Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Karim Ouédraogo : Le mécano psychologue

Accueil > Actualités > Portraits • • lundi 11 juin 2007 à 04h11min

Karim Ouédraogo

Ils sont légion, ces mécaniciens installés au bord des voies avec pour tout attirail, une petite caisse en bois noircie par la graisse, et contenant un matériel souvent incomplet, ou même désuet.

Mais cela n’use ni le courage, ni la détermination de ces braves gens, pour qui redonner un second souffle aux cyclomoteurs est une noble tâche. Karim Ouédraogo, 36 ans, célibataire, est de ceux-là...

Originaire de Boussé, Karim est né d’un père commerçant et d’une mère ménagère. Très tôt, à l’âge de 7 ans, il quitte le giron familial et rejoint son frère aîné à Ouagadougou, qui l’inscrit à l’école. Il y reste quatre années. Mais les règles de grammaire, les punitions pour les leçons non apprises, auront raison de Karim. Après une année d’école buissonnière, il fait une fugue et retourne au village. C’est là-bas qu’il s’initie à la réparation des engins à deux roues, aux côtés de l’un de ses oncles. Après quatre années d’apprentissage et de travail assidu, Karim revient à Ouagadougou pour s’installer à son compte avec l’aide de son frère.

Pour lui, ne peuvent réussir dans ce métier que ceux qui en ont une bonne maîtrise, et qui savent faire preuve de tact et de patience. « Un mécanicien qui s’emporte facilement aura beaucoup de mal à exercer son métier. Et puis, comme dans tout métier, une bonne dose de volonté et de travail est indispensable pour vraiment réussir », affirme-t-il avec conviction. La réussite, selon Karim, ce n’est pas seulement l’aspect financier.

C’est, aussi, « tirer un bien-être du métier que l’on a choisi ». Et, sur ce plan, même s’il reconnaît ne pas rouler sur l’or, il avoue gagner assez bien sa vie. « En moyenne, je peux récolter 1 000 F à 1 500 F CFA par jour », confie t-il.

Loin d’être désabusé par les vicissitudes de la vie, Karim possède une arme qui fait mouche à tous les coups : son humour, qui lui permet de jouer tantôt au psychologue, tantôt au philosophe avec ses clients. En effet, confie-t-il, « certains clients qui viennent pour réparer leurs motos, me racontent leurs problèmes, ils attendent beaucoup quelquefois ; ils veulent des conseils, du réconfort. Il arrive souvent qu’une certaine complicité naisse entre nous. Ce sont des gens qui arrivent le cœur lourd et qui repartent tout légers... »

Satisfait de sa vie et de son métier dans l’ensemble, Karim, qui maîtrise maintenant les rouages du métier, rêve d’ouvrir un centre d’apprentissage. En attendant, il place toute sa confiance dans la mécanique, un métier d’avenir selon lui, puisque de nos jours, « tout est motorisé ». Son plus grand regret, c’est son parcours scolaire interrompu : « Je suis content de ce que je suis, mais j’aurais pu avoir une vie meilleure si j’avais continué l’école... »

Par Yasminh Sidibé

Fasozine

Vos commentaires

  • Le 11 juin 2007 à 05:49 En réponse à : > Karim Ouédraogo : Le mécano psychologue

    Environ 1,5 € par jour. Que le chemin est encore long pour une vie décente, loin des discours creux et auto-satisfaisants de certains qui font semblant de ne pas savoir. La misère saute aux yeux dans toute sa splendeur et mérite beaucoup d’humilité et de respect face a un tel sacerdoce. Quel réel pouvoir d’achat dispose de ce mécanicien cyniquement qualifié de psychologue par le reporter. Ce dernier à t-il seulement compris la mouise dans laquelle baigne ces gens ? pour en prime naïvement en donneur invetéré de leçons, laisser entendre qu’une "telle réussite sociale" n’est pas à porter du premier venu.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin 2007 à 15:56, par Personne En réponse à : > Karim Ouédraogo : Le mécano psychologue

    Courage Karim !
    Crois, apres Dieu en toi et tu reussiras !
    Demandes autour de toi et tu verras que beaucoup de nos " N’OPERATEURS N"ECONOMIQUES" ne sont pas passés par l’ecole.
    Ceux qui y ont été, ont traversé la cours en courant. Tu as choisis ce que tu aime ; mets-y toutes tes forces et n’oublies pas d’economiser une partie de tes gains. Bon vent et dis toi chaque jour que Dieu fait qu’il te faut reussir.
    C’est a force de courage et de determination que l’on vient a bout de ce qui nous paraissait irrealisable ! Encore courage frere.

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin 2007 à 11:32, par rr_style En réponse à : > Karim Ouédraogo : Le mécano psychologue

    Karim, je suis très content de toi. Je t’encourage à perséverer dans tout ce que tu fais et à y mettre tout ton coeur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés