécènes. Si vous voulez sankara rejoignez le 6 pieds sous terre il vous dira toutes les bêtises qu’il a commis grâce à votre mauvais comportment de CDR. Maitre sankara n’est qu’un ripoux à la solde de malhonnetes personnes qui vivent sous le poids de cette démocratie. laissez nous vivre cette jeune démocratie. il ya plus d’affaire thomas sankara qui puisse exister.

    Répondre à ce message

    • Le 14 juillet 2011 à 13:44 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

      Monsieur l’anonyme, il est de ton droit d ‘etre « foncierement » anti sankara comme il est du mien d’etre pro sankara. Dans l’experience qui a ete menee au Burkina (tout comme partout ailleurs) il y a toujours eu des anti et des pro et c’est là la meilleure des situations : on ne s’attendait aucunement a une adhesion de tout le monde et tout de go. Il fallait convaincre : tu n’es pas convaincu et j’en suis desolé mais je ne desespere pas ! Mais il rester objectif sur la realité des faits et de ce qui s’est pa sreellement au temps de la revolution. Il est un peu trop facile aujourd’hui de tout remettre sur le dos de sankara (certes sankara est responsable et il l’a dit et on l’a traité de tous les noms).
      Le guignol je ne sais si c’est toi ou les autres mais je crois que tu ne sais pas ce que ce terme recouvre. Quoi qu’il en soit, tu peux lire la revolution avec tes lunettes a toi ; si tu as souffert sous la revolution (comme tous les burkinabe), sache que la liberte et la dignité ne se donnent pas sur un plateau (quelle que la matierte dont il est fait) mais de lutte, de luttes apres et dures, dabngenagation et de vies donnees au service des autres et de ses ideaux. C’est là la difference. Relis l’histoire de l’humanité.
      Seulement il est tres facile de tout remettre sur les dos de sankara : les morts ont toujours tort ! comment la revolution s’est ecartée de ses ideaux et qui en est responsable ? Qui etaient les va-t-en guerre a cette epoque ? Quels étaient les ideaux de la revolution ? quels debats il y a eu au sein du cnr (j’espere que tu es au courant des debats au sein du cnr sinon document toi)
      Tu dis que sankara a fait degager des fonctionnaires (et tuer des gens) et c’est bien qu’il ailles 6 pieds sous terre (j’interprete). Soyons serieux ! Il est normal aujourd’hui que ce soit la faute a sankara car c’est lui seul qui dirigeait le pays d’une main de dictateur comme tu le dis. N’est ce pas ? Sankara etait le maitre absolu qui dictait tout et personne n’avait rien a dire ! Tu sais tres bien que c’est tout a fait le contraire (suffit-il que tu restes un minimum objectif et que tu suives l’evolution de sankara sur les 4ans de revolution et dans son contexte historique).
      Mais si tu preferes une economie sous tutelle comme on l’a toujours eue en haute volta et en afrique et comme on le fait toujours maintenant dans le burkina apres sankara (n’en deplaise a certains qui profitent de cet esclavage là) et sous des oripeaux que tu appelles democratie (si tu comprends ce que c’est reellement la democratie). Je te rappelle que sankara a dit qu’il est normal que la main qui te nourrit te dicte ce que tu dois faire. Alors tel n’est pas l’un des ideaux de la revolution, de se faire dicter ce que tu dois vivre. Contrairement a toi qui dis que tu dois te soumettre a celui qui mets ton economie sous tutelle. Ca veut dire quoi « sous tutelle » ? Je te rappelle une phrase du discours de seku ture en 1958 sur le contrat d’association avec la France : nous preferons la liberte et la dignité dans la pauvrete à l’opulence dans l’esclavage. Si tu preferes vivre sous tutelle en esclave exploité tant mieux pour toi mais le peuple burkinabe n’est pas toi (ni moi non plus) . Mais aujourd’hui les gens voient ce que c’est et ils ouvrent les yeux, meme si des pseudo sankaristes (et la je suis d’accord avec toi et on peut epiloguer sur qui sont ces gens là), meme si ce pouvoir de blaise et tous ces « grands revolutionnaires » qui commandaient tout sous sankara et ont commis tout le mal justement pour devoyer les ideaux de la revolution, et on rejette tout sur sankara, Ces gens sont devenus aujourd’hui ceux qui vivent de cette pseudo democratie. Ils ont tout fait pour detruire tout ce que sankara a initié tout en vivant sur son heritage. Cela on le sait tous au burkina ici. Et contrairement a ce que tu dis qu’il n’y a plus d’affaire sankara qui puisse exister, je te dirai que ca ne fait que commencer meme si cela te deplait ou t’exaspere !. On peut tuer un homme mais on ne tue pas ses idees car le peuple burkinabe est un peuple de convaincus et non un peuple de vaincus qui subissent leur destin et se soumettent a ceux qui mettent leur économie (et donc leur vie) sous tutelle comme tu l’acceptes . C’est ce qui fait les grands hommes ! Et c’est qui fait la difference de vision et d’ideaux dans la revolution sous sankara
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 13:48, par burkina En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Je pense que Mr Compaore a tout à fait raison en disant que certains cherchent à meubler leur temps. Qu’est ce que les parlementaires français ont à voir avec l’affaire thomas sankara ? Ou croyez vous que les français sont etrangers a la mort de Thom Sank ? Si vous voulez vous faire voir,luter dans votre pays au lieu d’utiliser votre argent pour de la publicité politienne a peine voilée ! Me Sankara utilise le nom de notre illutre disparu pour faire de la politique,il n’a d’ailleur aucun interet à ce que la verité soit faite sur cet affaire car il n’aura plus un laetmotive pour continuer à mobiliser la jeunesse !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 13:49 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Simon doit changer de langage, il travail bien mais il a un grand probleme de communication surtout sur des sujets sensibles comme ca. En 2015 tous ces gens comme Simom doivent partir,il ont fait leur temps , on est fatigue de les ecouter se foutre de nous, ils doivent partir. On se battra pour que cela arrive.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 14:48, par leNostalgique En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    Noble idéal que de meubler son temps en RECLAMANT la justice !
    Fasse Dieu, qu’il y en ait qui choisissent eux de meubler leur temps en RENDANT la justice !

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2011 à 15:35 En réponse à : Affaire Thomas Sankara : "Il y en a qui cherchent à meubler leur temps"

    On dirait meme que les burkinabe sont terriblement en manque de yombo. Je crois voir des cheveux blancs sur la tete du bourgmestre. Pourtant normalement les cheveux blancs, c’est la sagesse meme si on ne l’ avait pas il y a 20 ans de cela, quand on etait encore sur la motobecane rouge. Mais ce-de- er- yaa oblige. Alors, que ces parvens qui ont eu les cheveux blancs a tort, s’ ils ne peuvent se taire parce que c’est leur comme ca, qu’est-ce qui empeche nous burkinabe de leur noiricr la tronche ? Comme ca, on saura au moins qu’ ils ne sont pas a confondre a des quinquagenaires.

    LOP

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vie politique : L’UNIR/PS installe son nouveau coordonnateur national de la jeunesse
Elections de 2020 : La CENI et ses partenaires se concertent
Présidence du Faso : L’ambassadeur d’Autriche fait ses adieux au Burkina
COMPAORE - KABORE : De l’humilité en politique
Nouveau code électoral : La Codel renforce les capacités de ses membres
Opposition politique : « La situation de crise sécuritaire appelle au renforcement de la tolérance et du vivre-ensemble »
Zéphirin Diabré sur la gouvernance : « Ils ont pris le pouvoir, ils ne pensaient qu’aux privilèges »
Burkina Faso : Grabuge de « co-épouses » autour de Yacouba Isaac Zida !
Burkina : 2020, c’est parti !
Situation nationale : Le CISAG constate que le président Roch Kaboré n’est pas aidé par ses proches
Vie politique : Le RPR vient en aide à des personnes vulnérables de l’arrondissement 7 de Ouagadougou
Présidentielle de 2020 : Un « taureau » nommé Abdoulaye Soma dans l’arène !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés